• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir

Le top des polars à emmener sur la plage

Le précurseur : Edgar Allan Poe Le plus manipulateur : Agatha Christie Le plus excentrique : Sherlock Holmes

Le plus psychologique : James Ellroy 10

Pour frissonner sous le soleil, découvrez notre liste des 10 meilleurs romans noirs.

LIRE LA SUITE
1 /10

Le précurseur : Edgar Allan Poe

Le précurseur : Edgar Allan Poe

Ce poète, nouvelliste et écrivain romantique du 19e siècle qui a donné ses lettres de noblesse au récit fantastique, est surtout considéré par tous les polardeux comme le précurseur du roman policier. Agatha Christie lui doit beaucoup. On vous conseille trois de ses livres, à savoir Double Assassinat de la rie Morgue, Le Mystère de Marie Roget et surtout La Lettre volée. Aveuglement de la police, dissimulation d'indices au cours de l'intrigue, jeu avec les préjugés du lecteur : tous les ingrédients du récit à énigme sont là. Enquêteur hors-système, le chevalier Auguste Dupin deviendra un modèle pour le Sherlock Holmes d'Arthur Conan Doyle. Le tout dans un univers brumeux, riche en apparitions et en puissances étranges. Indémodable.

A lire aussi dans la même veine : Helen Oyeyemi. Dans son roman Le Blanc va aux sorcières, il est question d'une étrange maison d'hôtes sur les falaises près de Douvres, de jeunes filles sensuelles perdues dans les landes, de fantômes descendant un escalier, d'un clair de lune, de peaux trop pâles et de lèvres trop grises... Helen Oyeyemi, digne héritière de Poe et jeune auteur prodige, se saisit du meilleur du conte gothique britannique pour le transformer en un campus novel atypique et effrayant qui vous marquera très longtemps.

Edgar Allan Poe, Les trois enquêtes du Chevalier Dupin, éd. Ombres, 8,65 €.
Helen Oyeyemi, Le Blanc va aux sorcières, éd. Galaade, 20,30€.

2 /10

Le plus manipulateur : Agatha Christie

Le plus manipulateur : Agatha Christie

Hercule Poirot et Miss Marple, c'est elle. Une femme élevée au rang de maîtresse du crime, qui a même réussi à faire de sa propre vie un récit à énigme. Si vous ne l'avez pas encore lue -comme on vous envie !- jetez-vous sur Dix petits nègres, Mort sur le Nil ou Le Meurtre de Roger Acroyd. Des chefs d'œuvre de manipulation du lecteur à la mécanique implacable. Quand vous en aurez dévoré une bonne dizaine, lisez aussi Qui a tué Roger Acroyd ? de Pierre Bayard, un récit drôle et délicieusement parano qui remet en cause -analyses de lecteurs à l'appui- la culpabilité du désigné coupable. Car oui, en plus d'être des lecteurs compulsifs et pointilleux, qui rêvent de trouver l'auteur du crime avant la dernière page, les "Christiens" sont aussi des originaux dotés d'un complexe de super-héros. Préparez-vous à devenir comme eux. Vous allez voir, c'est formidable !

A lire aussi dans la même veine : Dashiell Hammett. A la même époque, c'est le roi du crime de l'autre côté de l'Atlantique. Dashiell Hammett est un ancien détective privé, fils d'un escroc, qui s'est servi de son enfance et de ses enquêtes dans les milieux mafieux, pour écrire ses premiers textes. Ses romans parlent de drogue, de crasse, de grèves...On est bien loin de l'afternoon tea de Miss Marple. Auteur de quantités d'histoires publiées d'abord dans des revues, il est surtout connu pour son détective Sam Spade dans Le Faucon maltais, qui sera joué au cinéma par Humphrey Bogart.

Dashiell Hammett, Le Faucon maltais, Folio/Policier, 6,50 €.
Pour Agatha Christie, tous les romans sont disponibles au Livre de poche.
Pierre Bayard, Qui a tué Roger Acroyd ?, Minuit/Double, 8 €.

