• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir

Le top des films qui nous émoustillent

37°2 le matin (1985) 9 semaines 1/2 (1986) Attache-moi ! (1990) Belle de Jour (1967) 15

Même si la plupart d'entre eux sont carrément malsains, ces 15 films sont aussi ceux qui ont le plus grand pouvoir érotique sur la gente féminine.

LIRE LA SUITE
1 /15

37°2 le matin (1985)

37°2 le matin (1985)

Le synopsis : Zorg, 35 ans, est le bricolo d'un lotissement situé au milieu du nulle part (dans l'Aude). Betty, une belle brune plutôt perturbée va alors faire irruption dans sa vie. S'en suivra une histoire d'amour passionnée et forcément destinée à mal tourner...

Pourquoi ça nous émoustille : parce que Béatrice Dalle est follement sexy avec ce look de femme-enfant, parce que Jean-Hugues Anglade nous ferait presque aimer le romantisme poussé, et parce qu'on aimerait avoir la même vie sexuelle qu'eux avec notre mec.

37°2 le matin de Jean-Jacques Beineix, avec Béatrice Dalle et Jean-Hugues Anglade.
Voir un extrait.

2 /15

9 semaines 1/2 (1986)

9 semaines 1/2 (1986)

Le synopsis : Le film nous plonge dans la liaison entre une jeune divorcée, Elyzabeth, et un étange inconnu qu'elel vient de rencontrer. Ce dernier va lui faire découvrir le sexe, le vrai, et les limites du plaisir.

Pourquoi ça nous émoustille : Parce qu'en grand maître du sexe, Mickey Rourke fait faire toutes sortes de choses très chaudes à Kim Basinger : des jeux de soumission, lui bander les yeux et lui faire manger le contenu du frigo, lui faire l'amour dans des escaliers sous la pluie, et même lui faire connaître les joies de la masturbation... Deux acteurs canons au summum de leur forme.

9 semaines 1/2, de Adrian Lyne, avec Kim Basinger et Mickey Rourke.
Voir l'extrait.

3 /15

Attache-moi ! (1990)

Attache-moi ! (1990)

Le synopsis : Ricky vient de sortir de l'hopital psychatrique et n'a qu'une chose en tête : retrouver Marina, une actrice porno avec qui il a déjà couché une fois, et en faire sa femme. Face aux réticences de cette dernière, en plein tournage, il la kidnappe et... l'attache.

Pourquoi ça nous émoustille : Parce que se faire kidnapper par Antonio Banderas, c'est pas rien ; et le film revisite le fameux syndrôme de Stockholm de façon très sexy, avec une Victoria Abril faussement soumise.

Attache-moi, de Pedro Almodovar, avec Victoria Abril et Antonio Banderas.
Voir l'extrait.

4 /15

Belle de Jour (1967)

Belle de Jour (1967)

Synopsis : Quand Buñuel reprend le livre qui fit scandale de Joseph kessel, Belle de Jour, ça donne le fantasme le plus couru et le moins avouable au cinéma : Séverine est mariée à Pierre, un beau médecin qui a tout pour plaire, et qu'elle aime profondément. Mais quelque chose lui manque et elle trouve raenfin ce qui la comble dans un bordel ouvert la journée, où Severine devient "Belle de Jour", la bourgeoise qui vient se prosituer aux horaires de bureau.

Pourquoi ça nous émoustille : Parce que Catherine Deneuve, dans toute sa froideur et sa beauté, incarne le comble de la femme aux fantasmes inavouables : soumission, goût pour l'ouvrier sale et l'homme brutal, c'est la déraison sexuelle qui guette chaque ménage moyen.

Belle de Jour, de Luis Buñuel, avec Catherine Deneuve, Pierre Clémenti et Michel Piccoli.

Voir l'extrait.

5 /15

Black Swan (2011)

Black Swan (2011)

Le synopsis : Nina est la ballerine la plus sage d’une grande école de danse. Quand le chorégraphe Thomas Leroy lui propose de tenir le premier rôle du Lac des Cygnes, sa vie bascule et Nina va devoir apprendre à libérer son côté obscur pour prendre pleine possession de ce rôle ambigu. Libération qui va avoir des conséquences sur sa libido.

Pourquoi ça nous émoustille : Parce que voir la tête de Mila Kunis entre les jambes de Natalie Portman, c’est un choc visuel (même pour les filles), parce que la perspective de même cette scène va convaincre notre copain de nous accompagner voir le film et parce que plus généralement, le film parle de corps qui vivent : efforts, souffrance, mais aussi désir. Une heure et demi au rythme de ces corps nous rappelle que le nôtre existe, aussi. Et qu’on ne doit pas le négliger.

