• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir

"The Green Hornet" : 3 bonnes raisons de se poiler avec Cameron Diaz

« The Green Hornet » : 3 bonnes raisons de se poiler avec Cameron Diaz « The Green Hornet » : 3 bonnes raisons de se poiler avec Cameron Diaz « The Green Hornet » : 3 bonnes raisons de se poiler avec Cameron Diaz

Dans la nouvelle comédie survitaminée de Michel Gondry, la comédienne réduit en confettis son image de bimbo. Le film est excellent et elle aussi. La preuve par trois.

LIRE LA SUITE
1 /3

« The Green Hornet » : 3 bonnes raisons de se poiler avec Cameron Diaz

« The Green Hornet » : 3 bonnes raisons de se poiler avec Cameron Diaz

The Green Hornet ou une fille dans un monde de brutes ? Il y a de ça... Dans sa nouvelle farce désopilante (farce à très gros budget quand même), Michel Gondry raconte l’histoire d’un riche abruti, Britt Reid, devenu magnat de la presse de L.A suite au décès de son paternel. Médiocrement pourvu rayon neurones, Britt ne sait pas quoi faire pour qu’on le remarque. Histoire d’attirer les feux des projecteurs, il se décide à combattre le crime en faisant croire au caïd local qu’il est encore plus méchant que lui. Il se trouve un pseudo, "Le frelon vert", et dézingue à tout va.

À ses côtés, Kato, un asiatique malin sans lequel il serait impitoyablement réduit en bouillie. Les autres personnages ? Des affreux, des corrompus, des grotesques... Tous, sauf une : Lenore, une grande fille blonde qui, engagée comme secrétaire de Britt, pare à tous les mauvais coups, conjugue charme et jugeotte, manie la réplique bluffante comme le sourire fatal. Elle, c’est Cameron Diaz, qui confirme que si Michel Gondry aime filmer les conneries des garçons, il adore aussi mettre en scène les filles subtiles. Après Patricia Arquette dans Human Nature, Kate Winslet dans Eternal Sunshine of a Spotless Mind et Charlotte Gainsbourg dans La science des rêves, Cameron est la quatrième actrice à s’abandonner au delirium de Gondry. Elle y embarque pour un grand huit ironique qui n’entretient aucun rapport avec le commun d’Hollywood. Visiblement, ça lui plaît. Et son plaisir est le nôtre. 

2 /3

« The Green Hornet » : 3 bonnes raisons de se poiler avec Cameron Diaz

« The Green Hornet » : 3 bonnes raisons de se poiler avec Cameron Diaz

« Mais vous êtes notre cerveau ! » s’exclame, au détour d’une scène, Britt, le pathétique, traversé par une subite éclaircie lucide. En effet, on ne saurait mieux dire... Alors que les mecs font joujou avec des gadgets pyrotechniques, multiplient les cascades et les parties de bourre-pif (autant de clichés du blockbuster que le cinéaste parodie avec son invention coutumière), Leonore, elle, ne parle que de passion journalistique, de réflexion nécessaire et d’ambition intellectuelle... Du coup, pour paraître à la hauteur, les garçons arborent des mines concentrées qui, hélas, ne renseignent que sur la vacuité abyssale de leur esprit... Une partition agréable à interpréter pour l’actrice, ex-mannequin star de l’agence Elite, dont la carrière est jalonnée de films où son emploi se résume à celui de poupée blonde très décorative. Par chance, Cameron Diaz a toujours su se battre pour défendre des rôles vraiment dignes de ce nom. Après Mary à tout prix, Dans la peau de John Malkovich ou le réjouissant Night and Day sorti l’été dernier,The Green Hornet lui donne une nouvelle fois l’occasion de prouver que son impeccable plastique n’est pas son seul atout.

3 /3

« The Green Hornet » : 3 bonnes raisons de se poiler avec Cameron Diaz

« The Green Hornet » : 3 bonnes raisons de se poiler avec Cameron Diaz

A la casserole érotique, l’héroïne passera-t-elle ? En général, poser la question, c’est déjà y répondre, à Hollywood comme ailleurs. Sauf que Michel Gondry ne fait rien comme tout le monde, même quand il se retrouve à la tête d’une énorme production. Sans rien dévoiler de l’intrigue du film, on signalera un de ses atouts souterrains : montrer les efforts insensés de Britt et de son acolyte pour séduire la dame et, simultanément, filmer le souverain mépris de cette dernière envers les parades machos. « The Green Hornet » raconte un combat entre des mecs, des « vrais », mais, à la fin, finalement, c’est peut-être la fille qui gagne. Cette facette-là de la comédie n’est pas la moins drôle.The Green Hornet, blockbuster parodique et féministe ? Why not ?

The Green Hornet. De Michel Gondry, avec Seth Rogen, Jay Chou, Cameron Diaz, Christoph Waltz... Sortie le 12 janvier.

Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.