• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir

BD : nos 10 coups de cœur du moment

Une BD sulfureuse : "Violette Nozière, Vilaine chérie" de Camille Benyamina et Eddy Simon Une BD intime : "Journal" de Julie Delporte Une BD d Une BD électrochoc : "7ème étage", d 10

Envie de BD pour bouquiner au soleil, ou découvrir de nouveaux romans graphiques à dévorer chez soi ? Voici notre sélection de 10 bandes-dessinées à lire, relire, ou découvrir !

LIRE LA SUITE
1 /10

Une BD sulfureuse : "Violette Nozière, Vilaine chérie" de Camille Benyamina et Eddy Simon

Une BD sulfureuse : "Violette Nozière, Vilaine chérie" de Camille Benyamina et Eddy Simon

Vous ne la connaissez peut-être pas, mais l'histoire de Violette Nozière est l'un des faits divers les plus célèbres et choquants des années 30. En effet, comment une jolie jeune fille de 19 ans sans histoire et d'un milieu plutôt modeste a-t-elle pu empoisonner ses propres parents par avidité ? L'auteur Eddy Simon et l'illustratrice Camille Benyamina retracent avec brio le parcours sulfureux de cette jeune ambitieuse des années folles qui, par amour et appât du gain, a commis l'irréparable, véritablement prête à tout pour son extrême liberté.

Violette Nozière, Vilaine chérie de Camille Benyamina et Eddy Simon chez Casterman, 20€

2 /10

Une BD intime : "Journal" de Julie Delporte

Une BD intime : "Journal" de Julie Delporte

On pénètre ici dans le Journal intime et poétique de Julie Delporte, qui illustre au jour le jour, ou presque, ses doutes et angoisses. En toile de fond, sa rupture avec V., sa difficulté à croire en son art alors qu'elle nous livre des croquis aux crayons de couleurs saisissants. En suspend, fragile et délicat, son journal ébauche magistralement ces sentiments profonds qu'on a tous vécu à la fin d'un amour. Errant dans les rues de Montréal ou trouvant un semblant de paix dans le Vermont, on suit son état amoureux au jour le jour comme le journal d'une malade qu'on attend de voir guérir, enfin. Une œuvre tout aussi cathartique que jolie.

Journal de Julie Delporte éditions L'agrume, 20€

3 /10

Une BD d'explorateur : "Dispersés dans Babylone" de Jérémie Dres

Une BD d

Après sa première BD Nous n'irons pas voir Auschwitz où il partait en Pologne sur les traces de sa défunte yiddish grand-mère avec son frère, Jérémie Dres repart à en quête de ses origines, en faisant un singulier détour. Dans son nouveau récit, Dispersés dans Babylone, l'auteur-dessinateur part en quête des liens entre les rastas, leur culte de Jah et du premier empereur d'Ethiopie, Haïlé Sélassié Ier, et le peuple hébreu, les Juifs. Des communautés les plus oubliées d'Éthiopie en passant par l'histoire des Juifs Noirs et finissant au fin fond du Bronx, Dres nous ouvre les portes de l'étrange aventure des peuples déracinés, avec la Terre promise en toile de fond. Le tout, au son des titres de reggae qui ont bercé… notre adolescence. Jah rastafari, amen.

Dispersés dans Babylone de Jérémie Dres chez Gallimard, parution le 13 mai 2014, 21€

4 /10

Une BD électrochoc : "7ème étage", d'Asa Grennvall

Une BD électrochoc : "7ème étage", d

Née en 1973, Åsa Grennvall est l’une des pionnières de la grande vague d’artistes féminines de bande-dessinée en Suède. Avec 7ème étage, son premier roman graphique, elle livre un récit autobiographique bouleversant, qui illustre sa décente aux enfers insidieuse dans la violence conjugale, alors qu'elle était une toute jeune étudiante. Un homme canon, une belle rencontre, une histoire d'amour qui commence… Rien ne laissait présager qu'elle allait subir des violences quotidiennes avec un compagnon sociopathe et dangereux. Dans 7ème étage, on a enfin le point de vue intérieur de la victime, qui répond franchement aux questions les plus banales qu'on peut se poser, comme "Comment fait-elle pour supporter ça" et "Pourquoi elle ne le quitte pas ?" en nous faisant vivre de l'intérieur le terrible engrenage. On vous prévient : ça finit bien, et l'historie d'Åsa a même reçu le soutien d'Amnesty International. Bref, un roman graphique magnifique et d'utilité publique !

7ème étage d'Asa Grennvall aux éditions Agrumes, parution le 16 mai 2013, 16€

5 /10

Une BD décapante : "Ma révérence" de Wilfrid Lupano et Rodguen

Une BD décapante : "Ma révérence" de Wilfrid Lupano et Rodguen

L'auteur Wilfrid Lupano a gardé de son passé de barman et videur le goût des histoires insolites et tragiques des petites gens de France. Avec Rodguen aux dessins, qui travaille à L.A aux studios Dreamworks, ils livrent ensemble une étrange histoire tragi-comique qui a tout du polar et qui pourtant ne cesse de nous surprendre. L'anti-héros Vincent est un loser trentenaire, flanqué d'un acolyte asocial alcoolo et délicieusement rebelle, Gaby. Ensemble, ils fermentent un enlèvement avec rançon, car Vincent rêve de retourner au Sénégal, où l'attend sa toute jeune famille qu'il a pourtant fui. On craint pour leurs pommes tout autant qu'on s'accroche à leur histoire déjantée qui mêle fantasme des tropiques, chronique sociale et phrasés bien envoyés ! On n'est d'ailleurs pas les seules à avoir aimé cette BD de loubards : Ma révérence a reçu le prix Fauve SNCF polar d'Angoulême 2014.