3 /10

Le plus excentrique : Sherlock Holmes

Le plus excentrique : Sherlock Holmes

Mis au monde en 1887 par Sir Arthur Conan Doyle, Sherlock Holmes fait l'objet d'un culte absolu. Célibataire endurci, misogyne, condescendant à souhait avec son "Cher Watson", il a insufflé dans le métier de détective l'élégance et l'assurance un poil méprisante qu'on retrouvera chez ses successeurs. Quatre romans et 56 nouvelles forment ce que ses fans appellent "le canon". Des fans, un brin hystériques, qui croient en l'existence de Sherlock Holmes et ont tendance à tout analyser par le prisme des réflexions de leur idole. Quand vous aurez lu tout le canon et serez complètement accro, lisez Le mystère Sherlock de J.M. Erre (Buchet-Chastel) : l'écrivain s'y moque superbement des dérives qu'un tel culte peut entraîner.

A lire aussi dans la même veine : Allmen créé par Martin Suter et Mma Ramotswe créée par Alexander Mc Call Smith. Le premier est un aristo suisse désargenté et collectionneur reconverti en enquêteur spécialisé dans le monde de l'art pour conserver son train de vie. La deuxième est la première femme détective du Botswana, généreuse et sans expérience, qui règle tous les problèmes de ses concitoyens, du conflit de voisinage au trafic d'ivoire. Deux détectives atypiques et attachants qui, contrairement à Holmes, sont très respectueux de leurs chers assistants.

Pour les aventures de Sherlock Holmes, on trouve tout très facilement au Livre de Poche.
J.M. Erre, Le mystère Sherlock, éd. Buchet-Chastel, 20,30€.
Martin Suter, Allmen et les libellules et Allmen et le diamant rose, Christian Bourgois, les deux 17€.

4 /10

Le plus psychologique : James Ellroy

Le plus psychologique : James Ellroy

Le succès de la Trilogie Underworld USA ou du Quator de Los Angeles ne doit pas faire oublier cette pépite du maître californien. En 1986, James Ellroy publie Un tueur sur la route et c'est tout le milieu du polar qui vacille. Pour la première fois, on entre dans l'esprit d'un serial killer et on le suit : il raconte ses crimes. L'ouvrage est devenu une référence pour l'étude de la psychologie des tueurs en série. Un récit d'une violence incroyable et étouffante... Le thriller ultime.

A lire aussi dans la même veine : François Beaune, Ange noir. Publié en 2011, ce roman noir raconté par le tueur sonde avec la même finesse l'étrange, le bizarre, l'incompréhensible qui anime la personnalité du héros, définitivement louche. Un marginal fragile, encore logé chez sa mère, sans amis et accro aux jeux vidéos qui, un jour, tue une des ses jeunes collègues. Déroutant et radical.

James Ellroy, Un tueur sur la route, Rivages/poche, 9€.
François Beaune, Un Ange noir, éd. Verticales, 18, 20€.

5 /10

Le plus engagé : J-P Manchette

Le plus engagé : J-P Manchette

Écrivain, scénariste et dialoguiste connu pour ses idées d'extrême-gauche, c'est lui qui a porté tout le polar des années 70-80 en France pour en faire un outil de critique d'une société et d'un système. On lui doit cette phrase qui influencera de nombreux auteurs de polars après lui : "le bon roman noir est un roman social, un roman de critique sociale, qui prend pour anecdote des histoires de crimes". On lira de lui Morgue pleine et surtout La Position du tireur couché, ou alors -après tout, c'est l'été !- l'intégrale de ses romans en Quarto chez Gallimard.

J-P Manchette, Romans noirs, Quarto/Gallimard, 31,50€.
A lire aussi dans la même veine : Jean-Claude Izzo, La trilogie marseillaise (Total Kheops, Chourmo, Solea), Folio/policier, 11,50€.

