• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir

Lykke Li et Little Dragon : les deux pépites suédoises confirment leur talent

"I Never Learn" de Lykke Li "Nabuma Rubberband" de Little Dragon

Trop méconnue, la scène musicale scandinave réserve pourtant de (très) belles surprises. La preuve avec les nouveaux albums de la chanteuse Lykke Li et du groupe Little Dragon. Des opus qu’on vous conseille vivement !

LIRE LA SUITE
1 /2

"I Never Learn" de Lykke Li

"I Never Learn" de Lykke Li

La chanteuse de 28 ans, devenue célèbre grâce un morceau qui ne lui ressemble pas (le remix de "I Follow Rivers" par le Dj The Magician) sort un nouvel album qui pour le coup, la reflète vraiment. Ses doutes, ses peines et ses amours, Lykke Li les évoque avec poésie au gré d’une pop brumeuse qui, tout au long du disque, semble suivre les aléas de ses émotions. On y croise autant de ballades folks ("Love Me Like I’m Not Made Of Stone") que de pianos ténébreux ("No Rest For The Wicked") ou de rock pénétrant ("Gunshot"). Quant à la voix de la jeune suédoise d’habitude si vigoureuse, elle se mue parfois, au détour de quelques titres évoquant l’amour ("Never Gonna Love Again") en un flot fragile, presque tremblant. Derrière ce trouble, un choix délibéré de l’artiste qui a souhaité conserver la toute première version de certains enregistrements. Rien d’étonnant pour Lykke Li qui, depuis ses débuts en 2007, gère elle-même, et seule, sa carrière : elle a monté son propre label et s’occupe de la direction artistique de A à Z. Loin de s’arrêter là, la star vient de faire ses premiers pas au cinéma avec Tommy, un thriller du réalisateur Tarik Saleh.

"I Never Learn", de Lykke Li,  LL Recordings, Atlantic, sorti le 5 mai.

2 /2

"Nabuma Rubberband" de Little Dragon

"Nabuma Rubberband" de Little Dragon

La suédo-nippone Yukimi Nagano et ses trois compères reviennent avec un quatrième album au charme énigmatique. Plus que jamais, le groupe met en lumière le kaléidoscope d’influences qui les caractérisent. En invoquant savamment électro, hip hop, pop, RnB ou même dub, le quatuor relève une fois de plus le défi de mélanger les genres pour finalement créer le leur, inclassable et envoûtant. Car depuis leur premier album en 2007, les Suédois ont fait du chemin, du très électro Machine Dreams en 2009 et leur collaboration avec Gorillaz, le groupe-concept de Damon Albarn, jusqu’au succès phénoménal de leur album Ritual Union en 2011. Suite à cette tempête médiatique, les quatre compères ressentent le besoin de s’isoler pour composer Nabuma Rubberband. Ils se retrouvent en huis clos dans une maison le temps d’un hiver particulièrement rigoureux. Le résultat, tout en clair-obscur, laisse deviner leur ambiance de travail autant que leur état d’esprit. Des tempos souvent lents ("Cat Rider"), des sonorités parfois joueuses ("Klapp Klapp") et des synthés Nineties réchauffés par la voix de Yukimi qui les emmitoufle d’un souffle rassurant ("Mirror"). Planant.

Nabuma Rubberband de Little Dragon, Because, sorti le 9 mai.

Julie Pujols Benoit
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.