Actuellement en kiosque !

GL cover mag Novembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
HautHab__Leaderboard - skin
Les 5 meilleurs rôles de Charlotte Gainsbourg
1 /5

Les 5 meilleurs rôles de Charlotte Gainsbourg

En tenue de soirée et escarpins, elle grimpe les marches du Festival de Cannes pour présenter le film d’ouverture de la 70ème édition : "Les fantômes d’Ismaël", d’Arnaud Desplechin. Retour en cinq moments clés sur la carrière au cinéma de Charlotte Gainsbourg.

1. "L’effrontée" (1985)

1. "L’effrontée" (1985)

Elle a 13 ans, porte un tee-shirt marin et se demande ce qu’elle va faire de sa vie… En 1985, devant la caméra de Claude Miller, une ado de 14 ans, la moue boudeuse et le charme exponentiel, crève l’écran et impose son patronyme dans un cinéma français qui la plébiscite illico. Son nom : Charlotte Gainsbourg, une graine de grande actrice qui, en un film, parvient (presque) à faire oublier les noms de ses géniteurs : Serge Gainsbourg et Jane Birkin. 

2. "Ma femme est une actrice" (2001)

2. "Ma femme est une actrice" (2001)

Une histoire de famille, une histoire de couple. Après avoir tourné avec une poignée de grands cinéastes à la fin du siècle dernier (Agnès Varda, Bertrand Blier, Jacques Doillon), Charlotte Gainsbourg se retrouve dirigée par son compagnon Yvan Attal, lui-même acteur de son propre film. Résultat : une comédie riche et désopilante où les deux amoureux - elle dans le rôle d’une actrice, lui dans celui d’un mec furieusement jaloux - jouent avec leur image et leur réputation. On valide.

3. "Nymphomaniac" (2013)

3. "Nymphomaniac" (2013)

La vie d’une nymphomane : ses aventures sexuelles petites et grandes, ses fantasmes, ses peurs, ses obsessions… Charlotte Gainsbourg aime prendre de gros risques et elle le prouve en donnant (vraiment) de sa personne devant la caméra voyeuse de Lars Von Trier, le cinéaste danois ingérable et imprévisible qui avait déjà dirigé l’actrice deux ans plus tôt dans Melancholia. Bilan : un film dérangeant et évidemment provocateur où l'actrice, au cœur de chaque scène, prouve que les rôles les plus difficiles conviennent à son art du mystère et de l’étrangeté. 

 

4. "Samba" (2014)

4. "Samba" (2014)

Elle aime autant le cinéma d’auteur que les comédies populaires. Et elle le démontre dans le film du duo Eric Toledano et Olivier Nakache (Intouchables) où elle incarne une cadre en dépression nerveuse qui tombe raide amoureuse d’un sans papier (Omar Sy). A la fois émouvante et cocasse, Charlotte Gainsbourg, dans Samba, confirme qu’elle sait danser sur toutes les partitions.  

5. "Les fantômes d’Ismaël" (2017)

5. "Les fantômes d’Ismaël" (2017)

Amoureuse d’un cinéaste qui subit une crise créatrice majeure à l’heure d’écrire son nouveau scénario, Sylvia doit bientôt affronter la concurrence passionnelle de Carlotta, une femme mystérieuse qui réapparait après 10 ans d’absence… Tempête sentimentale et troubles de l’identité : dans le nouveau film du cérébral Arnaud Desplechin, Charlotte Gainsbourg, alias Sylvia, campe son héroïne avec une ambiguïté et une sensibilité qui visent et touchent juste. Son dialogue nerveux avec Marion Cotillard, alias Carlotta, s’impose comme le principal atout de cette fiction tordue qui, parallèlement à sa sortie en salles, inaugure la grand-messe du 70ème Festival de Cannes. Charlotte tout en haut des marches ? Charlotte à sa place…  

"Les fantômes d’Ismaël", de Arnaud Desplechin, avec Charlotte Gainsbourg, Mathieu Amalric, Marion Cotillard… Sorti le 17 mai.

Loginnn
__5574__FR-New-Glamour__Impact__Interstitiel - interstitiel

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.