• glamour-snippet-ysl-blackopium
  • Fashion Week Glamour

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
joursheuresminutessecondesdécouvrir
joursheuresminutessecondesdécouvrir
Inboard

Interview : les confidences de Rita Ora

rita ora interview

Révélation de l’année de l’autre côté de la Manche, Rita Ora est en passe de conquérir la France. De passage à Paris, on est allé la rencontrer dans sa chambre d’hôtel pour faire connaissance avec celle qu’on appelle déjà la prochaine Rihanna.

Glamour : Pouvez-vous nous expliquer comment vous avez été repérée par Roc Nation, le label de Jay-Z ?
Je chante depuis que j’ai 6 ans mais on a commencé à s’intéresser à moi à 14 ans. C’est à ce moment-là, pour la première fois, que j’ai su que je voulais faire de cette passion un métier. De petits producteurs ou des labels parlaient de moi mais rien ne se faisait concrètement. J’ai continué à tourner dans des bars, je participais à des soirées open mic… jusqu’à mes 18 ans. Mon nom a fini par arriver aux oreilles de Roc Nation, le label de Jay-Z, et ils ont demandé à me rencontrer à New York. J’ai sauté dans le premier avion le lendemain. J’étais très stressée. Mais dix minutes après les avoir rencontrés, j’avais déjà l’impression de faire partie de la famille et je savais que je ne voulais travailler avec personne d’autres sur mon premier album.

Le travail en studio s'est bien passé ?
L’enregistrement n’a pas été facile. Il y avait des bons et des mauvais jours. Parfois, je me disais "tu n’as rien à écrire, ton album va être un déchet et personne ne va avoir envie de l’écouter" et d’autres fois, je m’emballais complètement et je disais à qui voulait l’entendre que mon album allait être le meilleur du monde.  Je me sentais comme sur des montagnes russes et j’avais beaucoup de mal à trouver le juste milieu. Cela m’a fait grandir très vite. Je n’ai que 21 ans et c’est moi qui devais prendre les décisions finales. Mais avoir des gens aussi qualifiés que Jay-Z ou will-i-am autour de moi a rendu les choses un peu plus faciles.

Sur votre prochain album, il y a un artiste avec lequel vous rêveriez de travailler ?
Je suis une grande fan du groupe No Doubt, j’aimerais beaucoup faire un duo avec eux.

Vous avez d’ailleurs une petite ressemblance avec Gwen Stefani. La même blondeur, le même make-up…
Oui, j’ai grandi avec sa musique. C’est quelqu’un dont je me suis beaucoup inspirée. Je l’ai rencontrée pour la première fois la semaine dernière aux MTV EMA. J’étais très anxieuse. Quand on a admiré quelqu’un toute sa jeunesse, on a toujours peur qu’il ne soit pas aussi sympa dans la réalité. Mais je n’ai pas été déçue, bien au contraire. Elle est adorable.

Vous avez un look très reconnaissable. Vous vous occupez de tout ou un styliste vous aide ?
On peut dire que j’ai un styliste. En fait, il s’agit de mon meilleur ami et on s’amusait déjà à me préparer des looks quand j’étais juste une fille de l’ouest de Londres. On allait ensemble dans les boutiques vintage ou sur les marchés. Aujourd’hui, on continue de faire la même chose mais à un niveau un peu plus élevé. Il m’emmène des portants remplis de fringues et on mixe les pièces ensemble.

Mais combien de temps mettez-vous pour vous habiller le matin ?
(Elle regarde son manager en riant). Il vient de répondre "trop longtemps". Honnêtement, je dois mettre à peu près 2h. Mais je fais pleins de choses en même temps : je regarde la télé, je me coiffe puis je discute au téléphone avant de me maquiller puis enfin, je décide ce que je vais porter pour la journée. Bon, en fait, cela me prend plutôt 2h30.

Quelles sont vos marques favorites ?
J'aime les maisons qui développent un univers particulier comme Vivienne Westwood avec ses corsets, ses longues robes volumineuses... J'apprécie aussi la fraîcheur et la simplicité des pièces de chez Chloé ou Céline. Pour des pièces un peu plus folles, je vais chez The Blonds, ce sont les créateurs qui ont fait le casque de moto avec l'immense queue de cheval pour mon dernier clip. Sinon je m'habille beaucoup dans les friperies. J'aime pouvoir m'approprier les vêtements, les customiser.

Si vous ne deviez garder qu’une seule pièce dans votre dressing, laquelle-ce serait ?
Cette question est très difficile pour une dingue de vêtements comme moi. Probablement un pantalon en cuir.

Vous avez pensé à lancer votre propre marque ?
Cela fait partie de mes rêves. Mais pour le moment, je n’en ai pas le temps. Si je me lance un jour, je veux être impliquée à fond dans mes collections et pas seulement nommer une équipe qui fera le boulot à ma place. Je ne sais pas encore à quoi cela ressemblera… Ce sera certainement inspirée de ma manière de m’habiller, de mixer les pièces. J’aime autant les longues robes de soirées que les tenues que portaient les TLC. On ne se refait pas.

Album Ora déjà disponible sur iTunes en téléchargement et à partir de janvier 2013 en magasins.
 

LIRE LA SUITE
Sarah Duverger
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.