• glamour-snippet-ysl-blackopium
  • Fashion Week Glamour

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
joursheuresminutessecondesdécouvrir
joursheuresminutessecondesdécouvrir
Inboard

Quoi de neuf cette semaine au cinéma ?

avé

Gros films et outsiders, stars et nouveaux visages, scènes X et dialogues fun : chaque semaine, Glamour.fr voit l'actu ciné autrement.

Le chouchou : Avé

Love Story en Bulgarie.
Il s’appelle Kamen, arbore une vingtaine d’années et quitte Sofia en stop pour se rendre à l’autre bout de la Bulgarie. Sur sa route, le garçon mutique et ténébreux croise Avé, 17 ans, une fille volubile, charmeuse, drôle, bizarre, mythomane, imprévisible et… plein d’autres choses encore. Lui ne jure que par la vérité toute nue, elle ne cesse d’inventer des bobards, histoire de rendre l’existence plus confortable. Malgré leurs colossales différences et leurs multiples engueulades, ces deux-là tomberont-ils en amour ? Ce n’est pas impossible. Et le parcours qui les entrainera peut-être à comprendre qu’ils ne sont rien l’un sans l’autre proposera des détours inattendus. Attention : révélation ! Dans Avé, son premier film, le bulgare Konstantin Bojanov signe un road movie ultra sensible qui dynamite les clichés mièvres sur la naissance des sentiments et le désir. Un film où la gravité et l’humour dansent un singulier pas de deux. En prime, la découverte d’une actrice insensée : Anjela Nedyalkova, une jeune fille qui séduit du premier au dernier plan. On ne connaissait rien ou presque du cinéma bulgare. Maintenant, on connaît Avé. Et on ne l’oubliera pas.

Avé, de Konstantin Bojanov, avec Anjela Nedyalkova, Ovanes Torosyan…  

Le gros machin : Le prénom

Familles, je vous…

Vincent, un quadragénaire outrageusement bling bling, est très fier de devenir papa pour la première fois. Invité à dîner chez sa sœur, il annonce à ses proches le prénom de sa future progéniture. Inconscience ou énorme provoc’ ? Toujours est-il que son choix suscite la consternation. Après avoir triomphé au théâtre , Le prénom, signé du duo Matthieu Delaporte et Alexandre de la Patellière, déboule sur tous les écrans avec la ferme intention de cartonner au box office et de clouer le bec aux super héros régressifs de Avengers, l’autre gros machin de la semaine. Et alors ? Alors, ça marche. Bien écrit (dialogues vachards à tous les étages), bien rythmé, bien joué (Charles Berling et Patrick Bruel cabotinent sans excès), le film fait rire sans abêtir, ce qui n’est pas toujours le cas des grosses comédies françaises. Recommandable dans son genre.

 Le prénom, de Matthieu Delaporte et Alexandre de la Pattelière, avec Patrick Bruel, Charles Berling, Valérie Benguigui…

L'outsider : Nino

Small is (really) beautiful.
Encore un biopic ? Non pas vraiment… Nino, sous titré "Une adolescence imaginaire de Nino Ferrer" ne cherche en rien à mettre en scène la "vraie" jeunesse du chanteur seventies du "Téléfon" et de "Mirza". Tant mieux ! Dans ce film minimal tourné avec de tous petits bouts de ficelle, Thomas Bardinet filme les émois adolescents d’un jeune type, Nino donc, qui, l’été de ses 16 ans, hésite entre deux jeunes filles de son âge : Nathalie, qu’il aime tendrement (et mollement) depuis l’enfance et Natacha, qu’il vient de rencontrer et le rend gaga. Résultat : un petit film futé et nerveux qui met en scène l’adolescence et ignore les poncifs. Même si l’on se contrefout du répertoire de Ferrer, on peut tenter l’aventure avec Nino et ses copines.

Nino, de Thomas Bardinet, avec David Prat, Lou De Laâge, Sarah Coulaud…

LIRE LA SUITE
Olivier de Bruyn
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.