• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir

Litt List : les 10 meilleurs livres sur Paris

Années folles parisiennes : "Le Paysan de Paris" de Louis Aragon Déclaration d’amour à Paris : "Paris" suivi de "Notes sur l In love with Paris : "Dictionnaire amoureux de Paris" de Nicolas Estienne d’Orves Le Paris des écrivains : "Paris est une fête" d 10

Paris n’est pas seulement prisée des touristes du monde entier, elle inspire l’art et la littérature depuis sa naissance. Voici dix livres qui déclarent leur amour pour la capitale française.

LIRE LA SUITE
1 /10

Années folles parisiennes : "Le Paysan de Paris" de Louis Aragon

Années folles parisiennes : "Le Paysan de Paris" de Louis Aragon

Paris, les années 20. Quand on a près de 30 ans et que l’on découvre la capitale, que voit-on ? Louis Aragon nous emmène en promenade. D’une longue description de l’Opéra à une balade dans les Buttes-Chaumont, des scènes du quotidien comme la visite d’un coiffeur ou des bains, il ouvre des yeux admiratifs, étonnés… amoureux de cette ville aux cents visages. Ni roman, ni poème, ni guide, Le Paysan de Paris est polymorphe et l’on peut parfois s’y perdre, comme dans les méandres de l’âme humaine, qu’Aragon cherche ici à démêler. Un surréalisme qui rend hommage à la poésie de Paris. 

"Le Paysan de Paris" de Louis Aragon, Folio.

2 /10

Déclaration d’amour à Paris : "Paris" suivi de "Notes sur l'amour" de Jean Cocteau

Déclaration d’amour à Paris : "Paris" suivi de "Notes sur l

"Paris est une agora dangereuse, une place publique où les artistes des différentes nations éprouvent ensemble ce patriotisme international de l’art, aussi susceptible et farouche que le patriotisme de naissance" : comment Jean Cocteau aurait pu deviner le caractère prophétique de ses lignes en écrivant cette lettre à Paris, dont il avouait ne pas connaître tous les secrets ? Suivie de Notes sur l’amour d’une justesse imparable, ce petit livre est à offrir, à s’offrir, à tous ceux qui aiment la vie, en particulier lorsqu’elle est menée dans "l’estomac d’autruche" de Paris, qui refusera toujours "d’obéir aux règles". Alea jacta est, cher Cocteau.

"Notes sur l'amour" de Jean Cocteau, Grasset.

 

3 /10

In love with Paris : "Dictionnaire amoureux de Paris" de Nicolas Estienne d’Orves

In love with Paris : "Dictionnaire amoureux de Paris" de Nicolas Estienne d’Orves

"Mon Paris n'est pas le vôtre", prévient le critique d’opéra parisien Nicolas Estienne d’Orves. "Il est le mien, avec ses petitesses et ses grandeurs, ses beautés et ses faiblesses, son mauvais goût et ses lubies, son amateurisme et ses engouements". Il est le nôtre aussi, finalement ! La subjectivité peut aussi se partager. De A comme accordéon à Z comme Zucca (le photographe), il nous raconte son "rêve intime" et ses lieux de prédilection, entre la rue Jacob, le Palais-Royal et la rue des Martyrs – Paris bobo, Paris beau ! Ici, l’auteur livre sa propre chronologie et ses émotions du passé comme du présent. Une jolie confession doublée d’une déclaration d’amour

"Dictionnaire amoureux de Paris" de Nicolas Estienne d’Orves, Plon. 

4 /10

Le Paris des écrivains : "Paris est une fête" d'Ernest Hemingway

Le Paris des écrivains : "Paris est une fête" d

Depuis qu’il a été cité par une mamie au grand cœur sur les chaînes de télévision, ses ventes ont explosé. Tant mieux : Paris est une fête bénéficie de la plume franche et sans ambages d’Hemingway, qui raconte ici ses années de pauvreté parisienne, principalement Rive Gauche. Ce n’était pas facile, mais, fort heureusement, il y avait les rencontres (Gertrude Stein, Jules Pascin, Ezra Pound, Scott Fitzgerald), les musées (il passe des heures, le ventre creux, au Louvre) et l’alcool… "Il n’y a jamais de fin à Paris et le souvenir qu’en gardent tous ceux qui y ont vécu diffère d’une personne à l’autre. Nous y sommes toujours revenus, et peu importe qui nous étions…"

"Paris est une fête" d'Ernest Hemingway, Folio. 

5 /10

Se perdre dans Paris : "Dans le café de la jeunesse perdue" de Patrick Modiano

Se perdre dans Paris : "Dans le café de la jeunesse perdue" de Patrick Modiano

Plusieurs voix habitent ce récit nourri du quotidien de l’imaginaire typiquement Modiano qui, depuis Rue des Boutiques Obscures, fouille les recoins de la capitale comme peu d’autres savent le faire. Ici, ce sont les multiples histoires de Jacqueline alias Louki qui nous sont contées… Et l’humain s’invente un destin au sein de Paris. "Dans ce flot ininterrompu de femmes, d’hommes, d’enfants, de chiens, qui passent et qui finissent par se perdre au long des rues, on aimerait retenir un visage, de temps en temps", écrit Modiano avec sa douce mélancolie. Aujourd’hui, nous avons les visages de ceux qui nous ont été enlevés le 13 novembre gravés dans nos mémoires, nos cœurs, nos tripes.

