• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir

Les 4 albums hip-hop très "hot" de l'été

"Animal Ambition" de 50 Cent "Where I Belong" de Cris Cab "Rien" d’Odezenne "Winter And The Wolves" de Grieves 4

Ce mois de mai fait la part belle au hip-hip. Entre le retour (très) attendu de 50 Cent, l'album aux textes sensuels des Français d’Odezenne ou encore le premier opus de Cris Cab, le petit protégé de Pharrell Williams, notre été s'annonce caliente !

LIRE LA SUITE
1 /4

"Animal Ambition" de 50 Cent

"Animal Ambition" de 50 Cent

50 Cent, le rappeur du Queens, est (enfin) de retour avec un street album dont il diffuse aux compte-gouttes depuis le début d’année les nombreux clips. On ne présente plus la légende du rap, connue mondialement pour ses tubes ("PIMP", "In Da Club", "21 Questions"), ses apparitions au cinéma (Dead Man Running, Morning Glory, Twelve…) mais aussi pour ses beefs et provocations en tous genres avec Kanye West ou Game. Quoi qu’il en soit, avec Animal Ambition, Curtis Jackson prouve une nouvelle fois qu’il n’est pas prêt de laisser son trône. Car malgré certains titres  très (trop) clubs aux rimes parfois pauvres ("Don’t Worry Bout It"), l’ensemble brille (autant que ses chaînes) grâce à de superbes productions un brin old school inspirées du funk ("Hold On"), et à des punchlines toujours acérées et sublimées par son débit si particulier ("Everytime I Come Around"). De quoi attendre patiemment la sortie de son prochain album à la fin du mois de septembre !

Animal Ambition (Caroline/G-Unit) de 50 Cent, Sortie le 2 Juin.

2 /4

"Where I Belong" de Cris Cab

"Where I Belong" de Cris Cab

A à peine 20 ans, Cris Cab est déjà le petit protégé de Pharrell Williams et Wyclef Jean et enflamme les charts mondiaux avec ses singles "Paradise" ou "Loves Me Not". Les raisons de ce succès ? Une oreille musicale hors-norme que le chanteur cultive depuis son plus jeune âge (il enregistre en studio pour la première fois à 14 ans), un timbre envoûtant et surtout, un style atypique qui mêle soul, reggae et pop. En somme, sa musique apporte un vent de fraîcheur et invoque la bonne humeur tout en restant impeccablement produite. Car dans cet album où les guitares acoustiques sont reines, les ballades ("Goodbye") marchent main dans la main avec les tempos reggae ("The Truth"), tandis que rap et pop font de leur côté (très) bon ménage ("Liar Liar").

"Where I Belong" (Universal, Mercury) de Cris Cab, sorti 5 mai.

3 /4

"Rien" d’Odezenne

"Rien" d’Odezenne

A l’écoute du nouvel EP du groupe mi-bordelais, mi-parisien Odezenne, on ressent ce besoin irrépressible de catégoriser leur musique. Il faut dire aussi que leur rap bouleverse les codes, à tel point que l’on croit y voir poindre un genre nouveau. Des mélodies aériennes, des textes aussi affûtés que cyniques, une bonne dose de second degrés et des rimes composées à la césure près. C’est la recette d’Alix, Mattia et Jacques , les trois acolytes d’Odezenne, qui dressent le portrait d’une génération quelque peu désabusée comme dans le somptueux "Novembre", dont les couleurs rappellent le groupe Fauve ou avec "Rien", morceau faussement nonchalant au refrain gainsbourgien. Et lorsque le registre devient plus cru avec le très eighties "Je veux te baiser", on rougit de plaisir.

"Rien" (Universeul) d'Odezenne, sortie au mois de juin.

4 /4

"Winter And The Wolves" de Grieves

"Winter And The Wolves" de Grieves

Le rappeur Grieves, de son vrai nom Benjamin Laub, vit à Seattle et livre un quatrième album qui ressemble trait pour trait à sa ville. Froid et poétique, chargé d’espoir comme de rage, à l’instar de la musique grunge que la Cité Emeraude a vu naître dans ses entrailles au début des années 80 (Nirvana, Pearl Jam, Alice In Chains…). Sans guitares électriques cette fois mais avec un flow acéré et de grosses basses aux résonances pop, le jeune artiste livre ses pérégrinations citadines, enchaînant successivement rap cinglant et soul légère. Entre les deux styles, nul besoin de transitions, Grieves les fait cohabiter avec une habileté impressionnante. Tantôt éthérés avec "Whoa Is Me", les rythmes se font plus graves lorsqu’ils racontent les addictions ou les relations amoureuses autodestructrices comme dans le sublime "Serpents". Dans la lignée d’Eminem ou de Macklemore, Grieves mérite sa place parmi les poids lourds du rap US.

"Winter And The Wolves" (Rhymesayers) de Grieves, sorti le 25 mars.

 

Julie Pujols Benoit
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.