Rencontre : un peu de bronzette avec Total Warr

De passage à Calvi le temps d’un concert et seulement deux jours, on est allés squatter un bout de serviette avec Kiki et Guigui, les deux zigotos de Total Warr, petit duo électro rock qui monte, qui monte.

total warr
© Matthew Oliver -

C’est votre premier festival de Calvi on the Rocks. Vous êtes contents ?
Oui, c’est ce qu’on se disait juste avant que tu arrives. Calvi est un festival incroyable, le cadre est dingue, je n’en reviens pas, c’est fou de se dire qu’être là à la plage, c’est notre métier. On revient l’année prochaine en spectateurs, c’est sûr. Là, on se remet de la grosse claque musicale qu’on a eu avec les concerts des WhoMadeWho, le live de Brodinski, et les Rapture bien sûr… On est trop contents !

Comment s’est monté votre duo ?
Kiki : Il y a deux ans, ça faisait déjà un bout de temps qu’on voulait monter un groupe ensemble et un jour en revenant de Euro Disney on s’y est mis... On avait depuis toujours les mêmes goûts, les mêmes envies, et comme je venais d’arrêter les Sheraff, mon ancien groupe, j’ai fait écouté quelques morceaux que j’avais composés à Guigui et c’est comme ça que ça s’est fait.

D’où vient votre nom, Total Warr ?
On était dans des groupes de punk, dans des groupes ultra violents, alors au début on s’était dit Mega Warr, puis on a préféré Total Warr. Avec deux R pour faire une faute d’orthographe à la mode et se différencier d’un autre groupe qui s’appelle Total War mais qui fait de la musique hardcore nazie !

Kiki, ça te fait quoi de chanter maintenant ?
Le chanteur, ça aurait pu être Guillaume, on n’a jamais trop décidé. On est tous les deux batteurs, on ne savait pas faire grand-chose d’autre en vrai...

Comme quoi tout est possible !
Oui, c’est la magie du studio. Tu enregistres 10 minutes de guitare, tu gardes 3 secondes de riff, et ça marche bien.

Quelle chanson représente le festival de Calvi selon vous ?
Viol de Gesaffelstein ou encore Sacha Distel, La belle vie. Ou encore Sea sex and sun de Serge Gainsbourg.

Et sinon, vous avez des groupies filles ?
Non, que des beaux garçons.

Vous faites quoi cet été ?
On fait un EP qui sort en octobre, puis on part une petite semaine en août. On travaille un nouveau live et on a plein de dates de septembre à décembre, avec tous les groupes de Savoir Faire : les Stuck in the Sound, les Naïve New Beaters, Club Cheval, Para One, Yuksek… On va se retrouver avec eux et on est super contents, ce sont tous des copains ! On ne s’attendait vraiment pas à ça avec ce projet…

Autrement, vous vous voyez comment dans 10 ans ?
On sera toujours Total Warr, et on ouvrira un kebab, tranquillement.

Une dernière chose à déclarer ?
On a une blague de CE2 si tu veux : quelle est la différence entre une casserole et un bidet ? Tu ne sais pas ? Ben je ne viendrai pas manger chez toi.