Les 5 commandements de "Cinquante nuances de Grey"

On pensait qu'il fallait être une super woman qui alliait beauté, finesse et intelligence pour ferrer la perle rare. On n'avait rien compris, la preuve avec Anastasia Steele, héroïne vendue à plus de 40 millions d'exemplaires.

50 nuances de grey
© Getty -

1- Tu seras aussi débrouillarde qu'un oisillon tombé du nid
Arriver dans une pièce à quatre pattes parce qu'on a trébuché, poser des questions inappropriées à tout moment et rougir à chaque échange verbal, tel est le quotidien d'Anastasia Steele, fille spirituelle de Pierre Richard et de Bridget Jones… Bref, pour les timides un peu fades, tous les moyens sont bons pour se faire remarquer entre deux bourdes et trois mots irréfléchis. Mais dans 50 Shades of Grey, comme Ana, tu n'assumeras pas trop tes maladresses, alors tu piqueras des fards, auras le souffle court et manqueras de t'étouffer sous les bouffées de chaleur. De quoi devenir une gaffeuse pro avec des problèmes respiratoires dignes des héroïnes les plus corsetées du 19ème siècle, en somme.

Extraits choisis :
"-En poussant la porte, je trébuche et c'est à quatre patte que j'atterris dans le bureau de M.Grey. Et merde, merde, merde !" (p.14)
"-Êtes-vous gay, monsieur Grey ?" (p.21)
"Mon cœur bat la chamade, et sous son regard scrutateur, j'ai viré au rouge pivoine." (p.35)
"Alors que je m'apprête à traverser la rue, je trébuche sur le bord du trottoir.
-Merde ! Ana ! s'écrie Grey.

Il tire tellement fort sur ma main qu'il me plaque contre lui à l'instant même où un cycliste roulant en sens interdit m'évite de justesse." (p.59)
"Respirez, Anastasia, ajoute-t-il doucement." (p.103)
"Je m'empourpre." (p.173)

2- Tu tiendras l'alcool comme une première communiante
Et tu respecteras scrupuleusement le processus foireux de nos soirées trop alcoolisées, en trois temps : drunk dial, vomi, black-out.

Extraits choisis :
"Hou là. J'ai la tête qui tourne. Je dois m'agripper au dossier de la chaise. Les cocktails à la téquila, décidément, ce n'était pas l'idée du siècle. (...) Je consulte mon portable pour passer le temps. (…) il y a un numéro que je ne reconnais pas. Ah oui, Grey. Je glousse. Je ne sais pas quelle heure il est, je vais peut-être le réveiller." (…) Je souris en appuyant sur "appeler". Il répond à la deuxième sonnerie." (p.69)

"Je lance un regard angoissé à Christian tandis qu'il foudroie José du sien. Puis mon estomac se soulève et je me plie en deux. Mon corps ne peut plus tolérer l'alcool ; je vomis spectaculairement par terre. (...) Il passe un bras sur mes épaules ; de sa main libre, il relève mes cheveux en queue-de-cheval pour les écarter de mon visage. J'essaie maladroitement de le repousser mais je vomis encore… et encore." (p.72)

"Il fait trop chaud ici, il y a trop de couleurs, trop de bruit, trop de lumières. Ma tête se met à tourner… Non le sol se précipite à la rencontre de mon visage. La dernière chose que j'entends avant de m'évanouir dans les bras de Christian Grey, c'est ce mot : - Merde !" (p.77)