Ma révérence de Wilfrid Lupano et Rodguen, Delcourt, 17,95€

6 /10

Une BD aigre-douce : "Lâcher prise" de Miriam Katin

Une BD aigre-douce : "Lâcher prise" de Miriam Katin

Dans Seules contre tous (2006), la graphiste et chef déco Miriam Katin racontait son enfance hongroise à se cacher, avec sa mère, des Allemands nazis tandis que son père était enrôlé dans l'armée. Dans son nouveau récit autobiographique Lâcher prise, on se retrouve soixante ans plus tard, alors qu'elle vit à New York et qu'elle est maman d'un grand garçon déjà. Et c'est bien là tout le problème : il veut s'installer et vivre à Berlin, chose qui la tue - elle qui ne voit dans cette ville que l'ancien fief d'Hitler, et surtout, il veut la nationalité hongroise et a besoin de son aide, elle dont le seul fait d'être juive l'a privé de sa nationalité des décennies auparavant. Histoire, génocide, exil, passé, inquiétude maternelle extrême, vieux démons et humour décapant font de ce roman graphique aux crayons de couleurs et aux dessins très dynamiques un véritable bijou à dévorer.

Lâcher prise de Miriam Katin chez Futuropolis, 22€

7 /10

Une BD tragique : "Falaises" de Thibault Balahy et Loic Dauvillier d'après Olivier Adam

Une BD tragique : "Falaises" de Thibault Balahy et Loic Dauvillier d

Quand Olivier Adam parle de son roman, Falaises, il dit qu'il a une couleur : bleu. "Bleu gris fer. Bleu de nuit", écrit Adam en introduction à l'adaptation en BD qu'ont fait Thibault Balahy et Loic Dauvillier de Falaises. En effet, c'est dans le bleu, bleu encre, bleu ciel, bleu pétrole, qu'on rentre dans l'histoire tragique d'un petit garçon dont la mère se suicide en sautant des falaises d'Étretat. Homme endeuillé, meurtri, en quête du goût de vivre, c'est une fois devenu père qu'il se remémore, au bord des mêmes falaises qui ont marqué sa vie 20 ans plus tôt, les moments forts de son enfance et adolescence : les premières amours, les premiers joints, les premières peines et ses rapports avec son père, figure violente et terrifiante qu'il aura fui toute sa vie avant de le devenir lui-même à son tour. Une adaptation qui traduit bien "les écorchures, les plaies, les gouffres et la lumière", comme l'écrit encore Olivier Adam.

Falaises de Thibault Balahy et Loic Dauvillier d'après Olivier Adam chez Olivius, 20€

8 /10

Une BD sublime : "Come Prima" d’Alfred

Une BD sublime : "Come Prima" d’Alfred

La BD Come Prima d'Alfred a remporté le prix le plus prestigieux d'Angoulême 2014, à savoir le Fauve du meilleur album, et elle le mérite bien. Ici, on plonge dans l'histoire trouble de deux frères italiens, dont l'aîné a fui le village d'origine pour ne plus jamais donner de nouvelles et devenir mi-boxeur mi-voyou sur les grands chemins. Quand son petit frère Giovanni le retrouve 10 ans après en France, avec l'urne du paternel dans les mains, Fabio ne peut plus échapper à son passé. Les voilà en route vers leur Italie natale des années 60 rongée par des années de fascisme, avec leurs vieux dossiers à porter, amours mortes et autres fantômes, entourés de paysages toscans à perte de vue, en quête d'une fraternité passée à reconstruire à coups de gueule, ou de points.

Come Prima d’Alfred chez Delcourt, 25.50 €

9 /10

Une BD poétique : "La carte des jours" de Robert Hunter

Une BD poétique : "La carte des jours" de Robert Hunter

La carte des jours de Robert Hunter est une véritable ode à la vie : on part des contrées lointaines du Cosmos pour découvrir le visage de la Terre, amoureux éperdu du soleil, qui lui envoie son amour à travers toutes sortes de plantes magnifiques, ouvrages exquis de la Nature. Une fable mystérieuse qui mêle énigme de la nuit des temps et turpitudes de la vie contemporaine, dans un graphisme coloré et fin qui nous fait découvrir avec plaisir chaque case de cette étrange narration. Un conte pour grands, poétique et extraordinaire, qui parle avec douceur de la tragédie et vanité des amours impossibles.

La carte des jours de Robert Hunter chez Nobrow, 16.50€

10 /10

Une BD poignante : "Le muret" de Pierre Bailly et Céline Fraipont

Une BD poignante : "Le muret" de Pierre Bailly et Céline Fraipont

Rosie a 13 ans. Quand sa mère s'enfuit à Dubaï avec son amant, elle reste seule dans son pavillon, tandis que son père travaille des jours durant, absent à Londres. On la voudrait grande et responsable mais dans les pièces vides de la maison la solitude la ronge, surtout quand sa copine d'enfance, Nath, lui fait faux bond pour un garçon. Isolée, triste, délaissée, Rosie traîne sa carcasse jusqu'à un muret où elle découvre deux passions qui vont changer son existence : le whisky, et Jo. Apprentissage chaotique de la vie au tournant de l'adolescence, Le muret illustre parfaitement, en noir et blanc, les états d'âme d'une jeune fille paumée qui se découvre comme elle peut, sur des airs des Cure, dans les vapeurs de l'alcool et des premières soirées.

Le muret de Pierre Bailly et Céline Fraipont chez Casterman, 17€

Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.