Black Swan de Darren Aronofsky, avec Natalie Portman, Mila Kunis et Vincent Cassel.
Voir un extrait.

6 /15

Dernier tango à Paris (1972)

Dernier tango à Paris (1972)

Le synopsis : Jeanne, la petite vingtaine, rencontre Paul, un quadragénaire traumatisé par le suicide de son épouse. Ils vont s’engager dans une relation intense, basée sur le sexe et le secret.

Pourquoi ça nous émoustille : Parce que Marlon Brando, dégarni et même un peu gras, a gardé intacte sa force brute de vieux taureau. Et incarne un personnage malsain, excitant et incroyablement perturbant. Parce que les seins en poire de Jeanne sont ceux de l’époque, et qu'on n'en voit plus jamais des comme ça. Et parce que, au-delà de la très (trop ?) connue scène du beurre, le film regorge de scènes ultra hot, le tout sans une seule image crue. So 70’s.

Dernier tango à Paris, de Bernardo Bertolucci, avec Marlon Brando et Maria Schneider.
Voir un extrait.

7 /15

Dracula (1992)

Dracula (1992)

Le synopsis : En 1492, le prince Vlad Dracul perd sa fiancée adorée dans des circonstances tragiques. Fou de douleur, il défie Dieu et devient alors le comte maudit Dracula. Quelques siècles plus tard, le comte Dracula, désireux de quitter sa Transylvanie natale pour l'Angleterre, fait appel au clerc de notaire Jonathan Hacker, et découvre la douce fiancée de celui-ci, Mina, sosie de sa défunte aimée... Les problèmes ne font que commencer.

Pourquoi ça nous émoustille : Parce que dans la version de Coppola, tout est réussi : le comte Dracula est vraiment un monstre ignoble et flippant, et les tentations de l'Enfer sont vraiment... très torrides. De la diablesse rouquine à la brune insatiable, les scènes de sexe tiennent du génie de sensualité.

Dracula, par Francis Ford Coppola, avec Gary Oldman, Winona Ryder, Antony Hopkins et Keanu Reeves.
Voir l'extrait.

8 /15

Innocents (2003)

Innocents (2003)

Le synopsis : Dans un Paris chamboulé par les évènements de Mai 68, un étudiant américain est logé chez Isabelle et Théo, un frère et une soeur à la relation ambigüe dont les parents sont partis en voyage. Livrés à eux même dans ce grand appartement, un jeu sexuel et pervers entre ces adolescents en quête d'expérience va débuter.

Pourquoi ça nous émoustille : Parce que les rapports hyper sensuels et malsains entre les acteurs nous rappellent les vieux jours où l'on jouait au docteur avec notre cousin en cachette, parce que ce film à la dimension historique nous montre ce qu'il pouvait se passer dans les appartements quand la colère grondait dans les rues, et parce que Louis Garrel y est la plupart du temps à moitié nu. 

Innocents (The Dreamers), de Bernardo Bertolucci, avec Louis Garrel, Eva Green et Michael Pitt.
Voir un extrait.

9 /15

L'amant (1991)

L

Le synopsis : Adapté du roman éponyme de Marguerite Duras, ce film relate les amours d'une jeune fille de quinze ans et d'un Chinois de trente-six ans à la fin des années 1920 en Indochine.

Pourquoi ça nous émoustille : parce les nombreuses scènes de sexe entre cette ado précoce et ce chinois canon sont hyper réalistes et ont la capacité de nous mettre à chaque fois dans le même état (en émoi, donc).

L'amant de Jean-Jacques Annaud, avec Jane March et Tony Leung Ka Fai.
Voir un extrait.

10 /15

La saveur de la pastèque (2004)

La saveur de la pastèque (2004)

Le synopsis : La sécheresse est telle à Taiwan que la population est invitée à remplacer l'eau par le jus de pastèque. Elle, c'est en volant l'eau des toilettes publiques qu'elle subsiste. Lui, c'est en montant sur les toits, la nuit tombée, qu'il tente de se rafraîchir en se baignant dans les citernes d'eau de pluie. Solitaires, assoiffés, épuisés par la chaleur et le désir, ils se retrouvent pour mieux se perdre dans l'excitation torride et la saveur de la pastèque.

Pourquoi ça nous émoustille : parce que l'ambiance de cette comédie musicale taïwanaise déjandée est moite et que la tournure érotique des évènements dépasse l'entendement.

La saveur de la pastèque de Tsai Ming-liang, avec Lee Kang-sheng, Shi Chen.
Voir un extrait.

