• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Pourquoi "14 000 raisons d'être heureux" est LE livre feel-good du moment

Pourquoi "14000 raisons d

Enfin traduit en français, "14 000 raisons d'être heureux" s’est vendu à plus d'1,5 millions d'exemplaires dans le monde. Glamour vous donne trois bonnes raisons de l’aimer.

"Ce petit livre représente cinquante années à noter toutes les petites choses qui me rendent heureuse" : il fallait y penser, Barbara Ann Kipfer l’a fait… et l’a publié, en 1990. Carton plein. Depuis, elle a écrit près de 50 autres livres, mais celui-ci reste son best-seller incontesté. Avant la France aujourd’hui (il était temps !), 14 000 Things To Be Happy About a été traduit dans 14 pays aussi différents que le Japon, le Danemark, la Russie, Israël ou la Hollande. On peut parier qu’il va aussi cartonner dans l'hexagone. Pourquoi tant d’amour ?

Parce que c'est un plaisir de lecture

De prime abord, on peut avoir peur de ses 440 pages. Erreur ! Ce n'est pas un Victor Hugo à lire scrupuleusement de A à Z sous peine de s'y perdre,  mais un livre que l'on peut ouvrir à n'importe quelle page, pour trouver des actions et des choses qui rendent le sourire. C'est très éclectique : des draps en coton percale, faire du macramé, les fortune cookies, admirer un vieux manoir en pierre, le premier baiser de l’été, un week-end de trois jours, les portes persiennes, Calimero, les porte-monnaie à fermeture éclair, l’Océan atlantique, un sens aigu de l’ironie, Ray Charles, la pâte à modeler Play-Doh…Façon inventaire de Prévert ou  Philippe Delerm, 14 000 raisons d'être heureux se butine à tout moment de la journée, du matin au soir.

Côté style, Barbara Ann Kipfer en connaît un rayon : docteur en linguistique et en archéologie, elle est lexicographe depuis 25 ans. Elle joue avec les mots avec une véritable dextérité enrobée dans cette succession de petites sections de phrases faussement faciles. Ce côté ludique qui ne le rend pas pour autant trop léger - étant profondément universel, il nous donne des (bonnes) idées et nous rappelle, aussi, ce que l'on a aimé jadis et qu’on avait peut-être oublié.

Parce que ses illustrations sont irrésistibles

Outre son format parfait (plus petit qu’un poche, épais mais pas trop, et une couverture blanche assez minimale), 14 000 raisons d’être heureux possède un atout non négligeable : son esthétique. Elle n’aurait pas été aussi attrayante sans l’intervention du célèbre illustrateur Pierre Le-Tan (oui, le père de la créatrice de mode Olympia Le-Tan ! ), qui signe des Unes du New York Times Magazine, également collaborateur du Vogue ou de Harper’s Bazaar. Ici et là, il a essaimé des petits dessins charmants, à la fois simples et évocateurs, qu'on a envie d'instragramer dans la minute.

Un coquillage, des toasts chauds dans le grille-pain, un bonhomme de neige, un pull en cachemire col V, une baignoire remplie à ras bord de mousse, un sifflet… Tous ces objets sont dessinés avec une intemporalité qui est la patte de Le-Tan. La simplicité de son trait accompagne ce livre multigénérationnel en soulignant l’une de ses principales qualités : son intemporalité. "Les cafés avec terrasse", "des bruits d’animaux", "Saint-Jean-Cap-Ferrat", "un cadeau surprise", "la gratitude", "les séries de la chaîne HBO", "du brillant à lèvres", "la mayonnaise maison" ou encore "découvrir un secret" : tout le monde aime ça, de 7 à 77 ans (au moins).

Parce qu'il témoigne d'un renouveau de la psychologie positive

Après des années de livres nous vantant les bienfaits de l'happy face, nuit et jour, quoiqu'il arrive, les auteurs et penseurs de psychologie positive introduisent une notion plus complexe. A l’automne 2015, l’ouvrage collectif Second Wave Positive Psychology: Embracing the Dark Side of Life, dirigé par le chercheur Itai Ivtzan, expliquait que pour être heureux, il fallait aussi accepter ses moments de doute ou de désespoir, et faire avec les pensées sombres qui peuvent nous assaillir. Plutôt que de les éloigner, il s'agit aussi de les assimiler. Ainsi, on peut trouver dans le livre de Barbara Ann Kipfer des choses qui peuvent faire sourire certaines, mais aussi en faire pleurer d'autres. Parce qu'on est nostalgique, parce que cette chanson nous fait pleurer, que cet endroit nous rappelle de mauvais moments ou que cette effluve nous évoque celle du jardin de notre grand-mère disparue… Mais attention, rien de plombant là-dedans : pleurer, parfois, ça fait du bien! 

D'autre part, le livre dégage un sentiment apaisant, voire hypnotique par son aspect énumératif. Professeur de méditation, bouddhiste pratiquant la méthode de pleine conscience de Jon Kabat-Zinn, l'auteure a su s’y prendre pour faire de son livre un outil pour déconnecter, ne fut-ce que quelques minutes, de la réalité. Tout en respectant les formats courts et efficaces de l'époque via ses espèces de haïkus littéraires. Bien joué !

"14 000 raisons d'être heureux" de Barbara Ann Kipfer, First Editions.

LIRE LA SUITE
Par Sophie Rosemont
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.