• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir

Musique : la sélection glamour spéciale filles

Soap&Skin Rachel Sermanni Sharon Van Etten Memoryhouse 9

Thea Hjelmeland, Mina Tindle, Sharon Van Etten... Glamour.fr vous livre ses coups de cœur, exclusivement féminins ce mois-ci. Cliquez pour les découvrir.

LIRE LA SUITE
1 /9

Soap&Skin

Soap&Skin

Narrow, Play It Again Sam/Pias, paru en février.

Les jeunes premières se font de plus en plus nombreuses. Anja Plaschg, alias Soap&Skin, n'a que 21 ans et n'a pourtant rien d'une novice. En 2009, cette Autrichienne avait livré un premier album bluffant de maîtrise musicale, Lovetune for Vacuum. Pianiste de formation, Anja, tombée dans la marmite du classique dès son plus jeune âge (elle commence à apprendre le piano à 7 ans et à composer à 14), avait su également convaincre son public sur scène, seule avec son aplomb si précoce. La voici de retour avec un second album et une nouvelle couleur de cheveux, le roux. Narrow, qu'elle a enregistré seule dans son home-studio à Vienne, s'ouvre avec Vater, un titre poignant chanté en allemand et dédié à son père, décédé en 2009 dans un accident de vélo. "Tout l’album est teinté par la mort de mon père", confiera-t-elle en interview. Les sept morceaux restants sont certes moins violents mais tout aussi beaux. On ne sait pas vraiment d'où est sortie Soap&Skin, si ce n'est de son petit village de montagne autrichien, mais on sait désormais où elle va : au sommet. 

Notre morceau ♥ : Wonder.
 

2 /9

Rachel Sermanni

Rachel Sermanni

Black Currents, Middle of Nowhere, paru en janvier.

On avait découvert cette jeune écossaise de 20 ans il y a quelques mois sur le Web, à travers des vidéos de live ou de prises acoustiques franchement bien foutues. Rachel Sermanni vient donc de sortir son premier EP, composé de 4 titres folk habités et puissants. Alors oui, ses morceaux semblent ne pouvoir se passer de climax houleux qui pourront en agacer plus d'un et leur conférer un petit côté variété. Oui, sa musique ne sonne pas forcément indé. Mais on ne peut s'empêcher d'écouter en boucle ces titres dont le meilleur reste à notre sens le turbulent The Fog. Et de constater que Rachel Sermanni est une sacrée bonne guitariste à la maîtrise vocale imparable.

Notre morceau ♥ : The Fog.
 

3 /9

Sharon Van Etten

Sharon Van Etten

Tramp, Jagjaguwar, paru en février.

Comme toute bonne chanteuse qui se respecte, Sharon Van Etten a eu son lot de pérégrinations avant d'en arriver à sortir l'un des meilleurs albums de l'année (hommes et femmes confondus cette fois). Vagabondant de canapé en canapé après la fin d'une histoire d'amour, son seul point de chute fixe pendant 14 mois s'est avéré être le studio d'enregistrement d'Aaron Dessner de The National, à Brooklyn. Tramp, troisième album qui se veut plus arrangé que les deux précédents, s'est offert des invités de marque : Aaron Dessner, donc, mais aussi Julianna Barwick ou encore Zack Condon (Beirut). Ce n'est plus un secret pour personne : souvent, l'errance a du bon.

Notre morceau ♥ : Warsaw.
 

4 /9

Memoryhouse

Memoryhouse

The Slideshow Effect, Sub Pop/Pias, paru en février.

Alors oui, d'accord, derrière Memoryhouse se cache aussi un homme, Evan Abeele. Mais c'est bien la voix de Denise Nouvion (qui nous a tout de suite fait penser à "celles" des Au Revoir Simone quand on a écouté leur premier 5 titres, The Years) que l'on retient à l'écoute de The Slideshow Effect, album de ces deux férus d'imagerie poétique et surannée. En réalité, Memoryhouse était plutôt à l'origine un projet artistique qu'un véritable groupe : Evan, le compositeur, "mettait en musique" les photos et vidéos de son amie Denise. Mais leur dream pop bien ficelée leur a valu d'être signés sur le légendaire label américain Sub Pop. Aujourd'hui, Memoryhouse est un groupe, mais qui n'oublie pas ses racines, comme le prouve leur joli Tumblr.

Notre morceau ♥ : Bonfire.
 

5 /9

Olga Kouklaki

Olga Kouklaki

I U Need, Kwaidan, paru en mars.

