Woodkid : un buzz mérité?

L’heure du verdict a sonné : Woodkid sort (enfin) son premier album. Est-il à la hauteur du raz-de-marée médiatique qu’il a suscité ? Apparemment, le "gamin de bois" a tenu ses promesses… Décryptage en trois points.

woodkid
© René Habermacher -

Une musique grandiose
Si l’artiste nous avait laissé bouche bée avec les sublimes Iron et I love you, Woodkid confirme son statut de surdoué avec The Golden Age. Mieux qu’un album, The Golden Age est une épopée, un ovni musical maîtrisé à la perfection. Sa recette ? Un orchestre symphonique qui côtoie samples et beats hip-hop, le tout magnifié par la voix suave et aérienne du jeune prodige. Le résultat ? Des sons abyssaux qui prennent aux tripes.

Plus qu’un album, un concept
Chez Woodkid, le son et l’image vont de pair, comme en témoigne le récit illustré (en anglais) qui accompagne l’album. Quant aux clips, réalisés par ses soins et signés de son vrai nom Yoann Lemoine, ce sont de véritables mises en scènes, tantôt fantastiques, parfois épiques, mais toujours sombres. En somme, tous les ingrédients sont réunis pour une immersion totale dans le monde (tourmenté) du jeune homme. Décoiffant !

Le symbole d’une nouvelle génération ?
Iconoclaste et touche-à-tout (réalisateur, musicien, photographe), le frenchy fait preuve d’une créativité sans limites et bouscule les codes de la planète Pop. Woodkid, c’est une ère musicale inédite, tant par le caractère inclassable de sa musique que par son univers hors du commun. Excessif, tout ça ? Peut-être, mais terriblement visionnaire et touchant tout au long des 14 mélopées futuristes. Bon voyage musical !

Woodkid, The Golden Age, Green United Music, paru le 18 mars 2013.