6 /10

Le plus historique : Kate Summerscale, L'affaire de Road Hill House

Le plus historique : Kate Summerscale, L

Publié en 2008, le livre L'Affaire de Road Hill House inaugure un nouveau genre littéraire, entre le reportage historique et le detective novel. Soit le retour sur un fait-divers sensationnel qui défraya la chronique au cours de l'été 1860 en Angleterre. Dans une maison bourgeoise de la campagne anglaise, le petit dernier de la famille, âgé de trois ans, est retrouvé mort dans les latrines. Le père, la mère et la bonne : tout le monde est suspect, car tout le monde a quelque chose à cacher. Hyper documenté, avec plans de la maison et présentation des personnages, le livre déroule dans un suspens insoutenable toutes les pistes jusqu'au meurtrier. En creux, Kate Summercale interroge la naissance de la presse à sensation et du métier de détective (on en est aux balbutiements de Scotland Yard) qui vont de pair avec les débuts du récit à énigme. Une vraie bombe.

A lire aussi dans la même veine : Kate Colquhoun, Le Chapeau de Mr Briggs. Cette Kate-là connaît la première, et partage la même passion pour les archives et l'histoire du crime en Angleterre. Son livre s'intéresse au premier crime sur les chemins de fer britanniques soit l'assassinat sans témoin d'un banquier sans histoire alors qu'il prenait très ordinairement le train pour rentrer chez lui. Rapidement, les enquêteurs suivent la piste d'un immigré allemand accusé par sa logeuse. S'appuyant sur la presse, les minutes du procès et les archives, l'écrivaine montre comment ce crime a remis en cause la confiance vouée au progrès et au capitalisme tout-puissant ainsi que la crispation d'un pays en pleine mutation, hanté par la peur de l'étranger. Un parallèle saisissant avec notre époque, une vraie réussite de critique historique et sociale.

Kate Summerscale, L'affaire de Road Hill House, 10/18, 9,10€.
Kate Colquhoun, Le Chapeau de Mr Briggs, Christian Bourgois, 25€.

7 /10

La plus populaire : Fred Vargas

La plus populaire : Fred Vargas

Populaire, dans le sens non péjoratif de "grand succès public" du terme et même énorme succès, Fred Vargas fait partie des 10 romanciers qui vendent le plus en France. Preuve pour certains qu'elle n'en vaut pas la peine. Sans lui vouer un culte absolu, on peut reconnaître l'efficacité de polars comme Debout les morts, L'Homme à l'envers ou Pars vite et reviens tard. Le dilettante inspecteur Jean-Baptiste Adamsberg, anti-détective décalé, nous séduit instantanément et presque malgré lui.

A lire aussi dans la même veine : Mary Higgins Clark, La Nuit du renard. On ose car tout est possible : le changement, c'est maintenant. Et aussi, parce qu'avant d'être une mémère liftée en voie de momification, distillant des sagas mièvres où les héros passent le plus clair de leur temps à boire du bon vin et à allumer leur cheminée dans leurs riches demeures de Cape Cod, Mary Higgins Clark a écrit en 1977 un polar franchement bien fichu. Soit la cavale d'un serial killer garagiste qui tue depuis un paquet de temps, un paquet de jeunes et jolies femmes dont les voitures tombent en panne, et décide de s'en prendre au veuf d'une des ses anciennes victimes pour récolter un paquet de fric. Récit choral, porté par une dizaine de personnages, La Nuit du renard est un casse-tête incroyable, impossible et donc jouissif. 

Tout Fred Vargas est en poche aux éditions J'ai Lu
Mary Higgins Clark, La Nuit du renard, Livre de Poche, 4,85€.

8 /10

Le plus au nord : Henning Mankell

Le plus au nord : Henning Mankell

C'est le gendre d'Ingmar Bergmann, il vit entre la Suède et le Mozambique et surtout, c'est le meilleur auteur de la nouvelle vague du polar scandinave. Vous allez succomber au charme de Kurt Wallander, commissaire désabusé, dépressif et donc profondément humain. Pour des raisons qu'il reste à explorer (Le froid ? L'isolement ? Du coup, sommes-nous préservés par la mousson parisienne? ), les meurtres dont il s'occupe sont de plus en plus sanglants, surtout quand il doit se rendre en Lettonie. On vous recommande froidement Meurtriers sans visage, Le Guerrier solitaire et L'Homme inquiet.

