• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir

Litt List : 10 livres pro-végétariens

L’ouvrage de référence  : "Manger la chair : traité sur les animaux" de Plutarque e Manifeste anti mal-bouffe : "EAT, chroniques d L’incontournable : "Faut-il manger les animaux ?" de Jonathan Safran Foer Les règles à suivre : "Le bonheur du végétarisme Principes de vie et recettes" de Danièle Starenkyj
10

Depuis Plutarque, nombre d’auteurs s’interrogent sur l’utilité de manger de la chair animale. Depuis le siècle dernier, d’autres s’interrogent sur les dérives de l’industrie de la viande. Séduits, dubitatifs ou carrément hostiles, vous trouverez votre bonheur dans l’un (ou plusieurs) de ces 10 livres pro-végétariens.

LIRE LA SUITE
1 /10

L’ouvrage de référence : "Manger la chair : traité sur les animaux" de Plutarque e

L’ouvrage de référence  : "Manger la chair : traité sur les animaux" de Plutarque e

Rien n’atteste formellement que ce grand philosophe de la Rome antique ait été végétarien. Or, il s’est posé des questions d’une étonnante modernité. Pourquoi, alors que nous n’avons pas les griffes et les dents assez féroces pour dévorer un sanglier à mains nues, nous nous considérons comme carnivore ? Pourquoi l’homme s’obstine toujours à vouloir ce dont il n’a pas besoin ? "Nous, civilisés, nous qui vivons sur une terre cultivée, riche, abondante, nous n'avons aucune raison de tuer pour manger", alors pourquoi se nourrir de ces "malheureux animaux" que nous privons de vie pour notre seul plaisir ? Un traité court, limpide et efficace.

"Manger la chair : traité sur les animaux" de Plutarque, édité par Rivages Poche / Petite Bibliothèque.

2 /10

Manifeste anti mal-bouffe : "EAT, chroniques d'un fauve dans la jungle alimentaire" de Gilles Lartigot

Manifeste anti mal-bouffe : "EAT, chroniques d

Gilles Lartigot se décrit en ces termes : "1m88, 96 KG, 48 ans. Ne consomme ni viande, ni poisson, ni produits laitiers, et aucun supplément chimique ou d'origine animale". Avec ce livre au ton très direct, cet auteur aux cheveux longs, mi hippie, mi rockeur, met en garde contre les méfaits de l'industrie agro-alimentaire. Il nous explique pourquoi et, surtout, comment s’en préserver. Les clés du succès : s’informer sur ce que l’on mange et, pour éviter les effets toxiques, tout cuisiner soi-même ou, du moins, manger bio et local. D’une lecture agréable, ponctué de citations de groupe de hard rock, EAT est également très instructif.

"EAT, chroniques d'un fauve dans la jungle alimentaire" de Gilles Lartigot, édité en 2013 par Winterfields.

3 /10

L’incontournable : "Faut-il manger les animaux ?" de Jonathan Safran Foer

L’incontournable : "Faut-il manger les animaux ?" de Jonathan Safran Foer

 "L’animal nous regarde, et nous sommes nus devant lui", écrivait Jacques Derrida, repris ici par le romancier américain qui est sorti de ses habituelles fictions pour ce récit à la fois drôle, sérieux, parfois choquant, toujours bien vu et dénué de tout jugement (ou presque). Jonathan Safran Foer nous explique (entre autres) pourquoi il est devenu végétarien et pourquoi il s’est introduit clandestinement dans un abattoir. Le tout avec un style imparable. Si l’on n’arrête pas forcément de manger des animaux après avoir lu ce livre, on se posera sans doute au moins la question sur la manière dont ils ont été élevés et tués. Et c’est déjà beaucoup.

"Faut-il manger les animaux ?" de Jonathan Safran Foer, édité en 2009 par les éditions de l’Olivier / Points.

4 /10

Les règles à suivre : "Le bonheur du végétarisme Principes de vie et recettes" de Danièle Starenkyj

Les règles à suivre : "Le bonheur du végétarisme Principes de vie et recettes" de Danièle Starenkyj

Paru il y a plus de trente ans, juste avant son best-seller Le mal du sucre, cet ouvrage complet et pédagogue de Danièle Starenkyj n’a pas pris une ride. Elevée dans le végétarisme, cette auteur et chercheuse  franco-canadienne donne dès 1970 des conférences à ce sujet, expliquant la philosophie d’un choix qui devient aussi un autre mode de vie. Dans ce Bonheur du végétarisme, Danièle Starenkyj propose plus de 250 recettes à base d’aliments frais et tout droit sortis de notre terre fertile : céréales, légumes, fruits, graines, légumineuses… Mieux que végétarien, végétalien !

"Le bonheur du végétarisme Principes de vie et recettes" de Danièle Starenkyj, édité en 1980 par Orion.

