• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

10 livres à lui offrir (surtout s’il ne lit pas)

homme livre

La dernière ligne qu’il a lu, c’était Montaigne au bac. Il faut agir.

Le couple est un mystère pour lui : Risibles amours de Milan Kundera
Le recueil de nouvelles de Kundera, écrit entre 1959 et 1968 pendant qu'il ébauchait son premier roman, amorce les thèmes qui hanteront par la suite toutes ses fictions : l'amour, la désillusion, la fidélité, l'angoisse du temps... Des nouvelles courtes, sexistes sur les bords (chez Kundera, la femme est toujours un peu hystérique, et l'homme toujours un peu lâche), mais qui se lisent vite et bien. Kundera, c'est prenant et efficace.

"Suppose que tu rencontres un fou qui affirme qu'il est un poisson et que nous sommes tous des poissons. Vas-tu te disputer avec lui ? Vas-tu te déshabiller devant lui pour lui montrer que tu n'as pas de nageoires ? Vas-tu lui dire en face ce que tu penses ?" Son frère se taisait, et Edouard poursuivit : "Si tu ne lui disais que la vérité, que ce que tu penses vraiment de lui, ça voudrait dire que tu consens à avoir une discussion sérieuse avec un fou et que tu es toi-même fou. C'est exactement la même chose avec le monde qui nous entoure."

Il est un peu frustré  : Elles se rendent pas compte de Vernon Sullivan / Boris Vian
Pour les sujets sensibles, comme la drogue, le sexe, la violence, et le travestissement, Vian a préféré signer ce roman des années 50 sous son pseudonyme à la Mr. Hyde, Vernon Sullivan. Ce polar léger et trash avant l'heure est loin de la triste histoire d'amour de L'écume des jours... Avec Elles ne se rendent pas compte, une prouesse est réussie : l'équation entre sexe et violence reste à égalité, le tout concentré en peu de lignes. Bref, pas un mot de trop. Et surtout, c'est drôle.

" D'abord, ça devrait être interdit, les bals costumés. Ça assomme tout le monde et au vingtième siècle, on n'est tout de même plus d'âge à s'habiller en bandit sicilien ou en grand air de la Tosca, juste pour avoir le droit d'entrer chez les gens dont on fréquente la filleparce que c'était ça le problème. On était le 29 juin et le lendemain, Gaya débutait dans le monde. À Washington, ça représente quelque chose comme corvée (…)"

Il aime l’humour anglais : Bizarre bizarre de Roald Dahl
Roald Dahl n'écrit pas que pour les enfants, et heureusement. Par son ton fantaisiste et loufoque, il arrive néanmoins à créer une étrange atmosphère tout à fait dérangeante, quelle que soit la situation initiale. Le quotidien se voit déformé par d'infimes incidents inquiétants, la ménagère pète les plombs et les jeunes filles deviennent la rançon des paris. Bizarre bizarre.

"Pour l'amour de Dieu, dit-il sans se retourner, ne prépare rien pour moi. Je sors. " Alors, Mary Maloney fit simplement quelques pas vers lui et, sans attendre, elle leva le gros gigot aussi haut qu'elle put au-dessus du crâne de son mari, puis cogna de toutes ses forces. "

C'est un anarchiste du dimanche : Le Maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov
Dégoûté par les milieux culturels de l'élite intellectuelle moscovite, Boulgakov se venge avec ce roman, écrit  1942, laissant libre cours à ses plus fous désirs. L'histoire décape : le Diable, avec ses acolyte, dont un gros chat géant et un rouquin méchant, sont à Moscou pour mettre la pagaille chez les littéraires. Alors que Boulgakov voudrait littéralement décapiter tous ces bien-pensants de salons privés, le diable s'amuse à le faire au sens propre. Et derrière toute cette pagaille, il y a, lointaine, la belle Marguerite qui attend son heure de gloire...Un grand moment de littérature russe (et c'est Boulgakov qui l'a mauvaise).

"Il faut reconnaître que, parmi les intellectuels, on rencontre parfois, à titre exceptionnel, des gens intelligents."

