• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Yelle : "Je suis plutôt timide dans la vraie vie"

Yelle

A l’occasion de la sortie de son nouveau titre, "L’Amour Parfait" (Kitsuné), Glamour a rencontré la chanteuse Yelle. Alors qu’elle travaille actuellement sur son prochain album, la jolie Bretonne joue aussi les égéries pour Petit Bateau.

Comment se passe l’écriture de ce nouvel album ?
Ca avance lentement mais sûrement ! On est rentrés de tournée début 2012 exténués, on a donc décidé de s’accorder un bon break de plusieurs mois. Puis on a commencé à travailler sur "L’Amour Parfait". Ce titre n’est pas vraiment un single, c’est plus une friandise qu’on avait envie de sortir en attendant l’album. On a monté notre studio à Saint-Brieuc avec Jean-François (alias Grand Marnier, membre du groupe et son petit ami dans la vie, ndlr). Tanguy (alias Tepr, dernier membre du trio) habite maintenant à Paris et se concentre sur son propre projet, mais il passe très régulièrement à la maison pour travailler avec nous.

Est ce compliqué de mener sa carrière sans habiter à Paris ?
On m’a proposé plusieurs fois de déménager, mais j’ai répondu non. On a une super vie à Saint-Brieuc, notre famille, nos amis… C’est vrai, quand nous rentrons de tournée la tête pleine d’agitation et de monde, la transition avec notre ville très calme est plutôt radicale ! Mais là, nous ne sommes pas en tournée, je viens régulièrement à Paris, et ça me fait du bien : tout est une question d’équilibre.

Ton groupe rencontre un franc succès aux Etats-Unis, avec plusieurs tournées à guichets fermés, mais en France le public est parfois partagé. Comment expliques-tu ce décalage ?
J’ai souvent le sentiment d’être incomprise, c’est vrai. On fait de la pop française, on s’applique à faire des textes en français et la sauce ne prend pas vraiment ici, même si bien sûr on a une chouette fan base. Je crois que ça vient de nos débuts, le public ne savait pas trop dans quelle case nous mettre, entre la reprise d’ "A cause des garçons" et notre duo avec Fatal Bazouka… Parfois, je me dis que c’est un peu dommage de ne pas être davantage "reconnus" chez nous, mais en même temps ça n’est pas très grave, ce qu’on fait à l’étranger nous comble déjà beaucoup !

Tu n’as jamais songé à chanter en anglais ?
Plus jeune, j’entendais mon père chanter en français (l’artiste François Budet, ndlr.) et je trouvais que ça sonnait hyper bien. Et puis mes influences, c’est Etienne Daho, Lio et Elli & Jacno… Je ne me voyais pas chanter en Anglais. Mais Tepr et Grand Marnier possèdent une culture plus américaine, ils écoutent beaucoup de hip hop, et bien sûr de l’électro aussi, donc Yelle, ce n’est pas que de la chanson française. C’est un mélange de tout ça.

On connaît beaucoup d’actrices qui veulent être chanteuses, toi c’est plutôt l’inverse, tu es chanteuse et tu veux devenir actrice...
En France, c’est souvent mal perçu de vouloir toucher à tout, je ne comprends pas trop cet état d’esprit. Izia a décroché un César pour son rôle dans "Mauvaise fille" et elle a dans la foulée fermé le clapet de tous ceux qui disaient : "Oh non, encore une chanteuse qui veut faire de la comédie." Je n’en suis qu’à mes premiers pas, mais j’ai joué dans un court métrage de Clément Michel, Une pute et un poussin, dans le cadre d’une collection pour Canal+. J’ai également fait une apparition dans son prochain film. Je suis contente de me lancer toute seule dans cette aventure. Yelle est un projet commun, sur scène on est toujours tous les trois, cette nouvelle expérience, c’est mon truc à moi.

Parlons un peu chiffon : tu travailles avec un styliste pour élaborer tes tenues de scène ?
Je ne travaille pas avec un styliste en particulier, mais je collabore avec plusieurs créateurs. Jean Paul Lespagnard nous suit depuis longtemps, et il a fait les tenues du clip de "Ce jeu" puis la pochette de notre dernier album Safari Disco Club. Il y a une vraie émulation entre nos deux univers. Avec Jean Charles De Castelbajac, on a créé des liens aussi, il nous a habillés sur scène, tout comme Andréa Crews. Du coup quand je pars en tournée, j’emmène 5 ou 10 tenues avec moi, pour me laisser le choix. Mais dans la vie de tous les jours, je me débrouille toute seule. J’ai toujours été attirée par la mode, et j’adore chiner dans les friperies, je passe même tous les samedis après midi à l’Emmaüs de Saint Brieuc !

Dans vos concerts, il y a un vrai côté show à l’américaine,  ça vient d’où ?
Quand je vais voir un concert, j’ai envie qu’il se passe quelque chose, c’est pareil quand je joue : il faut que ça bouge ! J’ai toujours été fan de Madonna, Cyndi Lauper ou Kylie Minogue, des filles qui osent occuper le devant de la scène et ne se cachent pas derrière leurs instruments. Je suis plutôt timide dans la vraie vie, alors dès que je monte sur scène j’ai tendance à me lâcher.

Que peux-tu nous dire sur ce prochain album ?
Peu de choses pour l’instant, car on a pas encore de date de sortie. On est partis un mois aux Etats-Unis pour travailler avec des producteurs et on va y retourner bientôt pour terminer ces morceaux avec eux. Je ne peux pas donner de noms pour l’instant, parce que rien n’est encore décidé, mais ces producteurs sont hyper reconnus, ils ont fait d’énormes tubes pour de vraies rock stars. Ce qui est marrant, c’est que spontanément on ne serait jamais allés vers eux, c’est eux qui sont venus vers nous en disant : "On aime bien ce que vous faites !". Pour ce qui est de nos inspirations, on a envie de faire quelque chose de très pop avec des belles mélodies, et d’épurer nos morceaux, comme de la techno minimale qui rencontrerait de la chanson française.

Pour conclure, quelle est ta playlist du moment ?
J’écoute Fauve depuis quelques temps. Ils vont venir jouer à Saint Brieuc au mois de mai, et j’ai hâte de les voir sur scène, on m’en a dit beaucoup de bien. J’aime beaucoup La Femme, Granville, Pendentif… Toute cette nouvelle scène de pop française, hyper charmante et légère.

L'Amour Parfait de Yelle, Kitsuné, déja disponible.

LIRE LA SUITE
Céline Puertas
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.