• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Big Festival 2016 : la “Big interview“ de The Kills

A l’occasion du Big Festival, le duo The Kills, alias Alison Mosshart et Jamie Hince, est venu promener son flegme rock et sexy du côté de Biarritz. Glamour en a profité pour questionner le binôme sulfureux sur ses plus grands souvenirs, rêves, et ambitions à venir.

Glamour : Votre plus grand souvenir ?

Alison Mosshart : Notre première tournée aux Etats Unis, à nos débuts. Tous les deux dans notre voiture. C’était la première donc forcément, je n’oublierai jamais à quel point c’était fou, cool, et excitant.
Jamie Hince :  C’était il y a si longtemps mais on se souvient encore des concerts et de l'accueil du public. Je me rappelle la sensation de conduire à travers la nuit après un live, cette impression de n’avoir jamais été aussi réveillé alors que tu n’as pas dormi depuis trois jours... On n’avait pas encore sorti d’album à l'époque, juste un EP.

Votre plus grande erreur ?

JH : Alors, j’ai fait beaucoup d’erreurs bien sûr, mais je n’ai pas de problème avec ça. Dans un certain sens j’aime ça, faire des erreurs, ça te permet de vivre des choses que tu n’aurais peut être pas vécues sinon. Je pense qu’une de mes plus grosses erreurs est de m’être trop inquiété quand j’étais plus jeune, ne pas faire les choses plus vite parce que j’étais timide, et que je me posais trop de questions.
AM : Je ne sais pas trop qu’elle est ma plus grande erreur… Peut être de ne pas avoir sorti mon argent du pays avant le Brexit ! Ah oui et puis il y a la fois où j’ai remonté une voie rapide à contre sens, provoquant un carambolage, ça forcément c’était une grosse erreur…

Votre plus grande honte ?

AM : De ne parler qu’Anglais, et de ne pas connaître d’autres langues. J’aurais dû poursuivre mes études plus longtemps et apprendre plus de choses, comme l’Espagnol, le Français… J’ai eu quelques cours mais j’ai tout oublié.
JH : Moi je n’ai honte de rien, vraiment.

Crédit : Ash Kellerher

Votre plus grand voyage ?

JH : Dans le train Trans Europ Express, de Moscou à Vladivostok, en octobre 2013. C’était assez génial.
AM : Quand j’avais 20 ans et que je suis arrivée à Londres (Alison est américaine NDLR). J’avais un Visa pour 6 mois, et 16 ans plus tard le voyage continue encore !

Votre plus grande déception ?

JH : Le Brexit, la plus récente de mes déceptions. Ce fut une manière assez violente de découvrir comment pense l’autre moitié du pays dans lequel on vit… Et aussi jouer en première partie de Metallica. C’est sûr que ces gars là savent ce qu’ils veulent, et ils ne voulaient pas de nous en première partie !
AM : moi j’ai bien aimé ce concert.

Votre plus grande fête ?

JH : Mon mariage  (avec Kate Moss NDLR), c’était une fête d’anthologie, pendant trois jours, c’était complètement fou. Et ensuite on s’est enfuis pour notre voyage de noce où la fête a continué encore.
AM : La première année où j’ai eu ma maison à Nashville. J’y ai fêté mon anniversaire, c’était une des fêtes les plus drôles que j’ai jamais faite.  Plein de groupes sont venus jouer chez moi, c’était génial.

Votre dernier crush musical ?

JH : Grimes, mais ce n’est pas que pour sa musique, c’est aussi un peu physique.
AM : Je suis obsédée par Savages en ce moment : elles ont tout, les bonnes chansons, l’attitude, et en plus elles sont très sympas.

Crédit : Ash Kelleher

Votre plus grand rêve ?

JH : Acheter une maison à Los Angeles, et y habiter. Je ne vais pas tarder à le faire d’ailleurs, j’ai déjà mon Visa. Ca fait longtemps que je vis en Angleterre, j’ai envie de changer d’air. Londres a beaucoup changé ses dernières années, elle a perdu son énergie, son âme… L’année dernière j’ai passé 75% de mon temps sur la route, donc j’ai juste besoin d’un endroit où je me sens bien quand je rentre de tournée.
AM : Mon rêve c’est d’avoir une maison à côté de la sienne !

Votre plus grand succès ?

AM :  Que le groupe existe encore après 16 ans ! C’est un énorme succès pour notre relation, pour notre amitié, pour notre entente professionnelle…
JH : Je suis très heureux aussi que The Kills puisse ainsi exister dans la durée. Je vis les plus belles années de ma vie en ce moment. Plus le temps passe et plus la musique prend une place encore plus importante dans ma vie. Et elle l'aura jusqu’à la fin.

The Kills, Ash & Ice (Domino Records)

LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.