• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

"Maestro" : Pio Marmaï impose son jeu

"Maestro" : Pio Marmaï impose son jeu

Dans "Maestro", de Léa Fazer, Pio Marmaï incarne un jeune acteur qui rêve d’Hollywood, mais qui se retrouve embarqué dans un film d’auteur ultra intello. Une prestation emballante qui prouve que rien ne résiste au tout juste trentenaire.

Henri, comédien au quasi chômage, rêve de bander ses muscles sur le grand écran et de devenir une star du cinéma d’action. Un jour, surprise : le comédien en rien cérébral est sollicité pour jouer dans un film 100% intello où ni son rôle ni son cachet ne correspondent à ses fantasmes… Sa rencontre avec le cinéaste, l’intimidant Cédric Rovère, et avec une charmante comédienne, la blonde Gloria, l’entraine néanmoins à participer à l’aventure. Une fois sur le tournage, au fin fond de l’Auvergne, Henri découvre les réalités contrastées du "système Rovère" : budget riquiqui, conflits d’ego en pagaille, répétitions à n’en plus finir, on en passe. A la surprise générale : le cinéaste imbu de son art et l’acteur immature s’entendent néanmoins comme larrons en foire. Au point que Rovère confie le rôle principal du film à Henri… qui en profite pour draguer Gloria.

Dans sa nouvelle fiction, Léa Fazer (Bienvenue en Suisse, Ensemble, c’est trop) s’inspire d’une histoire vraie : la collaboration inattendue entre l’acteur Jocelyn Quivrin, décédé tragiquement en 2009, et le metteur en scène Eric Rohmer, alors que celui-ci tournait son ultime film : Les amours d’Astrée et de Céladon. Atout principal de cette comédie vraiment sensible (Léa Fazer était l’amie de Jocelyn Quivrin) et vraiment drôle : Pio Marmaï, alias Henri, qui enchante en incarnant cet acteur maladroit, perdu dans les méandres du cinéma d’auteur le plus radical…  Pio, qui a fêté ses 30 ans le 13 juillet dernier, n’en est pas exactement à son coup d’essai. Depuis ses débuts en 2008 dans Le premier jour du reste de ta vie de Rémi Bezançon, l’acteur, qui mise moins sur sa belle gueule que sur les bons rôles et les bons cinéastes, n’en finit pas de réjouir le cinéma français. Et 2014 est son année. La preuve : après nous avoir enchanté récemment dans la comédie épatante de Pierre Salvadori (Dans la cour) et dans La ritournelle de Marc Fitoussi, Pio Marmaï sera, fin août, en tête d’affiche de l’un des meilleurs films français de la rentrée : Des lendemains qui chantent. Une saga générationelle où, dans la peau d’un jeune journaliste idéaliste et amoureux, il donne la réplique à Laetitia Casta et à Gaspard Proust. Si, après ces quatre rôles ultra convaincants en un seul trimestre, Pio ne se retrouve pas nominé en très bonne place à la prochaine cérémonie des Césars, c’est que quelque chose ne tourne pas rond dans le cinéma français.

"Maestro", de Léa Fazer, avec Pio Marmaï, Michael Lonsdale, Deborah François… Sorti le 23 juillet.

LIRE LA SUITE
Olivier De Bruyn
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.