• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

"Night Call" : Jake Gyllenhaal crève tous les écrans

"Night Call" : Jake Gyllenhaal crève tous les écrans

Un homme en panne de fric et d’émotions fortes arpente Los Angeles la nuit et filme des images choc qu’il revend aux chaines de télévision. Dans "Night Call", le film brillant de Dan Gilroy, Jake Gyllenhall incarne l’un des meilleurs rôles de sa carrière.

Il s’appelle Lou Blum, arbore une petite trentaine, habite depuis toujours à Los Angeles et il convient de ne pas se fier à son joli minois et à son sourire enjôleur. Derrière ses bonnes manières, Lou dissimule en effet une personnalité inquiétante, imprévisible et peut-être pire encore. Solitaire et fauché, il multiplie les coups foireux et les trafics divers, histoire de s’occuper et de gagner de quoi survivre en ce bas monde. ###Twitter###Le cas échéant (qui se présente très régulièrement), il n’hésite pas à faire parler ses poings à sa place… Un soir ordinaire à L.A, Lou Blum s’aperçoit qu’il a beaucoup à gagner en changeant de mode de vie. Ses modèles ? Des pseudo journalistes qui, équipés de caméras numériques et branchés sur les fréquences radios de la police locale, se ruent les premiers sur les lieux où se sont produits accidents spectaculaires et autres crimes hémoglobineux. Une fois qu’ils ont mis en boite leurs images 100 % trash, ces reporters d’un genre particulier vendent leurs "sujets" aux chaines de télévision les plus généreuses. Et ces dernières sont prêtes à investir beaucoup de dollars pour offrir en exclusivité à leurs téléspectateurs des news malsaines et voyeuristes. Plus malin, plus cynique et plus habile que ses confrères, Lou Blum ne tarde pas à se faire remarquer dans sa nouvelle corporation. Et pour ramener des images épouvantables, il est prêt à tout, même à éliminer la concurrence, même à manipuler les flics, même à trafiquer la réalité. Bref, si l’homme est un loup pour l’homme, Lou est assurément le plus loup de tous. 

Attention : fiction grinçante et… ultra stimulante. Dans Night Call, Dan Gilroy, scénariste réputé et frangin de Tony Gilroy (l’auteur de Michael Clayton et Jason Bourne : l’héritage), met en scène un film 100% acide où il taille un costard king size à un certain système médiatique américain qui ne jure que par le cynisme et la putasserie. Et ce n’est pas tout. Très inspiré sur le fond comme sur la forme, le cinéaste, avec son personnage de chasseur de scoops immoral, décrit itou un univers social cauchemardesque (mais bien réel) où tout est permis, ou presque. "Le meilleur arrive à ceux qui travaillent dur", explique Lou, le "héros". A ceux qui travaillent dur et qui ne reculent devant rien… Pour incarner ce personnage à la fois psychopathe et froidement rationnel, Dan Gilroy ne s’est pas trompé en engageant Jake Gyllenhaal, un acteur qui n’en finit plus d’enchanter. Dans Night Call, avec son sourire imperturbable, son physique en tout aimable et son regard mi-séduisant mi-flippant, l’acteur de Zodiac et Prisoners (entre autres) signe une des prestations les plus convaincantes de ces derniers mois, toutes catégories confondues. Du grand art, à l’image d’un film dopé à l’humour noir et à l’incorrection.

"Night Call", de Dan Gilroy, avec Jake Gyllenhaal, Rene Russo, Riz Ahmed… Sorti le 26 novembre.

LIRE LA SUITE
Olivier De Bruyn
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.