• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Quoi de neuf cette semaine au cinéma ?

le grand soir horizontal

Gros films et outsiders, stars et nouveaux visages, scènes X et dialogues fun : chaque semaine, Glamour.fr voit l’actu ciné autrement.

L’incontournable : Le grand soir.

Punk pas mort ? Punk pas mort...
Vous pensiez avoir déjà vu Benoît Poelvoorde dans tous ses états déjantés ? Vous vous trompez car vous n’avez pas encore vu Le grand soir… Dans la nouvelle fantaisie hallucinatoire du duo grolandais Gustave Kerven-Benoît Delépine, Poelvoorde incarne Not, alias "le plus vieux punk à chien d’Europe". La crête dressée sur le crâne, la canette de bière aux lèvres et l’insulte pas seulement sur le bout de la langue, l’improbable Not traîne son ennui dans une zone commerciale anonyme. Là, il dialogue poussivement avec papa-maman (gérants du restaurant "La pataterie") et entraine bientôt son frère cadet (Albert Dupontel) sur la voie de l’errance anarchique car ce dernier, suite à une énième bévue alcoolisée, s’est fait virer de son job de vendeur de matelas.
La suite ? Une comédie délirante (comme si Jacques Tati et les Sex Pistols avaient co-signé un film) où les deux acolytes, en roue libre, s’en donnent à cœur joie. Leur plaisir est le nôtre. Si vous voulez découvrir Gérard Depardieu, affublé d’un bonnet péruvien, en cartomancienne, si vous voulez admirer l’inégalable Brigitte Fontaine en maman d’Albert Dupontel (il fallait y penser), si vous voulez applaudir Poelvoorde dans ses œuvres destroy et, surtout, si vous voulez voir un film enragé qui ne ressemble à rien de connu sur la carte du cinéma, alors Le grand soir est pour vous.     

Le grand soir, de Gustave Kerven et Benoît Delépine, avec Benoît Poelvoorde, Albert Dupontel et Brigitte Fontaine. Sortie dans les salles prévue le mercredi 6 mai 2012.

 

Le mec : Ewan McGregor dans Des saumons dans le désert.

Le chéri de ces dames.
Il vient de fêter ses 41 ans, mais arbore un minois toujours juvénile qui s’accorde idéalement avec son air de toujours se foutre de tout et de tout le monde. Quelques jours après avoir abandonné le festival de Cannes (où il était membre du jury) et quelques semaines après avoir fait mumuse tout nu sous la couette avec Eva Green dans Perfect Sense (indéniablement un joli couple), Ewan McGregor est déjà de retour sur les écrans dans le nouveau film de Lasse Hallström au titre impossible : Des saumons dans le désert. Késaco ? Une comédie romantique et une comédie tout court où il s’agit pour Ewan, dans la peau d’un scientifique passionné par la pisciculture, de favoriser l’acheminement du saumon au Yémen (why not ?) et surtout de composer avec deux héroïnes, l’une incarnée par la charmante Emily Blunt et l’autre par la toujours convaincante Kristin Scott Thomas.
So what ? So, si le film ne s’inscrit pas durablement dans la mémoire, il permet toutefois d’admirer une fois encore la prestation du comédien, tout en charme décalé et timidité qui ne demande qu’à être bousculée. Emily B. y parviendra-t-elle ? Le suspense est relatif, mais l’aventure romanesque en vaut d’autres.

Des saumons dans le désert, de Lasse Hallström, avec Ewan McGregor, Emily Blunt et Kristin Scott Thomas. Sortie en salles prévue le mercredi 6 mai 2012.

 

L’outsider : Une seconde femme

Bats-toi Ayse !
Elle a 19 ans et ce n’est assurément pas le plus bel âge de sa vie. Ayse vient de quitter son village natal de Turquie. Elle déboule à Vienne, en Autriche, et devient la seconde épouse d’un turc installé sur place depuis des lustres et qui pourrait être son (grand) père. Comment va-t-elle se sortir de ce mauvais pas ? Jusqu’où va-t-elle accepter des traditions qui, hélas, ne sont pas d’un autre âge ?
Dans Une seconde femme, son premier film très prometteur, Umut Dag, un cinéaste autrichien d’origine kurde, adopte le point de vue des femmes et met en scène avec une infinie subtilité le triste sort de sa jeune héroïne, proie désignée d’un archaïsme et d’un machisme qui, là comme ailleurs, font des ravages. Brûlant et sensible, un film qui mérite vraiment d’être découvert.

Une seconde femme, d'Umut Dag, avec Nihal G.Koldas et Begum Akkaya. Sortie en salles prévue le mercredi 6 mai 2012.

 

LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.