• glamour-snippet-ysl-blackopium
  • Fashion Week Glamour

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
joursheuresminutessecondesdécouvrir
joursheuresminutessecondesdécouvrir
Inboard

Quoi de neuf cette semaine au cinéma ?

un bonheur n

Gros films et outsiders, stars et nouveaux visages, scènes X et dialogues fun : chaque semaine, Glamour.fr voit l’actu ciné autrement.

Le gros machin : Un bonheur n’arrive jamais seul

Comédie romantique ? Mouais...
Le rouleau compresseur de la promo vous a déjà prévenu : Sophie Marceau et Gad Elmaleh sont follement amoureux… Réunis dans Un bonheur n’arrive jamais seul, la prétendue "comédie romantique de l’été", elle et lui, alias Charlotte et Sacha, n’ont pourtant rien en commun quand le film déroule ses premières bobines. Charlotte, une battante bien de son temps se prend la tête avec ses trois enfants, ses deux ex-maris et son ambitieuse carrière professionnelle. Sacha refuse de rentrer dans l’âge adulte, avance dans la vie en dilettante, drague toutes les filles à portée de regard et, chaque nuit venue, joue du piano dans un club de jazz pour le plus grand plaisir de ses potes. Refrain connu : entre ces deux personnages que tout oppose, le coup de foudre ne tarde pas à imposer ses lois anarchiques et à ébranler les certitudes de l’un comme de l’autre.

Vous avez déjà vu ça quelque part ? Oui, en effet, et plus d’une fois... Dans Un bonheur n’arrive jamais seul, James Huth (Brice de Nice, Lucky Luke) respecte à la lettre les codes de la comédie romantique et filme le combat de ces deux personnages contre les empêcheurs d’aimer en rond. Problème : si quelques scènes visent juste et bien (Gad et sa phobie des enfants, Sophie et son insatiable appétit érotique), le film ronronne et manque à peu près de tout : rythme, grâce, invention, charme. La grande cause de la passion méritait mieux. Vraiment mieux.

Un bonheur n’arrive jamais seul, de James Huth, avec Sophie Marceau et Gad Elmaleh. Sortie en salles prévue le mercredi 27 juin 2012.

 

L’outsider : La part des anges

Comédie & whisky
Il a une vingtaine d’années et ce n’est pas exactement le plus bel âge de sa vie. Robbie, semi délinquant depuis des lustres, traîne son ennui dans Glasgow et ignore de quoi sera fait son avenir. Convoqué pour des travaux d’intérêt généraux qui lui permettent d’éviter la case prison, il rencontre une bande de pieds nickelés improbables et un éducateur passionné par les choses du whisky. En leur compagnie, il se découvre des talents de dégustateur et invente une géniale escroquerie qui lui permettra peut-être de gagner beaucoup de fric, très vite.

Ken Loach, ami du rire ! Dans son nouveau film, l’inusable cinéaste anglais -76 piges au compteur, mais une énergie toujours juvénile- oublie le réalisme sévère de ses films antérieurs et signe une délicieuse comédie où ses acteurs, tous géniaux, s’en donnent à cœur joie. La part des anges a reçu le prix du jury en mai dernier au Festival de Cannes. Il n’aurait pas été scandaleux de le retrouver encore plus haut au palmarès.   

La part des anges, de Ken Loach, avec Paul Brannigan et John Henshaw. Sortie en salles prévue le mercredi 27 juin 2012.

 

Le chouchou : Starbuck

L’homme aux… 533 enfants
Il a 42 ans, mais il vit comme un ado. Il refuse toute forme de responsabilités et il entend bien continuer ainsi. Sa copine lui apprend qu’elle est enceinte et la perspective de devenir papa lui fait très peur… Mais le pire est à venir : David Wosniak, surnommé Starbuck par ses amis, découvre bientôt que ses dons de sperme effectués il y a vingt ans à la force de son poignet n’ont pas servi à rien. Tous les gamins nés de sa semence anonyme se sont unis histoire de retrouver leur géniteur. Et ils sont… 533. Starbuck croyait devenir papa pour la première fois, mais il va doit affronter la cruelle réalité : il est d’ores et déjà le père involontaire d’une famille extraordinairement nombreuse.

Attention : phénomène ! Starbuck, l’épatante comédie québécoise de Ken Scott, cartonne partout dans le monde (Europe, Asie, Amérique du Nord…) et Steven Spielberg en a même acheté les droits pour un remake U.S. Un triomphe mérité pour ce film hilarant et futé qui examine avec un sourire incorrect les affres de la paternité. En prime, la révélation d’un génial acteur (Patrick Huard, une star de la scène comique au Canada) et quelques dialogues d’anthologie dont le déjà culte : "Mes enfants sont trop vieux pour que je les avorte."

Starbuck, de Ken Scott, avec Patrick Huard et Julie Le Breton. Sortie en salles prévue le mercredi 27 juin 2012.

 

LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.