• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Kim Rossi Stuart : l'atout cœur de "Ton absence"

"Ton Absense" : Kim Rossi Stuart

Dans "Ton absence", Kim Rossi Stuart incarne un peintre des années 70 qui séduit ses modèles et affronte son épouse jalouse. L’occasion pour l’irrésistible acteur italien de dévoiler une nouvelle fois son aimable plastique et son talent ultra singulier.

Rome, au cœur des trépidantes années 70. Guido, une sorte de play-boy qui se rêve un destin d’artiste contemporain, multiplie les expériences conceptuelles, mais ne renonce pourtant pas aux joies de la peinture figurative. Il a une excellente raison pour cela : convoquer dans son atelier de ravissantes créatures qui n’hésitent pas à se dénuder et à lui servir de modèles, entre autres… Malgré l’amour fou qu’elle porte à "son" Guido, son épouse Serena, supporte mal la concurrence féminine et le couple s’abîme dans d’interminables scènes de ménage, sous le regard perplexe des deux gamins de la famille.###Twitter###

Dans Ton absence, le cinéaste italien Daniele Luchetti (Le porteur de serviettes) s’essaie à la chronique fantaisiste et trousse une fiction dont il ne fait pas mystère du caractère autobiographique. Et pour cause : l’un des deux gamins qui observait ses parents en pleine crise de nerfs amoureuse, c’était lui. Quant à Guido, le dragueur compulsif, c’est une décalcomanie fictionnelle de son papa. Si le film n’échappe pas toujours à une certaine mièvrerie, il a toutefois deux mérites : privilégier la légèreté dans sa reconstitution des 70's libertines et, surtout, permettre à son acteur principal de s’en donner à cœur joie en incarnant un mec imprévisible, à la fois obsédé par ses ambitions arty et par sa libido insatiable.

Lui, c’est Kim Rossi Stuart, un comédien qui ravit à chaque apparition au cinéma et pas seulement grâce à sa belle gueule et à son physique. Aussi convaincant dans les polars musclés (Romanzo Criminale, de Michele Placido), les drames rudes (Libero, mis en scène par lui-même) que dans les comédies (on le verra bientôt dans L’ex de ma vie, de Dorothée Sebbagh, aux côtés de Géraldine Nakache), Kim a le chic pour promener sur le grand écran un capital séduction qui n’entretient aucun rapport avec les démonstrations machistes de la plupart de ses confrères italiens. La preuve : l’acteur n’hésite jamais à s’amuser avec son image de beau gosse et à dynamiter les ridicules du mâle transalpin trop sûr de son pouvoir séducteur. En cette semaine post-cannoise, peu propice aux révélations du côté des salles de cinéma, admirer le regard bleu et le charme ironique de KRS est une distraction qui en vaut d’autres. Beaucoup d’autres…

"Ton absence", de Daniele Luchetti, avec Kim Rossi Stuart, Micaela Ramazzotti, Samuel GarofaloSortie le 28 mai.

LIRE LA SUITE
Olivier De Bruyn
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.