"Dans le café de la jeunesse perdue" de Patrick Modiano, Folio.

6 /10

Saint-Sulpice style : "Tentative d'épuisement d'un lieu parisien" de Georges Perec

Saint-Sulpice style : "Tentative d

C’est place Saint-Sulpice que ça se passe, là où a vécu trois jours d’affilés Georges Pérec, en octobre 1974. Comme l’annonce son titre, l’intention de l’auteur est de tout dire d’un lieu précis, de ce qu’il est, de ce qui le traverse, de ce qui le transforme. Les bars, les bancs, les passants, la météo… En résulte un texte d’une cinquantaine de pages qui font vibrer la place parisienne. "Il y a beaucoup de choses place Saint-Sulpice (…) Mon propos dans les pages qui suivent a plutôt été de décrire (…) ce que l'on ne note généralement pas, ce qui ne se remarque pas, ce qui n'a pas d'importance : ce qui se passe quand il ne se passe rien, sinon du temps, des gens, des voiture et des nuages". Et c’est très beau.

 "Tentative d'épuisement d'un lieu parisien" de Georges Perec, Bourgeois. 

7 /10

Paris dessiné: "Un peu de Paris" de Jean-Jacques Sempé

Paris dessiné: "Un peu de Paris" de Jean-Jacques Sempé

Quel dessinateur connaît Paris aussi bien que Sempé ? L’illustrateur du Petit Nicolas nous avait déjà montré son amour de la capitale avec Catherine Certitude, écrit en duo avec un autre expert en la matière, Patrick Modiano. Dans le cadre d’une exposition tenue il y a quelques années à l’Hôtel de Ville, il a rassemblé des dessins réalisés entre 1955 et 2011. C’est joli, bien sûr, drôle comme très souvent, mais surtout, léger, tendre, ironique, grave, élégant : du pur Sempé. Celui qui regrette les autobus à plate-forme et les cigarettes dans les cafés nous rappelle que Paris a été une ville pleine de joie. 

"Un peu de Paris" de Jean-Jacques Sempé, Gallimard. 
 
8 /10

Rive Gauche for ever : "Manuel de Saint-Germain-des-Prés" de Boris Vian

Rive Gauche for ever : "Manuel de Saint-Germain-des-Prés" de Boris Vian

Il faut prendre à la lettre le titre de cet ouvrage de Boris Vian, qui dissèque ici son quartier préféré, qui l’a vu jouer de la trompette, danser des nuits entières au Tabou et jeter ses idées de romans sur des carnets planqués au fond de ses poches. Et son guide est rigoureux. Après avoir égrené ses "faits et mythes", Boris Vian s’attarde sur les personnages importants (Roger Blin, Chermay, Juliette Greco, Simone de Beauvoir, Roger la Grenouille, Raymond Quenea...) et les rues incontournables (de la rue du Vieux-Colombier au Quai Malaquais) d’un Saint-Germain-des-Prés qui n’existe plus vraiment mais qui nous a rarement semblé aussi désirable.

"Manuel de Saint-Germain-des-Prés" de Boris Vian, Livre de Poche.

9 /10

L’amour et la violence parisiennes : "Paris" d'Emile Zola

L’amour et la violence parisiennes : "Paris" d

"Il regarda Paris, dont la mer immense se déroulait à ses pieds"… Appartenant à une trilogie romanesque (les deux autres volumes choisissent Lourdes et Rome comme décor), Paris est ici au cœur des déambulations de l’abbé Pierre Froment, que l’on a rencontré lors des Rougon-Macquart. Entre-temps, sa foi a été fortement ébranlée… Le fossé sans cesse creusé entre les classes sociales, la religion comme arme ou comme refuge, le matérialisme effréné et la peur de l’avenir face à des menaces explosives : ce que raconte Zola en 1897, c’est ce que nous vivons encore, autrement mais tout aussi violemment, en 2015.

"Paris" d'Emile Zola, Folio Classique.

10 /10

Paris en images : "Paris portrait d'une ville" de Jean-Claude Gautrand

Paris en images : "Paris portrait d

Du milieu du 19e siècle à aujourd’hui, Jean-Claude Gautrand a rassemblé 500 photographies racontant, en l’espace d’un mouvement, d’un portrait ou d’un pont, ce qu’est Paris. Une ville lumière, chaleureuse, portée sur le vin, la mode, le café… Une séductrice immortalisée par des grands noms de la photographie, tels Louis Daguerre, Robert Doisneau, Jacques-Henri Lartigue, Brassaï ou encore Willy Ronis. Ce superbe livre de 600 pages offre le portrait à travers le temps d’une ville qui n’a cessé d’évoluer et qu’il ne faudra jamais cesser d’aimer telle qu’elle est. 

"Paris portrait d'une ville" de Jean-Claude Gautrand, Taschen.

Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.