• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir

Hitchcock comme vous ne l'avez jamais vu

Hitchcock comme vous ne l Jeune et Innocent Une femme disparaît Correspondant 17 10

A l'occasion de la rétrospective à la Cinémathèque Française consacrée au maître du suspens et de l'ironie (du 5 janvier au 28 février), on revient sur 10 films un peu moins connus d'Hitchcock, qui pourtant méritent largement le coup d'œil. Parce qu'il n'y a pas que les Oiseaux, dans la vie.

LIRE LA SUITE
1 /10

Hitchcock comme vous ne l'avez jamais vu

Hitchcock comme vous ne l

Agent Secret (Sabotage), avec Sylvia Sidney, Oskar Homolka - 1936

Attention : la valse des titres VF/VO peut prêter à confusion. Le titre original Sabotage est en effet proche d’un autre film d’Hitchcock Saboteur sorti en 1942. Surtout, l’année de la sortie d’Agent Secret, est aussi sorti Quatre de l’espionnage, en VO : Secret Agent. Bon, tout cela est un peu confus et ne nous dit rien de Sabotage (puisque c’est de toute façon sous le titre original qu’on connaît le film). En plein cœur de Londres, à deux pas de Piccadilly Circus pour être plus précis, un couple tient un cinéma (ça sent la mise en abyme). Le mari est suspecté de terrorisme. La séquence un enfant livre sans le savoir un colis piégé est d’une cruauté totale, mais on n’en dira pas plus.

2 /10

Jeune et Innocent

Jeune et Innocent

Jeune et Innocent (Young and Innocent) avec Nova Pilbeam, Derrick De Marney, John Longden - 1937

Les deux sujets fétiches d'Hitchcock réunis et brillamment menés : l'innocent accusé et la femme pure qui reconnait l'innocent parmi les apparences trompeuses. Ainsi, un jeune homme accusé d'un crime qu'il n'a pas commis part en cavale, et seule la fille du commissaire de police croit aveuglément à son innocence. Hitchcock maître de son art remplace encore une fois les mots par l'image et, avec l'un des plus longs travelling de l'histoire du cinéma, parvient à montrer où se cache le véritable assassin.

3 /10

Une femme disparaît

Une femme disparaît

Une femme disparaît (The Lady Vanishes ) , avec Margaret Lockwood, Michael Redgrave, Paul Lukas - 1938

Un des meilleurs films mineurs d’Hitchcock. Un train en partance d’un pays imaginaire de l’Europe de l’Est, le Bandrika, est en route pour Londres mais se trouve bloqué par une avalanche. Une demoiselle au sortir d’un malaise s’aperçoit alors qu’une dame a disparu, mais les voyageurs qui partageaient le compartiment avec la femme nient l’avoir jamais vu. Hitchcock mêle film d’espionnage et romance pour trouver l’équilibre parfait entre suspens inquiétant et légèreté aérienne des dialogues et situations. Michael Redgrave apporte son flegme et son élégance british au service du maître et accède au rang de vedette internationale. Et Une femme disparaît est désigné meilleur film de l’année par le New York Times tout en faisant un carton au Box Office.

4 /10

Correspondant 17

Correspondant 17

Correspondant 17 (Foreign Correspondent) avec Joel McCrea et Herbert Marshall - 1940

Ce deuxième film réalisé à Hollywood par Hitchcock après Rebecca inaugure un nouveau genre dans la carrière du réalisateur britannique : c'est un pur film de propagande antinazi. Réalisé en 1940, ce film d'espionnage se termine sur un discours incitant les Etats-Unis à fournir aide et armes à la Grande-Bretagne en guerre contre l'Allemagne... Plus que précurseur : prophétique.

5 /10

Joies Matrimoniales

Joies Matrimoniales

Joies Matrimoniales (Mr. and Mrs. Smith), avec Carole Lombard et Robert Montgomery - 1941

Un film à part dans l’œuvre du roi du suspens, puisque Joies Matrimoniales est une pure comédie (la seule dans sa filmographie américaine), qui s’inscrit dans le genre phare de la comédie de remariage (dontThe Philadelphia Story de George Cukor est le modèle absolu). L’intrigue ? Madame Smith (Carole Lombard) découvre qu’elle n’est pas légalement mariée à son époux. Vexée, elle décide de le mettre à la porte. Il va devoir la reconquérir, ce qui s’avérera plus délicat que prévu. Pour l'anecdote, le caméo (l'apparition dans un plan du réalisateur au détour d’une scène), grand spécialité hitchcockienne, a été dirigé par Carole Lombard elle-même : elle a forcé Alfred à rejouer la scène plusieurs fois – un joli pied de nez à la rigueur du grand cinéaste anglais.

