• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir

3 bonnes raisons d'aller voir "17 filles"

Parce que le scénario est une histoire vraie Parce que la période de l Parce que les jeunes actrices sont formidables

Aujourd'hui sort en salles 17 filles, un long-métrage qui revient sur un fait divers survenu aux Etats-Unis en 2008 : dans un même lycée, 17 adolescentes avaient choisi de tomber enceintes en même temps, au grand désarroi des adultes et des jeunes garçons.

LIRE LA SUITE
1 /3

Parce que le scénario est une histoire vraie

Parce que le scénario est une histoire vraie

Si le film se déroule à Lorient, en Bretagne, c'est parce que les deux réalisatrices, Delphine et Muriel Coulin, y ont grandi. En réalité, c'est un fait divers survenu dans un lycée de Gloucester, un port de pêche du Massachusetts, qui a inspiré les deux sœurs pour ce premier long-métrage. En 2008, une bande de copines d'à peine 16 ans ont décidé de tomber enceintes en même temps, pour des raisons qui restent encore aujourd'hui assez obscures. Au moment des faits, on a parlé de "pacte secret". Et d'un échappatoire collectif à l'ennui . "C'était une ville de 100.000 habitants, comme Lorient. Au bord de l'Atlantique, même si c'est de l'autre côté. Et dont les activités principales sont la pêche et le port de commerce, avec une activité industrielle en déclin", racontait Delphine Coulin à l'AFP lors du dernier festival de Cannes. Au total, sur une année, 17 jeunes filles sont tombées enceintes volontairement, tout en ayant décidé d'élever leurs enfants ensemble. Delphine et Muriel, elles, sont tombées sur un article sur le sujet dans Libération cette année-là . L'histoire leur a tout de suite donné envie d'en faire quelque chose. Trois ans et demi plus tard, 17 filles sort en salles et tente de percer le mystère de ces jeunes aventurières de la maternité.

2 /3

Parce que la période de l'adolescence est dépeinte avec brio

Parce que la période de l

Le point fort de ce film, c'est probablement le travail d'écriture sur les dialogues : justes, fluides et spontanés, on se retrouve totalement plongées dans le monde fragile de l'adolescence, même si la situation des jeunes filles reste clairement peu commune. Tantôt ultra-matures, tantôt puériles, ces copines passent leur temps scotchées l'une à l'autre à se câliner en fantasmant leur avenir : "On n'entendra plus jamais des réflexions du style : "Range ta chambre !" On deviendra jamais comme nos parents, on n'aura que 16 ans d'écart avec nos mômes en plus, c'est idéal, on sera proche d'eux".

L'alchimie entre elles est frappante, comme si toutes étaient déjà les meilleures amies du monde dans la vraie vie. Parfois, l'absence de dialogue parvient avec plus de force encore a décrire les sentiments d'excitation et d'angoisse auxquels ces jeunes filles sont en proie : comme un leitmotiv, on les voit successivement seules, méditantes et enceintes, sur leur lit, dans leurs chambres d'ados sans histoires. Et on les comprend presque.

3 /3

Parce que les jeunes actrices sont formidables

Parce que les jeunes actrices sont formidables

Bien sûr, il y a Louise Grinberg, dans le rôle de Camille, la forte tête de la bande qui tombe enceinte la première, par accident. Découverte dans le film de Laurent Cantet, Entre les murs, qui remportera la Palme d'Or 2008 à Cannes, elle y incarnait la jolie déléguée de classe au caractère bien trempée. Dans 17 filles, Louise écope encore d'un rôle de chef de meute, puisque c'est elle qui va inciter ses amies à vivre en même temps qu'elle une grossesse. Un BAC littéraire option Théâtre désormais en poche, on ne s'avance pas en affirmant que la jeune actrice ira loin. En plus d'être belle comme un cœur, sa présence et son aisance lui donne à l'écran quelque chose de fascinant. Lors d'une projection de 17 filles avant Cannes, Louise a d'ailleurs tapé dans l'œil de Véronique Bouffard qui gère, entre autres, les carrières d'Ariane Ascaride et Deborah François. Elle a ainsi décroché un second rôle dans un prochain film, Je me suis fait tout petit de Cécilia Rouaud, aux côtés de Vanessa Paradis et Gilles Lellouche. En parallèle, elle continue ses études de théâtre au Conservatoire du 7ème arrondissement.

Mais celle qui nous a bluffées, c'est surtout Yara Pilartz dans le rôle de Clémentine, petite protégée de la bande à la tignasse carotte. Avec sa voix de fillette et sa carrure toute frêle, Yara nous offre la prestation la plus réussie du film. Plus étonnant encore, 17 filles est son premier rôle au cinéma. On est prêtes à parier qu'une belle carrière s'annonce pour Louise et Yara.

Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.