 

5 /10

Aveux intimes pour pensée universelle : "Confession d'une mangeuse de viande" de Marcela Iacub

Aveux intimes pour pensée universelle : "Confession d

"On ne peut pas cuire, saler, épicer, servir à table le droit à la vie des autres". Celle qui s’est aussi fait connaître en fustigeant DSK dans ses écrits se livre ici à cet aveu: celui d’avoir aimé, passionnément, la viande. Jusqu’à ce qu’elle lise Plutarque et qu’elle réalise ce que cet acte signifiait : manger un animal mort, ni plus ni moins. Entre réflexions sur ses rapports avec son boucher, sa chienne, elle glisse quelques formules choc sur notre rapport, souvent volontairement aveugle, à notre consommation de chair animale : "les tuer pour les manger, c’est comme se servir de la Joconde pour faire du feu alors que l’on a chez soi des morceaux de bois qui feraient l’affaire".

"Confession d'une mangeuse de viande" de Marcela Iacub, édité en 2011 par Fayard.

6 /10

Petit manuel comportemental : "Vegan! Le choix de la vie" de Catherine Helayel

Petit manuel comportemental : "Vegan! Le choix de la vie" de Catherine Helayel

"Vous n’avez donc rien de plus important à faire que de défendre les animaux?" demande-t-on à Catherine Helayel. Hé bien non. En quoi défendre le bien-être des animaux serait-il une occupation des inactifs ou illuminés ? En quoi l’adorable chaton roi de l’Internet a-t-il plus de raisons d’échapper à la mort, précoce et souvent violente ? Des abattoirs aux tests médicaux pratiqués sur les animaux, cet ouvrage offre de bonnes raisons de se soucier davantage du sort de nos amies les bêtes. Engagé sans être moraliste, lucide sans être acerbe : on recommande ce choix de la vie.

"Vegan! Le choix de la vie" de Catherine, édité en 2013 par Helayel.

7 /10

La vérité, toute la vérité : "Bidoche" de Fabrice Nicolino

La vérité, toute la vérité : "Bidoche" de Fabrice Nicolino

Des poussins jetés vivants à la poubelle, des veaux sevrés au bout de deux jours, des cochons sans queue ni dent, des poules sans becs, des porcelets arrachés à la main du ventre de leur mère, des animaux qui ne savent pas ce que c’est l’air, la terre et le ciel : "bienvenue à la Ferme des animaux", nous prévient Fabrice Nicolino dès le premier chapitre de son enquête, lucide et ultra documentée dotée de témoignages d’éleveurs, du personnel des abattoirs ou d’industriels. Sans tenir de discours pro-végétarien, il y a de quoi questionner le plus carnivore d’entre nous sur la provenance de la viande. Un ouvrage nécessaire.

"Bidoche" de Fabrice Nicolino, édité en 2010 par Babel/Actes Sud.

8 /10

Âmes sensibles ne pas s’abstenir : "Un éternel Tréblinka" de Charles Patterson

Âmes sensibles ne pas s’abstenir : "Un éternel Tréblinka" de Charles Patterson

Certes, le titre est pour le moins dérangeant. Pourtant, il est tiré d’un texte de Isaac Bashevis Singer, que personne n’ira accuser de faire de mauvais parallèle entre la Shoah et l’abattage industriel des animaux. En effet, l’écrivain se mettait surtout à la place de nos amies les bêtes : "Pour ces créatures, tous les humains sont des nazis ; pour les animaux, c’est un éternel Tréblinka". Leur mise à mort systématique est ici décrite, commentée et analysée, dans le seul but de servir la cause animale : c’est-à-dire de nous rendre plus sensible au sort de nos amies les bêtes. À lire.

"Un éternel Tréblinka" de Charles Patterson édité en 2008 par Calmann-Lévy.

 

9 /10

Manuel scolaire du végétarien : "Végétariens : le vrai du faux" d'Anne Jankéliowitch

Manuel scolaire du végétarien : "Végétariens : le vrai du faux" d

Ici, le propos est pragmatique, et c’est plutôt utile. Après une rapide introduction historique, Anne Jankéliowitch nous explique les bonnes raisons d’être végétarien, comment éviter les carences en trouvant ailleurs des sources de protéines, et le pratiquer à tout stade de la vie, tout en balayant les préjugés portés sur les végétariens, souvent considérés comme des anti gourmets austères et rabat-joie. Détrompez-vous : une étude a récemment prouvé que les végétariens avaient plus de chance d’être de meilleur humeur que les omnivores…

"Végétariens: le vrai du faux" d'Anne Jankéliowitch, édité en 2014 par Delachaux & Niestlé.

10 /10

Le récit humoristique : "Le cri de la carotte" de Sandrine Delorme

Le récit humoristique  : "Le cri de la carotte" de Sandrine Delorme

"Et le cri de la carotte, t’y as pensé ?" Ah, ah, ah, cette bonne vieille blague que l’on ressort, souvent certain de son humour, à un végétarien essayant péniblement d’expliquer pourquoi il essayer d’éviter la souffrance animale. Partant de là, Sandrine Delorme explique son choix et nous raconte les "aventures gauloises d’une végétarienne" en pointant du doigt le manque de tolérance des carnivores envers les végétariens – palpable en France a contrario d’autres pays tels que l’Angleterre… Pas de grande littérature, mais un vrai bon moment.

"Le cri de la carotte" de Sandrine Delorme, édité en 2011 par Les points sur les i.

Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.