• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

"Jane Got a Gun" : un western bancal sauvé par Natalie Portman

"Jane Got a Gun" : un western bancal sauvé par Natalie Portman

Natalie Portman signe son retour sur les écrans dans un western où elle affronte une bande de renégats patibulaires. Saura-t-elle échapper aux mâles redoutables qui lui cherchent des noises ? Suspense insoutenable.

1870, quelque part dans le grand Ouest américain. Un territoire où, refrain connu, les cow-boys, entre deux rasades de whisky tiède, ne se lassent pas de faire joujou avec leurs flingues. Dans son ranch perdu au milieu d’une vallée désertique, Jane coule des jours a priori paisibles et, chaque soir, récite de douces comptines à sa fille. Elle ne sait pas encore que la foudre va s’abattre sur elle. Un jour, son mari, Bill, s’en revient dans le ranch avec… plusieurs balles dans le corps. N’écoutant que son courage, Jane, à l’aide d’un bistouri de fortune, soigne son époux comme elle peut. Et comprend très vite que la bande redoutable des frères Bishop, qui lui a fait subir le pire quelques années plus tôt, cherche des noises à sa famille. Pour la sortir de ce sale pétrin, Jane compte sur Dan Frost, son premier amour, qui l’aidera peut-être à échapper à une mort quasi certaine.

Elle manie le fusil avec une précision déconcertante. Elle ne recule devant rien pour se faire respecter dans un univers où les mâles considèrent les femmes comme du bétail… Pas de doute : Jane est une héroïne, une vraie, et son combat contre les frères Bishop suscite comme il se doit son lot de péripéties musclées. Natalie Portman dans un western viril et dans la peau d’une fille qui, malgré sa frêle silhouette, sait jouer des poings et du colt ? Il fallait oser. Gavin O’Connor, le cinéaste de Jane Got a Gun, a osé et il n’a pas eu (complètement) tort. Si le film s’égare plus d’une fois dans ses invraisemblances scénaristiques et des flash-back un rien sirupeux - une histoire d’amour tragique balise la chose -, ce western au féminin, solide et efficace, se laisse regarder sans déplaisir. En premier lieu parce que la toujours excellente Natalie Portman, au cœur de chaque scène ou presque, interprète sa partition de cow-girl émancipée avec une conviction et une rage qui disqualifient les critiques. Certes, on l’a préférée en tutu et en héroïne cinglée dans Black Swan, de Darren Aronofsky. Certes, on l’applaudira probablement avec plus d’enthousiasme dans Jackie, le biopic sur Jackie Kennedy réalisé par Pablo Larrain (sortie dans les mois à venir). N’empêche : la panoplie d’hiver de l’actrice dans Jane Got a Gun n’a rien d’un fonds de tiroir.

"Jane Got a Gun", de Gavin O’Connor, avec Natalie Portman, Joel Edgerton, Ewan McGregor… Sorti le 27 janvier.

LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.