• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Quoi de neuf cette semaine au cinéma ?

confessions hor

Gros films et outsiders, stars et nouveaux visages, scènes X et dialogues fun : chaque semaine, Glamour.fr voit l’actu ciné autrement.

Le couple : Charlotte Gainsbourg et Pete Doherty dans Confession d’un enfant du siècle

Je t’aime, moi non plus etc.

Difficile d’imaginer un casting plus tendance… Dans son adaptation dépoussiérée du Confesssion d’un enfant du siècle de Musset (on ne baille pas en repensant à son bac français), Sylvie Verheyde rassemble sous ses spots excités Charlotte Gainsbourg et Pete Doherty. Une réunion électrique qui aurait pu n’être qu’un gadget de com’. Il n’en est rien. Pour retracer, sur fond d’année 1830, la liaison tumultueuse entre Octave et Brigitte, la cinéaste (auteure de Stella, le film qui a prouvé que Benjamin Biolay était aussi un acteur) évite les pièges qui lui tendaient les bras.

Aux antipodes du l’académisme barbant, la cinéaste reste au plus près des tourments et états d’âme compliqués de ses deux personnages. Lui, dandy neurasthénique fâché avec tout le monde (surtout avec lui-même), elle jeune veuve qui ne croit plus en rien et observe l’agitation du monde du haut de son orgueilleuse solitude. Brûlant, sensuel et vénéneux, le film autopsie un amour impossible et chuchote des choses familières à l’oreille des spectateurs de la fin d’été 2012. Même grâce côté acteurs. Charlotte Gainsbourg excelle sous les traits fragiles de Brigitte. Quant à Pete Doherty, dans la peau du séducteur déglingué, le personnage semble avoir été écrit pour lui. Comme si Musset, en son temps, avait rédigé son grand œuvre en écoutant les Libertines.

Confession d’un enfant du siècle, de Sylvie Verheyde, avec Charlotte Gainsbourg, Peter Doherty. Sorties en salles le mercredi 29 août 2012.

Le chouchou : Dark Horse, de Todd Solondz

L’Amérique qui grince
Abe, caricature trentenaire du beauf U.S, vit toujours chez papa-maman et n’aime rien tant que se réfugier dans sa chambre de gosse encombrée par ses vieux jouets. Un jour, il tombe sur une fille mal-en-point et décide qu’il va l’aimer. Mais la romance n’empruntera pas exactement les voies balisées de la comédie romantique. Et pour cause puisque le metteur en scène de Dark Horse s’appelle Todd Solondz, un cinéaste qui, depuis ses débuts en 1995 avec Bienvenue dans l’âge ingrat, démolit les us et coutumes de son Amérique natale et filme les frustrations de personnages infréquentables.

Plus calme que d’habitude (aucun pédophile à l’horizon ; nulle trace de sperme sur les murs…), Solondz, en grande forme, observe ses protagonistes se débattre dans leur médiocrité avec un humour grinçant irrésistible. Les acteurs sont au diapason de l’excellence : de Jordan Gelber et Selma Blair, les trentenaires épuisés, à Mia Farrow et Christopher Walken, hilarants en parents ruminant leur colossal ennui dans leur pavillon propret. Dans le genre mal élevé, un bonheur total.  

Dark Horse, de Todd Solondz, avec Jordan Gelber, Mia Farrow, Christopher Walken. Sorties en salles le mercredi 29 août 2012.

Le flop : Superstar, de Xavier Giannoli
Un type banal (Kad Merad) devient sans raison une célébrité du jour au lendemain. Son destin, pourtant terrifiant de platitude, se met à passionner tout le monde, au point qu’une émission de télé people et une journaliste (Cécile de France) entendent transformer l’anonyme en star cathodique.

La notoriété rend-elle fou ? Est-on sûr de pouvoir contrôler son image à l’heure de la prolifération numérique ? Autour de ces graves questions, Xavier Giannoli (que l’on a connu en meilleure forme dans Quand j’étais chanteur) signe une fiction lourdingue qui ne recule devant aucun effet démonstratif. L’épatante Cécile de France fait ce qu’elle peut pour apporter un peu de légèreté à la chose. En vain...

Superstar, de Xavier Giannoli, avec Kad Merad, Cécile de France. Sorties en salles le mercredi 29 août 2012.

LIRE LA SUITE
Olivier De Bruyn
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.