Il est brillant, mais fauché : Demande à la poussière de John Fante
John Fante est l'un des précurseurs de la beat generation, ayant  su dès 1939 décrire avec justesse l'atmosphère pesante de Los Angeles comme personne. Le double de fiction de Fante est Arturo Bandini, antihéros perdu et attachant qui mange des kilos d'oranges en espérant de vivre mieux de ses écrits. Bandini  ne laisse pas indifférent : il a quelque chose du génie, surtout quand il insulte gratuitement la femme qu'il aime, et qu'il le regrette amèrement. Et qu'il recommence quand même. Pour mieux regretter encore.

"J’ai désiré des femmes dont les escarpins seuls valent plus que tout ce que j’ai jamais possédé".

Il passe sa vie au bistrot  : Contes de la folie ordinaire de Charles Bukowsky
Du sexe, de la bière, un esprit vif et des nerfs en acier : Bukowsky suit la route de Fante, mais en 72 et avec plus de bourbon. On suit donc les expériences catastrophiques d'un alcoolique en déchéance. Piteux et jouissif à la fois.

«Toi, tu es laid, et tu ne connais pas ta chance : au moins, si on t'aime, c'est pour une autre raison.»

Il adore David Lynch : Le Dahlia noir de James Ellroy
Ellroy reprend en 1987 le fait divers qui a secoué Los Angeles quarante ans plus tôt : Elizabeth Short, 22 ans, est retrouvé coupée en deux dans un terrain vague. On ne saura jamais le coupable, sauf dans le polar d'Ellroy, qui, par le biais de la fiction, s'autorise un point final. Fatal.

"Vivante, je ne l'ai jamais connue, des choses de sa vie je n'ai rien partagé. (...)C'était l'aube. Je sortis sur le perron et ramassai l'édition du matin du Herald. Au-dessus d'un portrait d'Elizabeth Short, au beau milieu de la page, le titre du jour était : 'Le meurtre sadique : on recherche les petits amis.' Le portrait portait en légende : 'Le Dahlia Noir'.

Il est très second degré : Premier amour de Samuel Beckett
Beckett a mis 25 ans avant de publier ce roman pondu d'une traite, presque en une seule ligne, qui témoigne de son premier amour, le plus grand, pour une putain croisée sur un banc. On connait bien son théâtre et moins bien ses romans : c'est l'occasion de rectifier le tir et de plonger dans le récit d'un homme qui a fait pire que de partir "s'acheter des cigarettes".

« Car je savais que je ne serais pas toujours jeune, et que l'été ne dure pas éternellement, ni même l'automne, mon âme bourgeoise me le disait. »

C’est un artiste maudit : Lettres à un jeune poète de Rainer Maria Rilke
De la correspondance entre un jeune poète en herbe et le grand Rilke, on ne retiendra malheureusement que les réponses du dernier. Rilke, en conseillant le jeune premier quasi anonyme dans ses écrits, en l'exhortant à aborder la poésie de la vie pour mieux l'écrire, a réussi à livrer des conseils éternels pour tous. Bien joué.

"Nous savons peu de choses, mais qu'il faille nous tenir au difficile, c'est une certitude qui ne doit pas nous quitter. Il est bon d'être seul parce que la solitude est difficile. Qu'une chose soit difficile doit nous être une raison de plus de nous y tenir. Il est bon aussi d'aimer ; car l'amour est difficile. "

Il n'arrive pas à couper le cordon avec sa mère: La promesse de l’aube de Romain Gary
Romain Gary revient sur son enfance passée à courir l'Europe avec sa mère, actrice juive très ambitieuse pour son fils. Une histoire d'amour pas comme les autres : Oedipe n'est jamais loin.

"Avec l'amour maternel, la vie vous fait à l'aube une promesse qu'elle ne tient jamais. On est obligé ensuite de manger froid jusqu'à la fin de ses jours. Après cela, chaque fois qu'une femme vous prend dans ses bras et vous serre sur son cœur, ce ne sont que des condoléances. On revient toujours gueuler sur la tombe de sa mère comme un chien abandonné. Jamais plus, jamais plus, jamais plus. Des bras adorables se referment autour de votre cou et des lèvres très douces vous parlent d'amour, mais vous êtes au courant. Vous êtes passé à la source très tôt et vous avez tout bu."

LIRE LA SUITE
Bethsabée Krivoshey
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.