• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

"Knight of Cups" : Christian Bale change de registre

"Knight of Cups" : Christian Bale change de registre

Dans son nouveau film, le vétéran Terrence Malick entraîne une poignée de stars (Christian Bale, Natalie Portman, Cate Blanchett…) dans une longue errance spirituelle et sensorielle. Planant ou barbant ? Il faut voir.

Rick, un scénariste américain à qui tout semble réussir, arpente Los Angeles en empruntant les mêmes itinéraires que ses semblables : fêtes très arrosées, escales récurrentes près de gigantesques piscines, rencontres avec des filles sublimes qui gravitent dans le milieu du cinéma. Mais il convient (vraiment) de se méfier des apparences. Derrière ses grands airs de dandy, Rick, le quarantenaire hollywoodien, traîne une angoisse coriace. Affligé par le décès d’un de ses frangins et lassé de son existence qui ne mène à rien, l’antihéros cohabite avec un spleen tenace et un vide intérieur abyssal. Ses tentatives de fuite du côté de son ex épouse médecin, de mannequins sexy ou d’une stripteaseuse délurée aboutissent à autant d’impasses. Face au néant, Rick tente maladroitement de se retrouver et de donner un sens à cette fichue vie à laquelle il ne comprend plus rien. Ses pérégrinations l’entraînent dans différents lieux de L.A, sur les plages californiennes, dans le désert. Pour quoi faire ? Il n’en sait rien. À vrai dire, nous non plus.

Attention, pitch impossible... Dans Knight of Cups, le vétéran du cinéma américain Terrence Malick, 71 ans et une réputation justifiée d’ermite énigmatique (il n’accorde aucune interview et fuit les médias comme la peste), signe une sorte de long film trip où il dynamite les concepts de scénario et de récit linéaire. Divisé en plusieurs chapitres qui correspondent aux cartes de tarot (La lune, le frère, l’ermite…), le film, pendant 2 heures, se passe d’intrigue et de dialogues pour mieux entrainer dans sa poésie fiévreuse où les plans sur la nature éternelle (en opposition à la frivolité hollywoodienne) et les voix off correspondant aux pensées confuses des personnages occupent tout l’écran et toute la bande sonore. So What ? So, ceux qui furent sensibles aux précédents recueils de poésie malickienne (The Tree of Life, avec Brad Pitt et Jessica Chastain, Palme d’or du Festival de Cannes en 2011, À la merveille, avec Ben Affleck et Rachel McAdams, en 2013) trouveront ici de quoi réjouir leur fascination pour les dérives hypnotiques. Les autres, par contre, risquent de rester sévèrement "à la porte" d’un film dont toutes les serrures se refusent aux amateurs de distractions spectaculaires et d’intrigues efficaces. Complices du cinéaste philosophe dans ce nouveau cru, les acteurs et actrices s’abandonnent de bonne grâce à ses ambitions hors norme. Christian Bale, évidemment très loin de ses prestations en Batman, incarne Rick avec une mélancolie poisseuse du meilleur aloi. Quant aux stars féminines (Cate Blanchett, Natalie Portman), elles acceptent poliment d’accomplir leur petit tour de piste dans le grand manège métaphysique du peu frivole Terrence. Aussi beau sur la forme qu’ésotérique sur le fond, un film qui ne ressemble à rien de connu. A rien de connu sauf à… un film de Terrence Malick.

Knight of cups, de Terrence Malick, avec Christian Bale, Natalie Portman, Cate Blanchett… Sorti le 25 novembre.


 

LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.