11 /15

Noce Blanche (1989)

Noce Blanche (1989)

Le synopsis : Mathilde Tessier, ado rebelle et provocatrice, tombe amoureuse de son prof de philosophie. Celui-ci, touché par la sensibilité et l’intelligence de son élève, ne tarde pas à succomber. S’ensuit une relation passionnelle et dramatique.

Pourquoi ça nous émoustille : Parce que La belle et la bête, ça marche toujours. Enfin pour nous. Parce qu’on a toujours rêvé de coucher avec notre prof de maths, celui qui nous saquait, et parce que Vanessa Paradis, belle et paumée, nous touche. Et on se souvient des émois amoureux – et sexuels- de notre adolescence.

Noce Blanche de Jean-Claude Brisseau, avec Vanessa Paradis et Bruno Cremer. 
Voir un extrait.

12 /15

Sexe Intentions (1998)

Sexe Intentions (1998)

Le synopsis : Ce teen-movie pas si teen que ça est en réalité une adaptation moderne et plutôt crue des Liaisons Dangeureuses de Choderlos de Laclos, roman épistolaire sulfureux publié en 1782, dans lequel deux jeunes gens font un pari pour se divertir : faire perdre sa virginité à l'une des demoiselles les plus chastes et respectables de leur entourage mondain.

Pourquoi ça nous émoustille : parce ce film a largement contribué à notre éducation sexuelle quand on avait encore à peine osé regarder un garçon, parce qu'au-delà des scènes suggestives, les dialogues sont carrément hot et parce qu'il faut l'avouer, on est toujours super émues quand Reese Witherspoon et le beau Ryan Philippe font l'amour sur Colorblind des Countings Crows.

Sexe Intentions, de Roger Kumble avec Ryan Phillippe, Sarah Michelle Gellar, Reese Witherspoon.
Voir un extrait.

13 /15

Un tramway nommé désir (1951)

Un tramway nommé désir (1951)

Le synopsis : Au terminus du tramway, à la station "désir" se trouve l'humble demeure de Stanley et Stella, jeune couple chaud et libidineux. Le jour où la soeur de Stella, Blanche, débarque, engonsée dans sa bourgeoisie et son passé trouble, le duo d'amoureux se transforme en étrange trio, autour du personnage ultra viril de Marlon Brando.

Pourquoi ça nous émoustille : Parce quand le cinéaste de l'amour et du désir, Elia Kazan, reprend une poèce du dramaturge non moins sensuel Tennessee Williams, ça ne peut être que superbement excitant. Surtout avec Marlon Brando en ouvrier moulé dans l'équation. D'ailleurs, après avoir maintes fois fait des changements à cause de la censure, le film n'en reste pas moins l'histoire de désir la plus chaude du cinéma.

Un tramway nommé désir, réalisé par Elia Kazan, avec Vivien Leigh, Marlon Brando.
Voir l'extrait.

14 /15

Twilight : Hésitation (2010)

Twilight : Hésitation (2010)

Le synopsis : Dans le troisième volet de l'histoire de vampire la plus connue au monde, Bella doit choisir entre son meilleur ami le loup-garou méga baraqué et son tendre vampire qui brille de mille feux, tous deux follement épris de la demoiselle.

Pourquoi ça nous émoustille : Parce qu'au delà du côté gnangnan et puritain des dialogues, la tension sexuelle entre les personnages est largement palpable. Et parce qu'on est autant à bout de nerfs qu'Edward et Bella quand ils se retrouvent au lit et qu'ils s'arrêtent au moment fatidique.

Twilight Hésitation, de David Slade avec Kristen Stewart, Robert Pattinson, Taylor Lautner.
Voir un extrait.

15 /15

Zabriskie Point (1970)

Zabriskie Point (1970)

Le synopsis : A Los Angeles, en 1969, les milieux universitaires sont en pleine révolte. Marc, un jeune homme solitaire et engagé est témoin d 'une fusillade au cours de laquelle un étudiant noir est abattu par un policier. Il s'apprète à risposter mais le policier est soudainement abattu. Craignant d'être poursuivi pour ce crime qu'il n'a pas commis, il s'enfuit, où il rencontre une belle jeune fille qui sent bon le sable chaud.

Pourquoi ça nous émoustille : Parce
cet hymne aux 70's est un trip sauvage, animal et terriblement sensuel, qui une fois de plus nous donnerait envie d'être né à cette époque surexcitante de libération des moeurs. Surtout avec la scène d'amour la plus orgiaque du désert.

Zabrieskie Point de Michelangelo Antonioni, avec Rod Taylor, Mark Frechette, Daria Halprin.
Voir un extrait.

Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.