• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

"Peur de rien" : attention, merveille !

peur de rien 1

Une jeune Libanaise débarque à Paris au début des années 90 et multiplie les rencontres sensuelles et perturbantes… Dans "Peur de rien", Danielle Arbid dresse le portrait d’une fille qui se cherche et signe un film "juste" bouleversant. A ne pas rater.

Elle a 18 ans et ce n’est pas le plus bel âge de sa vie. Tout juste débarquée du Liban au début des années 90, Lina découvre Paris, la fac, et comprend très vite qu’elle devra se débrouiller toute seule avec les moyens du bord, qui sont faibles… D’abord accueillie chez son oncle qui vit en France depuis des lustres, l’héroïne ne tarde pas à s’enfuir à toutes jambes. Explication : l’oncle, 100% libidineux, rêve de faire subir une sorte de droit de cuissage à la néo-étudiante. Livrée à elle-même, Lina trouve d’abord refuge chez une fille de la fac qui accepte de l’héberger. Puis dans un foyer pour demoiselles désargentées où elle doit composer avec une promiscuité perturbante. Parallèlement, elle suit ses cours, lutte pour obtenir la prolongation de sa carte de séjour (pas exactement une mince affaire) et, surtout, rencontre des mecs avec lesquels elle découvre le tumulte sentimental, l’exaltation sensuelle et… quelques sévères désillusions.

Attention : pépite, film rare, découverte majeure et plus encore ! Dans Peur de rien, Danielle Arbid, réalisatrice de documentaires et de fictions née à Beyrouth et installée en France depuis 1987, signe le portrait sans clichés d’une jeune femme aux prises avec une réalité pas toujours aimable et retrace son parcours initiatico-labyrinthique dans le Paris des années 90.
Sur son chemin tortueux, l’héroïne rencontre trois garçons qui, plus ou moins volontairement, lui permettront de mieux se connaître. Jean-Marc, un playboy richissime qui l’entraîne dans les boîtes à la mode et de grands hôtels où les nuits torrides se succèdent. Julien, un type un poil marginal, qui ne jure que par le rock indépendant et le dérèglement de tous les sens. Rafaël, le fils charmeur du grand avocat qui s’occupe de son cas délicat dans les dédales de la justice française. Avec une énergie et une pudeur de chaque plan, la cinéaste met en scène les désirs ardents et les déceptions de son héroïne : une fille à la fois volontaire et infiniment sensible qui fait mine de n’avoir "peur de rien" et, malgré les embûches, avance dans la vie avec une ténacité inébranlable.
Résultat : une fiction incroyablement intense, une des plus belles vues récemment sur les écrans, qui réussit tout à la fois à radiographier avec sensibilité les états d’âme et de corps d’une héroïne qui ne jure que par l’émancipation, à reconstituer une époque et son atmosphère et à donner à voir les difficultés (euphémisme) auxquelles sont confrontées celles et ceux qui, pourtant parfaitement intégrés, n’ont pas le droit de respirer comme bon leur semble sur le territoire national. Cerise sur le gâteau savoureux : Peur de rien révèle également une comédienne aussi inconnue qu’excellente : Manal Issa, qui, de la première à la dernière scène, habite le film avec une conviction et un talent sidérants. Autour de la néophyte, les garçons convoqués par Danielle Arbid (Vincent Lacoste, Paul Hamy, Damien Chapelle) se hissent au niveau de la jeune actrice, c’est-à-dire très haut. A découvrir de toute urgence !

"Peur de rien", de Danielle Arbid, avec Manal Issa, Vincent Lacoste, Paul Hamy… Sorti le 10 février.


 

LIRE LA SUITE
Olivier de Bruyn
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.