• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

J’aime rien, je suis Parisien

J’aime rien, je suis Parisien

Dans son petit livre Dessine-moi un Parisien (10/18) Olivier Magny dresse un portrait hilarant des habitants de la capitale. Un joli cadeau de Noël qui amusera des deux côtés du périphérique.

« Règle numéro un : les piétons n’existent pas. Règle numéro deux : les embouteillages sont toujours causés par les départements qui sentent la boue : C’est ce con de 27 qui bloque tout le monde depuis deux heures.” Règle numéro trois : tout comportement automobile outrageant est toujours le fait des départements qui sentent la dépression : mais il est complètement con le 94, il va tuer quelqu’un.” Il est de notoriété publique à Paris que le parisien conduit mieux que tous les autres français. Il vit à Paris après tout. »

Rien ne destinait Olivier Magny à écrire. A 24 ans, il a crée O Château une société de dégustation de vin. Et pour animer le blog du site internet de sa boîte il improvise de petits textes en anglais décrivant les us, coutumes et travers des Parisiens. Ils sont remis en forme dans Dessine moi un Parisien, jolie petit livre illustré inédit qui sort aujourd’hui chez 10/18. Dans cet inventaire à la Prévert on notera par exemple : les sushi du dimanche soir, le fait d’abuser du mot « putain », de porter du noir, et accessoirement de détester les chaussettes blanches, de prendre un café gourmand, de traiter les gens de facho (« à Paris un fasciste est quelqu’un qui n’est pas d’accord avec le Parisien »)… Olivier Magny recense les étranges habitudes de l’homo-parisianus, être paradoxale puisque « Le parisien aime sa ville, mais il déteste les Parisiens ».

Les grandes réussites du livre sont d’une part de dresser une cartographie d’attitudes communes aux gens de Belleville et du 6ème, aux graphistes et aux avocats… Et d’autre part de toucher juste sans être trop pointu ou trop général, trop branché où trop évident. On peut donc l’offrir à son pote pilier de bar d’Oberkampf comme à son cousin notaire à Moulin. Ils le trouveront également drôle et bien vu. Olivier Magny prouve qu’il est bien un Parisien pur sucre puisque d’après lui : « Le parisien possède une opinions sur la plupart des sujets, offrant ainsi à son interlocuteur un aperçu de sa connaissance qui, c’est remarquable, relève de l’encyclopédique. Les théories démontrent que, non content d’avoir plus d’informations et de connaissances que les autres, le Parisien est capable de traiter ces flux de savoir à travers un filtre bien à lui, le filtre dit de la supériorité. »

Dessine-moi un Parisien (10/18), 220 pages, 12,50 euros.

LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.