6 /10

Les enchaînés

Les enchaînés

Les enchaînés (Notorious) avec Cary Grant, Ingrid Bergman, et Claude Rains - 1946

Avec un Cary Grant aigri et sombre, éloigné de son rôle comique habituel, une Ingrid Bergman délurée et passionnée qui purge le passé nazi de son père en infiltrant la maison de Claude Rains, (l'acteur de l'Homme invisible, très convaincant en nazi amoureux), ce film est l'une des plus belles histoires d'amour et de suspens mise en scène par Hitchcock. En plus, détournant habilement le Code de la censure Hayes (qui interdit les baisers de plus de 3 secondes), Hitchcock filme le plus long baiser de l'histoire du cinéma entre Cary Grant et Ingrid Bergman : 3 minutes de plan séquence, entrecoupé toutes les trois secondes. Le génie au service de l'érotisme, si fort qu'Ingrid finit même par câliner la porte.

7 /10

Le Procès Paradine

Le Procès Paradine

Le Procès Paradine (The Paradine Case) ave cGregory Peck, Ann Todd, Alida Valli - 1947

Sur fond du médiatique procès de la veuve Paradine, soupçonnée d'avoir assassiné son mari, Hitchcock revient sur l'éternel contraste entre la gentille femme à la maison et la sulfureuse brune à défendre. Ainsi, c'est l'avocat de Mrs. Paradine, le très canon Gregory Peck, qui oscille entre deux femmes et deux versions des faits. Passionnant.

8 /10

La Corde

La Corde

La Corde (Rope) avec James Stewart et Rupert Cadell - 1948

Dans La Corde, Hitchcock tente de réaliser l'impossible : faire un film quasiment tourné en plan séquence (en réalité, il n'y a que huit plans en tout), en huis-clos, avec pour protagonistes un couple d'amis assassins qu'on suppose homosexuels... Ca fait beaucoup, pour Hollywood. Et encore une fois, ça passe.

9 /10

L'inconnu du Nord-Express

L

L'inconnu du Nord-Express (Strangers on a Train) avec Farley Granger, Ruth Roman, Robert Walker - 1952

Afin de parvenir à réaliser le crime parfait, un inconnu en aborde un autre dans un train et lui propose de tuer son encombrante femme si l'autre, en échange, assassine son riche frère. Inconnus des victimes, ils seraient ainsi tous deux insoupçonnables... Une proposition absurde impossible à prendre au sérieux, jusqu'au moment où la pauvre épouse se fait liquider : un scénario improbable pour un film qui rend fou.

10 /10

Frenzy

Frenzy

Frenzy avec Jon Finch, Barry Foster - 1972

Peu ont suivi les films d'Hitchcock des années 70, et pourtant : son style reste toujours aussi moderne. Profitant de la nouvelle esthétique 70, Frenzy est ainsi le film d'une époque, tourné à Londres, avec un grain "sale" et des couleurs kitchs. Dans Frenzy, Hitchcock s'amuse cette fois à mettre en scène un viol suivi d'un crime, probablement le plus immonde de l'histoire - esthétiquement parlant. Bien malsain.

Rétrospective Hitchcock à la Cinémathèque Française
du 5 janvier au 28 février 2011

Voir aussi "Hitch", quand Truffaut affronte Hitchcock au Théâtre du Lucernaire - Paris VIe, du 12 janvier au 20 février 2011, une pièce sur les préparatifs de la mythique rencontre des deux montres du cinéma, qui dialogueront ensuite pendant quatre ans sur le 7ème art.

Enfin, Hitchcock reste au coeur de l'actualité du cinéma : un biopic sur sa vie, inspiré du livre Alfred Hitchcock and the making of Psycho de Stephen Rebello, est en préparation. Anthony Hopkins serait en pourparler pour le rôle du cinéaste. Affaire à suivre...

Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.