A lire aussi dans la même veine : Thorarinsson, Indridason, Larsson... D'Islande, de Suède, de Norvège et du Danemark, les auteurs de polars scandinaves ont dominé le monde du polar la décennie dernière. On vous conseille ces trois noms pour ne pas vous perdre car les clones sont nombreux. Après, si vous déprimez et en avez marre de vous les geler après l'été, lisez une enquête de Mma Ramotswe. Ça ira mieux.

Pour les plus accros, L'Intégrale des enquêtes de Wallander est disponible en trois volumes au Seuil. Sinon, vous trouverez chaque roman en poche au Points.
Stieg Larsson est chez Actes Sud (Actes Noirs), Arni Thorarinsson et Arnaldur Indridason chez Métailié.

9 /10

Le plus trash : Caryl Férey

Le plus trash : Caryl Férey

Ne pas se fier à sa tête de beau gosse et à son amour des paysages bretons (où il a grandi) : Caryl Férey est un auteur de polars féroce qui prend un malin plaisir à mettre à mort tous ses personnages et à laisser son lecteur sans espoir. L'enfance bretonne lui a sans doute donné le goût du voyage. En 1998, il est remarqué avec Haka, situé en Nouvelle-Zélande et enchaînera avec le sublime Zulu, sur les survivances de l'apartheid et les méthodes silencieuses d'empoisonnement toujours en vigueur en Afrique du Sud, avant de sortir Mapuche qui se passe en Argentine. Fils spirituel d'un J-P Manchette (pour la critique sociale) et d'un John Le Carré (pour le goût des scandales politiques et autres manipulations de la population), Férey est l'auteur de polar français le plus ambitieux et surprenant du moment.

A lire aussi dans la même veine : Mo Hayder et Unity Dow. En polar, on n'a pas encore conceptualisé le roman noir féminin et c'est tant mieux. Si un Ellroy est le roi de la psychologie, des femmes comme Mo Hayder et Unity Dow sont fascinées par le trash et le gore. La première, on ne la présente plus (Pig Island, Skin, Proies, Les Lames), on aime quand ça coupe, ça saigne et ça strangule. La deuxième, une femme de loi botswanaise et militante des droits de l'homme a signé Les Cris de l'Innocente, un roman sur les meurtres rituels au Botswana -soit, le fait de découper vivant les membres d'un enfant et de les consommer encore frais afin de devenir plus fort. Glauque à souhait, on vous dit.

Haka, Zulu et Mapuche de Caryl Férey sont disponibles aux éditions Gallimard
Mo Hayder est aux éditions des Presses de la Cité
Unity Dow, Les Cris de l'innocente, Actes noirs/Actes sud, 20,30€.

10 /10

Le plus prometteur : Sebastian Rotella

Le plus prometteur : Sebastian Rotella

Journaliste d'investigation, spécialisé dans les questions d'immigration, de crime organisé et de terrorisme pour le Los Angeles Times, Sebastian Rotella a publié Triple Crossing au printemps dernier. Un récit basé sur ses propres enquêtes qui explore à travers les patrouilles du jeune agent Valentin Pescatore et ses collègues corrompus, cette "triple frontière" entre le Brésil, le Paraguay et l'Argentine où se jouent tous les trafics mondialisés d'armes, de drogues et de travailleurs sans papiers.

A lire aussi dans la même veine : R.J. Ellory. En 2008, cet écrivain britannique publie Seul le silence en France et on l'acclame comme l'héritier d'Ellroy. En fait, il faudrait plutôt le comparer à Truman Capote tant il met en œuvre la même précision maniaque des détails que l'auteur de De sang-froid, dans cette enquête de Joseph Vaughan, écrivain obsédé par la série de viols et de meurtres de fillettes commis pendant trente ans dans le sud des États-Unis. Depuis, R.J. Ellory a publié le très bon Vendetta (sur le milieu criminel de La Nouvelle-Orléans), Les Anonymes et Les Anges de New York.

Sebastian Rotella, Triple Crossing, éd. Liana Levi, 22,50€.
Tout R.J. Ellory est aux éditions Sonatine.

Gladys Marivat
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.