• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

"L’année prochaine" : amitié toxique, mode d’emploi

"L’année prochaine" : amitié toxique, mode d’emploi

Dans son premier film, Vania Leturcq met en scène deux filles de 18 ans, dont l’amitié ne résiste pas à l’entrée dans l’âge adulte. Résultat : malgré un sujet déjà traité un milliard de fois, une fiction précieuse à découvrir de toute urgence.

Clotilde et Aude, 18 ans et amies inséparables depuis leurs premiers pas, quittent leur village de province et leurs familles brinquebalantes après avoir obtenu le bac. Pas fâchées d’abandonner ce trou où, toujours entourées des mêmes têtes, elles tournent gravement en rond, elles larguent les amarres et découvrent ensemble la vie parisienne avec un sourire carnassier et des désirs plein les yeux. Le choc est du genre intense… Si Clotilde, en fac de philo, semble rapidement tout comprendre aux codes de la capitale et entame une idylle avec un de ses jeunes profs, Aude, étudiante aux Beaux-Arts, peine à trouver sa voie parmi ses contemporains et essuie humiliation sur humiliation. Habituées au tête à tête et à une complicité de chaque instant, les deux héroïnes provinciales doivent désormais composer avec leurs parcours divergents, avec leurs amours compliquées, avec de sévères problèmes de fric, avec leurs angoisses qui, parfois, pèsent des tonnes. L’amitié (trop) fusionnelle entre les deux jeunes filles ne résiste pas au choc et se transforme peu à peu en relation toxique…

La chronique d’une fin d’adolescence avec son cortège de rudes apprentissages et de sévères désillusions : pour son premier long-métrage, la jeune cinéaste belge Vania Leturcq ne choisit pas exactement la voie de l’originalité, mais fait preuve d’une inspiration et d’une délicatesse qui distinguent son film de l’ordinaire. Au plus près de ses deux héroïnes touchantes, la cinéaste évite les bavardages et les clichés, met en scène une amitié qui se déconstruit et la violence du passage à l’âge adulte. Violence n’est vraiment pas un vain mot. Après le temps de l’union indestructible entre les deux filles, vient celui de la rupture, balisée par ses déchirures, ses mesquineries, ses agressions, pas seulement verbales… Très loin de la mièvrerie, Vania Leturcq filme une relation destructrice, en forme de cercle vicieux, où le désir de possession, la honte et la culpabilité sont indissociables. Génialement incarné par son duo d’actrices principales  (les plus que prometteuses Constance Rousseau et Jenna Thiam) et par des seconds rôles qui n’ont rien de seconds choix (Julien Boisselier et Frédéric Pierrot), un film ultra sensible, sans complaisance ni pleurnichage, qui s’impose comme la première révélation de l’été cinéma. 

"L’année prochaine", de Vania Leturcq, avec Constance Rousseau, Jenna Thiam… Sorti le 24 juin.

LIRE LA SUITE
Olivier De Bruyn
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.