• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

"Le pont des espions" : Spielberg remonte (bien) le temps

"Le pont des espions" : Spielberg remonte (bien) le temps

Dans ce film, d’après un scénario des frères Coen, Steven Spielberg met en en scène un avocat new-yorkais confronté aux rudes réalités de la guerre froide. Un grand cru où Tom Hanks accomplit des miracles.

New York, fin des années 40. James Donovan, un avocat de Brooklyn spécialisé dans les contrats d’assurances, vit sa vie d’Américain bien tranquille auprès de sa famille et de ses proches, tous ravis d’appartenir à la grande communauté nationale. Bientôt, tout se dérègle. Réputé pour ses compétences professionnelles et sa moralité, James se retrouve contraint d’accepter un dossier ultra sensible : celui de Rudolf Abel, un espion russe qui vient d’être pris en flagrant délit d’activités délictueuses sur le sol U.S. Le gouvernement américain charge Donovan de défendre "l’indéfendable" russe lors d’un procès qui, derrière ses trompeuses apparences, aura tout d’une parodie de justice. Problème : James, malgré son anti communisme viscéral, ne supporte pas que la démocratie transige avec ses principes. Méprisant la pression des institutions judiciaires et de la CIA, il défend son client avec fougue, révèle les failles du dossier, souligne les "petits" arrangements avec la procédure et apprend même à respecter l’espion venu du froid. Du coup, Donovan se retrouve considéré par l’opinion publique de son pays comme une sorte d’incarnation de l’ennemi intérieur. Pire : l’avocat, devenu contre son gré une sorte de pro de la géopolitique, est chargé par les autorités d’une mission à haut risque : partir à Berlin pour superviser les opérations d’échange entre Rudolf Abel et un jeune militaire américain qui a eu la mauvaise idée de s’écraser avec son avion sur le territoire soviétique.

Incroyable, mais vrai, comme on dit… Dans Le pont des espions, Steven Spielberg met en scène l’histoire authentique de James Donovan, un homme en tout "ordinaire" que les circonstances ont entrainé à se métamorphoser en acteur "extraordinaire" de la guerre froide. Efficace et haletant, le film ne lâche pas d’une semelle son personnage principal, embarqué dans une aventure insensée en pays inconnu. Ecrit par les frères Coen, le scénario a la bonne idée de ne pas oublier l’humour en chemin en dépeignant les aventures abracadabrantes de ce héros involontaire. Conséquence : le patriotisme et l’esprit de sérieux de Spielberg, parfois écrasants, se retrouvent ici allégés par des incises saugrenues et absurdes qui ne gâchent rien au spectacle. Autre atout considérable de ce film palpitant : la prestation de Tom Hanks, impeccable dans la peau de ce citoyen lambda sublimé par les hasards de l’existence et de la grande histoire. Un rôle en or massif pour l’acteur qui, depuis quatre décennies et souvent sous les ordres de Spielberg (Il faut sauver le soldat Ryan, Le Terminal), sait comme pas grand monde incarner tout à la fois la naïveté et la bravoure. A admirer sans modération.

"Le pont des espions", de Steven Spielberg, avec Tom Hanks, Mark Rylance… Sorti le 2 décembre.

LIRE LA SUITE
Olivier De Bruyn
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.