• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Coup de gueule : le buzz Asaf Avidan

Coup de gueule : le succès Asaf Avidan

On ne présente plus le dandy successful dont la voix androgyne envahit les ondes et fait l’unanimité dans la sphère musicale. Le hic ? Nous, on n’est pas emballées. Explications.

Il est le phénomène Pop du moment : Asaf Avidan, jeune israélien de 33 printemps, cumule les casquettes d’auteur, compositeur et interprète. Different Pulses est son quatrième album, mais son tout premier en solo puisqu’il est désormais séparé de son groupe, The Mojos. Sauf que son succès (immense) nous laisse perplexes. Médisantes ? Non, mais sa musique glaciale nous laisse de marbre !

Un style franchement (trop) conventionnel
S’il est vrai que les sons de l’artiste demeurent hybrides, oscillant entre pop, folk et électro, ils n’en restent pas moins très conformistes dans l’ensemble. Même constat pour les prods qui, bien que toujours impeccables et léchées, manquent cruellement d’originalité. Verdict ? Sa voix hors-du commun ne suffit pas à réchauffer les beats froids et répétitifs.  L’univers musical d’Asaf, si soigné soit-il, n’apporte rien de nouveau, à l’inverse d’un Woodkid qui a le mérite de bouleverser (relativement) les codes étriqués de la pop actuelle. Bref, Asaf, le schmilblick, il ne le fait pas avancer d’un "pulse" !

De la mélancolie à outrance
Le tragique ? C’est le terrain de prédilection du chanteur.  Et c’est un thème dans lequel son confrère Woodkid s’est lui aussi engouffré. Paroles aussi sombres qu’intimistes et sensibilité à fleur de peau constituent leurs crédos. Soit. Seulement, ce dernier réussit plutôt là où Asaf échoue. Car si le frenchy parvient à créer une atmosphère dramatique, Monsieur Avidan, lui, piétine et ressasse ses chansons moroses. Comme perchées en apesanteur, ses mélopées lisses et plaintives ont un effet pour le moins soporifique. Quant aux rythmiques monotones, nos oreilles en sont vite lasses ! Alors, manque d’énergie ? De talent ? Pas sûr. Seulement même lorsque l’artiste tente l’originalité, il ne nous convainc pas, à l’instar des sonorités orientales de 613 Shades of sade qui elles non plus n’auront pas eu raison de nous, hélas !

Trop de buzz… tue le buzz ?
Serait-ce la faute de sa crête iroquoise néo-punk ? Ou de son marcel négligemment  troué (trop) vu sur les affiches 4 par 3 ? Quoi qu’il en soit, on frôle l’indigestion. Le remix de "One day" a non seulement saturé le paysage radiophonique, mais la publicité s’en est elle aussi emparé. Résultat ? Overdose auditive garantie. Son timbre de voix pourtant si particulier (comparé à Jeff Buckley ou Janis Joplin, selon) semble désormais banal, tandis que l’électropop du jeune homme, elle, s’est comme dénaturée… En somme, comme le dit l’adage, point trop n’en faut !  Allez, parce qu’on reste malgré tout ouvertes et tolérantes, on laisse une chance à Asaf de nous charmer avec un deuxième album solo, qui sait ?!

Different Pulses d'Asaf Avidan, Polydor, sorti le 28 janvier.

LIRE LA SUITE
Julie Pujols Benoit
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.