De cette sélection pleine de douceur, Olga Kouklaki se détache un peu. Plus charnelle et venimeuse que ses acolytes, cette Grecque de 33 ans flirte avec l'électro depuis son adolescence. Après être devenue l'une des figures majeures des bars branchés d'Athènes pour lesquels elle mixe, Olga décide de se faire une place dans les clubs encore plus pointus de la capitale française. Elle sort son premier EP sous le nom de ODD, en Angleterre, en 2003, et collabore par la suite avec le groupe Poni Hoax (elle est la voix du célèbre titre Budapest). Voix suave et phrasé langoureux deviendront sa marque de fabrique, qui séduira Marc Collin, le producteur de Nouvelle Vague. Un premier album (Getalife) et quelques années plus tard, Olga s'est rapprochée de la pop pour faire naître I U Need, condensé de sensualité et de classe. Un disque à écouter tard, très tard...

Notre morceau ♥ : Antivirus.
 

6 /9

Thea Hjelmeland

Thea Hjelmeland

Oh, The Third..., Thea Hjelmeland Records, à paraître le 26 mars.

Après l'Ecosse et l'Autriche, direction la Finlande, autre état vallonné et glacé. Thea Hjelmeland en est originaire, plus exactement d'un petit village de l'ouest du pays blotti entre un fjord et des montagnes vertigineuses. Née dans une famille de musiciens, elle apprend le piano à 7 ans, la batterie à 12 et la guitare à 13. Elle se tournera plus tard vers les multiples instruments qu'elle se plaît à utiliser dans ses morceaux, comme le banjo, le ukulélé ou la mandoline. Si l'on sait aussi qu'elle travaille aussi sa voix depuis sa plus petite enfance, c'est à l'âge de 18 ans que Thea remporte un concours qui lui permet d'enregistrer son premier EP et de s'envoler pour des contrées moins arides : Cuba, où elle restera six mois et Paris, qu'elle ne quittera que deux ans et demi plus tard. A son retour, l'un des meilleurs producteurs du pays, Jorgen Traeen, parie sur ses chansons de voyage. Depuis, Thea a trouvé son public en Norvège et collabore avec de nombreux artistes locaux. Avec cet album génial et pur, on lui prédit de revenir très bientôt dans la capitale française. Ce sera d'ailleurs le 25 mars prochain au Nouveau Casino. A découvrir absolument.

Notre morceau ♥ : Perfume.
 

7 /9

Mina Tindle

Mina Tindle

Taranta, Believe Digital, à paraître le 19 mars.

Si son nom est murmuré depuis quelques années déjà, Mina Tindle sort enfin de l'ombre - ou arrive plutôt définitivement dans la lumière- avec ce premier album intitulé Taranta et réalisé dans la lenteur - ou plutôt dans la non-précipitation (elle aura passé deux ans en studio, à Paris). Pour Pauline, de son vrai prénom, devenir chanteuse n'était pas vraiment un rêve de gosse. C'est lors d'un stage à Brooklyn aux Etats-Unis, alors qu'elle se retrouve à loger au-dessus d'un club qui organise trois concerts par soir, que la jolie Parisienne réalise que sa voix et ses compos sont peut-être à prendre au sérieux. De retour à Paris, l'aventure commence pour de bon : elle monte un groupe, fait la connaissance de JP Nataf (ancien leader des Innocents avec qui elle enregistrera son album) et multiplie les collaborations. Petit à petit, Mina Tindle commence à exister. Aujourd'hui, Taranta est bien(-)né. Et ses jolies balades et pop-cavalcades, pleines d'une sincérité touchante, prouvent que tout vient à point à qui sait attendre.

Notre morceau ♥ : Echo.
 

8 /9

Ladylike Lily

Ladylike Lily

Get Your Soul Washed, Comme Un Chat/Patchrock, à paraître le 26 mars.

Après un premier EP frais comme la rosée du matin qui lui permit d'accéder aux plus grands festivals de l'Hexagone (Les Vieilles Charrues, Les Transmusicales de Rennes...) et d'assurer les premières parties de Moriarty, de Syd Matters ou de Sean Lennon, Ladylike Lily s'est lancée dans l'enregistrement de son album, Get Your Soul Washed. Terminée la folk épurée et insouciante des premiers titres qui firent son succès sur Internet, la Française a décidé de faire place à plus d'étrangeté et de mysticisme dans ce projet mûri et finalisé en Bretagne, sa terre d'origine, durant l'hiver. En résultent 12 titres soigneusement arrangés avec l'aide de ses amis musiciens, notamment le rennais Yoann Buffeteau du groupe Montgomery. Une artiste délicate qui séduira assurément les adeptes de la Berlinoise Agnès Obel ou d'Alela Diane.

Notre morceau ♥ : Periods.
 

9 /9

Goldfrapp

Goldfrapp

The Singles, Mute Records, paru en février.

Le duo anglais désormais vétéran a décidé de succomber au grand classique commercial qu'est le best-of, pour notre plus grand bonheur. Entre instants de grâce et machines de guerre des charts, ce disque tout bonnement intitulé Singles nous rappelle à quel point Alison Goldfrapp est un ovni dans le monde déjà bien étrange de la musique qui n'a jamais eu peur de défier les codes du bon goût.  
 

Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.