Actuellement en kiosque !

GL cover mag Août 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

"Orpheline" : deux Adèle pour le prix d’une

"Orpheline" : deux Adèle pour le prix d’une

Dans "Orpheline", Arnaud des Pallières raconte l’histoire d’une jeune femme à quatre âges de sa vie, incarnée à chaque fois par une actrice différente. Au sommet du casting : les deux Adèle, Exarchopoulos et Haenel. Il y a au moins trois bonnes raisons de découvrir le film et ce duo.

1 Une héroïne en jeu trouble

Quatre âges d’une vie, quatre prénoms et… quatre actrices pour incarner le même personnage, en tête de liste Adèle Exarchopoulos (Sandra) et Adèle Haenel (Renée). Dans Orpheline, le dispositif alambiqué n’a rien de gratuit, mais sert de prétexte à un portrait féminin ultra troublant où ses deux actrices principales donnent le meilleur d’elles-mêmes. Le résultat ne s’oublie pas de sitôt.

2 Le beau portrait d'une femme

Un père qui élève sa fille en solo et ne sait pas comment lui parler. Des mecs adipeux qui profitent de la faiblesse d’une ado… Dans Orpheline, Arnaud des Pallières décrit un destin de femme mis à mal par des puissances masculines. Par chance, il ne sombre jamais dans la démonstration, mais fait preuve d’une sensibilité aiguë et féministe qui touche en profondeur. A ce petit jeu, les deux Adèle, tout en sobriété, brillent de mille feux en incarnant la même héroïne. Adèle Exarchopoulos épate dans la peau d’une fille naïve éblouie par les feux d’une réussite factice. Adèle Haenel subjugue dans la peau de la même fille qui, quelques années plus tard, croit enfin pouvoir vivre en paix. La preuve que ces deux actrices-là n’ont pas seulement en commun un prénom, mais aussi un talent hors norme.

3 Deux grandes actrices

Orpheline n’est de toute évidence qu’une étape de premier choix dans les carrières respectives des deux actrices. Depuis sa révélation dans La vie d’Adèle, d’Abdellatif Kechiche, Adèle Exarchopoulos ne s’est jamais brûlé les ailes sur l’autel de sa notoriété précoce. Mis à part un second rôle superflu dans le navet de Sean Penn (The Last Face), l’actrice de 23 ans a fait de bons choix en jouant dans Eperdument, de Pierre Godeau - l’histoire d’une taularde amoureuse - ou dans Les anarchistes, de Elie Wajeman - l’histoire d’une bande de révolutionnaires dans les années 1900. Et on attend avec impatience sa prestation dans Le fidèle, de Michael R Roskam où elle dialoguera avec le brûlant Matthias Schoenaerts.

De son côté Adèle Haenel, 28 ans, se construit une carrière encore plus brillant. Après avoir sidéré plus d’une fois ces dernières années - Les combattants, de Thomas Cailley, La fille inconnue, des frères Dardenne -, l’actrice s’apprête à crever l’écran dans pas mais dans deux films : 120 battements par minute, de Robin Campillo et, surtout, dans Remise de peine, la nouvelle comédie de Pierre Salvadori où elle donnera la réplique à Audrey Tautou et Pio Marmai. Qui dit mieux ?

"Orpheline", de Arnaud des Pallières, avec Adèle Exarchopoulos, Adèle Haenel, Solène Rigot… Sorti le 29 mars.g


LIRE LA SUITE
Olivier De Bruyn
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.