• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

"Le combat ordinaire" : Duvauchelle en plein cœur

"Le combat ordinaire" : Duvauchelle en plein cœur

Un trentenaire lutte contre ses démons autodestructeurs et sera (peut-être) sauvé par l’amour… Laurent Tuel adapte la BD de Manu Larcenet et signe un film émouvant, royalement interprété par Nicolas Duvauchelle.

Il largue son boulot de photographe de presse parce qu’il n’en peut plus d’obéir à des ordres débiles. Il peine à dialoguer avec ses vieux parents qui s’ennuient sévèrement dans leur coin de Bretagne. Il carbure aux antidépresseurs depuis des lustres et se demande à quoi lui a servi de fréquenter pendant de longues années le divan d’un psychanalyste… Bref, Marco, la trentaine, file un très mauvais coton. Histoire de se remettre les idées en place, il se retire en solitaire dans une grande maison isolée en Dordogne avec, pour seule compagnie, son vieux chat à peu près aussi asocial que lui. Sur place, Marco rencontre un voisin bizarre qui l’entraînera à se pencher sur la mémoire de sa propre famille. Il fait surtout la connaissance d’Emily, une fille qui bosse comme vétérinaire dans le bled du coin. Marco, qui redoute plus que tout de s’engager, et Emily, qui aimerait plus que tout construire "quelque chose" de solide dans sa vie, entament une histoire d’amour qui, comme toute histoire digne de ce nom, ne sera pas de tout repos…

L’argument du nouveau film de Laurent Tuel (Jean-Philippe, La grande boucle) vous rappelle quelque chose ? Logique, puisque Le combat ordinaire est l’adaptation pour le grand écran de la bande dessinée culte de Manu Larcenet. Un monument en quatre tomes dont l’auteur, jusqu’alors, s’était toujours refusé à céder les droits tant il redoutait d’être trahi par le cinéma. Bonne nouvelle : Laurent Tuel, s’il prend parfois ses distances avec son modèle (certains événements et péripéties de la BD disparaissent), reste fidèle à son esprit et donc à l’essentiel : la pudeur, la mélancolie, la profondeur, l’humour, parfois… Pourquoi Marco peine-t-il à domestiquer ses névroses ? Pourquoi semble-t-il si fâché avec les autres et surtout avec lui-même ? Emily parviendra-t-elle à le faire sortir de ses tristes gonds ? Sans jamais s’abîmer dans la sensiblerie, le cinéaste, tout en nuances, suit au plus près ses beaux personnages et entraîne dans une histoire qui, plus d’une fois, touche en plein cœur. Indissociable de Laurent Tuel dans la réussite du film, Nicolas Duvauchelle, impeccable en mec taiseux et fragile, prouve une nouvelle fois qu’il n’est jamais aussi convaincant que dans les partitions ambiguës et délicates. Maud Wyler, alias Emily, craque pour sa sensibilité à vif. A peu près toutes les filles la comprendront…

"Le combat ordinaire", de Laurent Tuel, avec Nicolas Duvauchelle, Maud Wyler, André WilmsSorti le 15 juillet.

LIRE LA SUITE
Olivier De Bruyn
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.