• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Les 5 duos à écouter absolument ce printemps

Musique : les duos à écouter absolument ce printemps

Amants, ex amoureux ou meilleurs amis du monde : ces duos-là vont faire de l’année 2016 l’année du tandem qui en jette. La preuve par cinq.

The Kills : le duo le plus sulfureux

Après une pause de cinq années qui nous ont semblé interminables, Alison Mosshart et Jamie Hince sont de retour ! Elle a navigué entre les Etats-Unis et l'Angleterre, menant le groupe The Dead Weather aux côtés de Jack White et exposant ses peintures d'inspiration art brut à New York. Lui a subi plusieurs opérations à un doigt cassé, ce qui a modifié sa manière de jouer de la guitare, et sort d'une séparation douloureuse avec Kate Moss.
Mais comme en témoigne ce cinquième album, ils sont en belle forme. Des tubes hautement rock'n'roll (“Do It To Death“, “Hard Habit To Break“), des ballades ultra fougueuses ou à tordre le cœur : Ash & Ice réunit tout ce que l'on préfère chez The Kills : du sex-appeal, des riffs diaboliques et des refrains entêtants. Et si ce duo d'ex amants retrouvait la flamme ?

The Kills, Ash & Ice (Domino), sortie le 3 juin.

Papooz : le duo le plus fun

De la pop légère comme une bulle de savon, de la bossa nova ensoleillée, de l'électro toute en nuances... Remuez le tout et vous obtiendrez la mixture, assez savoureuse, de ce duo parisien formé par le brun Ulysse (25 ans) et le blond Armand (23 ans), qui, façon Beach Boys, adorent chanter en chœur. Ils bricolent leurs morceaux depuis les années lycées sur leurs ordinateurs et, après quelques jolis concerts, leur premier album s'avère à la hauteur de leur ambition : nous faire évader de notre grisaille quotidienne.
Du petit tube “Ann Wants To Dance“ à la déclaration d’amour ambiguë de “Louise (My Girl Looks Like David Bowie)“ en passant par la ballade 40° à l’ombre “Green Juice“, on se croit déjà en vacances. Et bien accompagnées, qui plus est !

Papooz, Green Juice (Half Awake Records), sortie le 20 mai.

LUH : le duo le plus fusionnel

En 2011 émergeait un groupe de Manchester, Wu Lyf : une bande de jeunes lads à la mine renfrognée et au rock ravageur. Après un an de succès qu'ils n'arrivaient pas à gérer, ils mettaient fin à l'aventure sans plus d'explication. Chacun est parti de son côté, et le chanteur à la voix incroyablement brisée, Ellery James Robert, alors en pleine remise en question, rencontre une jolie étudiante en art baptisée Ebony Hoorn. Coup de foudre. Leur premier bébé s'appelle Spiritual Songs for Lovers to Sing - on ne saurait être plus clair sur leurs intentions - et le couple le sort sous le nom de LUH (Lost Under Heaven).
Tout ceci est très romantique, très rock également grâce à des riffs de guitare qui rappellent ceux de Wu Lyf, baignés d'une sombre lumière new wave. Si l'album commence doucement avec “I & I“, le son monte vite avec les morceaux comme “$ORO“, ou “Lament“, dont la grandiloquence s’avère facilement noisy. On n'a plus qu'à espérer qu'ils restent encore longtemps ensemble...

LUH, Spiritual Songs for Lovers to Sing (Mute), sortie le 6 mai.

Cat's Eyes : le duo le plus décalé

Drôle de couple que ces Cat's Eyes. D'un côté, Rachel Zeffira, soprano italo-canadienne, au look classique et à la douceur angélique. De l'autre, Faris Badwan, chanteur charismatique à la mine sombre du groupe de rock londonien The Horrors.
Au début des années 2010, ces deux-là se sont rencontrés et sont tombés amoureux, alliant leurs talents et leurs chevelures noir de jais. Autour de leur amour commun pour la pop sixties et les musiques de film, ils ont créé ce duo dont les mélodies vaporeuses illuminaient le premier album éponyme, en 2011- qu’ils avaient même joué au Vatican à l’époque !
Cette fois, c'est à Buckingham Palace qu'ils ont réussi à interpréter “We'll Be Waiting“, tiré de leur nouvel album, Treasure House. Et ça marche, tant leur pop est chic, intemporelle et gracieuse. À leur image.

Cat's Eyes, Treasure House (RAF/Kobalt) sortie le 3 juin.

Burning Peacocks : le duo le plus “french touch“

Elle, c'est Alma Jodorowsky, actrice française promise à une belle carrière, égérie de Lancôme et, qui plus est, dotée d'une jolie voix. Lui, c'est David Baudart, compositeur touche-à-tout. Réunis par leur passion commune pour la pop synthétique et planante, ils forment Burning Peacocks en un clin d’œil. Et, après quelques chansons parues ces derniers mois, ils se sont attelés à un premier album, à paraître avant la fin de l'année. On piétine d’impatience à l’idée de l’entendre, d’autant plus qu’il a été produit par Jean-Benoît Dunckel, moitié d'un de leurs groupes préférés : AIR. Et cela s'entend sur un single comme “Tears of Lava“. Mélodies qui donnent du vague à l'âme ou du baume au cœur, atmosphère ouatée, rythmiques chic : l'électro-pop s'illustre ici par sa délicatesse. Ces deux-là réinventent avec un peu plus de romantisme et de guitares ce qu’est la French Touch… A suivre de très près.

Burning Peacocks, sortie du single Tears Of Lava (Choke Industry) le 10 mai.

LIRE LA SUITE
Sophie Rosemont
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.