• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Cannes 2016 : les soirées, mode d’emploi

Cannes 2016 : les soirées, mode d’emploi

Le patio de Canal Plus ayant été balayé par la tornade Bolloré, on s’attendait à de plus molles festivités. Pourtant, cette année, plages sponsorisées et clubs branchés résistent à la morosité. Et le festivalier a de quoi s’amuser. S’il respecte ces quelques règles à la clef…

S'armer de patience

Cette année, à Cannes, une bonne partie des activités consiste à adopter la position de Jésus sur sa croix pour passer les portillons de sécurité. Devant le Palais du Festival  - protégé par 400 vigiles – comme à l’entrée des soirées. Alors bien sûr, ça bouchonne un peu. Mais gare à ceux qui ronchonnent en disant "Je suis pressé" ou "Ne fouillez pas dans mon sac, c’est privé !", ils se font gentiment recadrer. Oui, on a bien dit : "gentiment", car ça aussi, c’est une nouveauté cannoise : vigiles et physionomistes  – même ceux du Club by Albane -  ont visiblement pour mission de rester polis même lorsqu’ils vous refusent l’entrée. 

Potasser sa line-up

A Cannes, on court toujours le risque de voir Paris Hilton débouler derrière les platines. Alors au moment de sortir, on épluche les programmations. Celle de la très perchée Villa Schweppes le 14 mai était aux petits oignons : on a d’abord été secoué par The Liminanas, groupe rock de Perpignan dont on parvient à prononcer le nom après quelques cours de diction (perso, on en est encore à les appeler les Illuminatas)  Puis il y a eu 2MANYDJS, ce qui ne signifie pas qu’il y eu trop de DJs, c’est simplement le nom d’un très efficace duo de Djs belges. Vous l’aurez donc compris : à Cannes, plus les noms sont compliqués, plus c’est branché.

Boire de l’eau…

Entre deux verres de champagnes, pour tenir jusqu’au bout de la nuit. Car à Cannes, dans les soirées sponsorisées, la carte de crédit peut faire tranquillement la sieste au fond du sac : toutes les boissons sont gratuites. Et quand, au bar, à deux heures du matin, il ne reste plus que de la bière, comme ce fut le cas lors du raout organisé sur La Plage de la Quinzaine pour la sortie du film Diamond Island, c’est que la soirée a été très très réussie ( il faut dire que le collaborateur de Glamour, Jacky Goldberg, était aux platines) Mais le comble du snobisme cette année est d’aller payer ses verres au club transformiste Le Vertigo, l’endroit décalé branché de la Croisette !

S’habiller en conséquence

La ville se partageant entre badauds en short et festivaliers en smoking, parfois notre curseur vestimentaire s’affole. La preuve : invité à la dernière minute à la soirée organisée par la Plage Magnum pour la sortie du film American Honey, on s’est retrouvé en jean, tout penaud, au milieu d’une foule d’invités en smoking et en robes de soirée. Bref carrément UNDERDRESSED ! Jusqu’au moment où les stars du films, Shia LaBeouf en tête, se sont déchainés sur la piste, en jean et t-shirt, au son de la sublime BO du film, mêlant rap, électro et country. Du coup, certains avaient l’air bien idiots à faire yo ! en smoking. Et même Chloë Sevigny, d’habitude chantre du bon gout, s’est retrouvée OVERDRESSED. Kristen Stewart avait, elle, choisi un look entre les deux. Pas folle la guêpe…

Avoir l’estomac solide

A 8h30 du matin, certaines scènes de film peuvent peser lourd sur l’estomac : l’accouchement gore du film Rester Vertical, par exemple, ou la masturbation sur petits fours du film Toni Erdmann.  Sans compter l’enchainement des projections qui oblige le festivalier, pour toute nourriture, à prendre une tranche de pain de mie au vol et à la tartiner de n’importe quoi ( moutarde, mayonnaise ? Tout est possible). Heureusement, le soir, il y a des compensations. Notre parenthèse dans le temps, à Glamour, fut ce dîner "Les chefs font leur cinéma" organisé par la Plage Nespresso. Ecrevisses de Camargue et courgettes en escabèches concoctées par le chef Armand Arnal… Ce n’était plus Cannes, mais le paradis.

Gérer ses frustrations

Et elles sont nombreuses pendant le Festival ! Il y a toujours le film qu’il fallait impérativement voir «"Quoi, tu n’as pas vu Grave, le film de Julie Lecournau !!?" (réponse : Hélas, non !) La soirée où il fallait aller : "Quoi, tu n’étais pas à La Mano, hier soir !!?" ( réponse : non, on n’y a même jamais mis les pieds. ). Et le people qu’il ne fallait surtout pas rater : "Quoi, t’as pas vu Leo hier soir au Gotha !!?" (réponse : Non, on est parti juste trente secondes avant l’arrivée de Leonardo DiCaprio et vous savez quoi ? On s’en fiche un peu).

À lire aussi

Cannes 2016 : Ryan Gosling, au photocall du film  The Nice Guy
Cannes 2016 : Ryan Gosling, l'atout charme du Festival

LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.