• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir

Quoi de neuf cette semaine au cinéma ?

Le mec : Mark Wahlberg, dans "Ted" Le chouchou : "Dans la maison" de François Ozon L’outsider : "God Bless America"

Un ours en peluche qui parle, François Ozon en super forme et un film U.S 100% provocateur… Glamour.fr vous dit tout sur l’actu ciné de la semaine.

LIRE LA SUITE
1 /3

Le mec : Mark Wahlberg, dans "Ted"

Le mec : Mark Wahlberg, dans "Ted"

Parle à mon ours, ma tête est malade.

 

Il lui a promis fidélité et il tient parole. Pour la plus grande joie de sa copine ? Pas vraiment… La promesse d’exclusivité émise par le dénommé John Bennet ne concerne en effet pas ladite copine (délicieuse, la copine, puisque c’est Mila Kunis qui l’incarne), mais Ted, un ours en peluche doté de paroles et de mouvements (désordonnés, les mouvements, puisque la peluche est une sorte de punk). Ted suit à la trace son maître depuis que ce dernier a 8 ans et ni l’un ni l’autre n’envisagent la séparation. Résultat : une cohabitation à trois et une fâcheuse tendance du nounours déjanté à squatter le canapé, à emprunter la bagnole du couple, à fumer des pétards ou à se glisser sous la couette au moment le plus inopportun.

Le bilan sur l’écran ? Une comédie nettement plus drôle et futée que la moyenne. Une comédie qui, en passant, autopsie la puérilité du mâle dans tous ses états… Surprise : dans le rôle du vieux petit garçon, c’est Mark Wahlberg, rasé de près comme on ne l’a jamais vu, qui donne le meilleur de lui-même et propose une prestation aux antipodes de celles, sombres et viriles (La nuit nous appartient, Fighter…), qui font de lui l’un des meilleurs acteurs US de sa génération. A noter enfin, cerise sur le museau du nounours, que l’inévitable Joeystarr prête sa voix rocailleuse à Ted dans la VF. Presque une incitation à voir le film dans cette version-là.

 

Ted, de Seth MacFarlane, avec Mark Wahlberg, Mila Kunis…

2 /3

Le chouchou : "Dans la maison" de François Ozon

Le chouchou : "Dans la maison" de François Ozon

Ozon au top !

Un prof de français, rongé par ses frustrations d’écrivain raté, tombe sur un élève mystérieux et séduisant qui écrit comme un jeune Dieu. Incité par son aîné à rédiger des dissertations personnelles, le second s’exécute et raconte par le menu ses étranges aventures dans la maison de l’un de ses camarades. Tourneboulé et excité par ce qu’il lit, le prof devient addict’ à la prose de son élève, au point de gravement disjoncter dans sa vie personnelle…

Qui manipule qui ? Qui est l’élève, qui est le maître ? Dans son nouveau film, l’excellent François Ozon ausculte les zones d’ombre et les frustrations (entre autres sexuelles) de ses personnages et signe une fiction aussi délicieuse que troublante. Fabrice Luchini, Emmanuelle Seigner, Kristin Scott Thomas et Denis Ménochet y accordent remarquablement leurs violons. Quant au jeune Ernst Umhauer, sidérant d’ambiguïté et de charme glacial, les meilleurs cinéastes vont probablement bientôt se battre pour exploiter son talent et sa très agréable silhouette. 

 

Dans la maison, de François Ozon, avec Fabrice Luchini, Emmanuelle Seigner, Denis Ménochet...

 

3 /3

L’outsider : "God Bless America"

L’outsider : "God Bless America"

100 % provoc’.

 

Désespérément solitaire depuis son divorce, Frank perd le même jour son job et sa santé. Licencié pour cause de harcèlement sexuel (il a prêté un bouquin à sa secrétaire) et condamné à une mort certaine par son médecin incompétent, le pauvre garçon décide de se lâcher, ce n’est rien de le dire. Fâché depuis des lustres avec la bêtise crasse d’une certaine Amérique, il entreprend de dézinguer tout ceux qui l’insupportent. Ce qui fait du monde : les gens qui parlent dans les salles de cinéma, les fachos du Tea Party, les ados débiles qui s’exhibent dans les reality show, ceux qui les exploitent, ceux qui n’ont que des clichés à la bouche… Accompagné par une jeune nana aussi sauvage que lui, Frank entame son périple destroy et les deux, sortes de Bonnie and Clyde contemporains, multiplient les aventures agitées.

Argument sanglant et film… désopilant. Avec God Bless America, Bob Goldthwait, bien aidé par ses géniaux acteurs (Joel Murray, le frère de Bill, et Tara Lynne Barr), signe une comédie provocatrice et incorrecte qui regarde tout de travers l’Amérique d’aujourd’hui. Caustique et provocateur, un film secouant qui ferait presque passer Michael Moore pour un enfant de chœur. 

 

God Bless America de Bob Goldthwait, avec Joel Murray, Tara Lynne Barr…

 

Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.