• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Interview : un café avec Marie-Ange Casta

macasta1

A l’occasion de la sortie du très beau film de Jalil Lespert, "Des vents contraires" dans lequel elle joue, et dans le cadre feutré d’un café chic des Invalides, la nouvelle baby doll du cinéma français nous révèle son vrai visage d’enfant pas si sage.

Depuis toute petite, tu veux être comédienne ?
Pas du tout, je voulais être maîtresse. Puis jusqu’au lycée, je voulais devenir prof d’arts plastique. Et puis après danseuse au Moulin Rouge.

Tu continues toujours tes études ?
J’étais en école de stylisme encore l’année dernière. Mais j’ai arrêté en cours d’année, car je me sentais un peu trop éparpillée et mal organisée. Donc comme j’aime bien faire les choses, j’ai du choisir.

C’est comment d’embrasser Benoît Magimel ?
C’est neutre. Je préfère mille fois embrasser mon amoureux. Mais pardon de décevoir toutes les filles qui rêvent de l’embrasser.

Comment tu choisis tes rôles ?
Je choisi mes rôles de façon très instinctive. Je ne réfléchis jamais aux conséquences que ça peut avoir. J’ai juste besoin d’avoir un coup de cœur.

Tu préfères les ambiances défilés ou les plateaux de cinéma ?
Je suis plus à l’aise sur un plateau de cinéma. Sûrement parce que je m’exprime à travers un personnage. C’est plus humain et moins figé.

Quand on voit ton personnage de Justine dans Les vents contraires, on se dit que tu veux casser ton image.
Je suis très sereine sur ce que je suis, donc je n'ai pas besoin de casser mon image. Les gens qui font ça ont besoin de créer un personnage. Les gens me voient en petite poupée, mais c’est très loin de moi dans la vie. Je suis plus proche de mes rôles que de ceux qu’on me donne en me faisant faire des photos. J’aimerais bien jouer une mère de famille, une droguée, une prostituée ou une fille un peu dingue...

C’est qui ton actrice fétiche, celle qui t’inspire ?
J’en ai pas vraiment. Je suis plus touchée par les hommes. Joe Pesci par exemple, j’adore. Et tout le cinéma de Scorsese.

A qui tu demandes conseil en premier ?
A moi.

Tu parles travail avec ta sœur ?
Non jamais. On sépare bien les choses.

Je vais trouver quoi dans ta playlist ?
En ce moment j’écoute en boucle The Nice. Sinon, j’ai The Gossip, Aretha Franklin, les Jackson Five et même Claude François !

Un quartier de Paris qui te ressemble.
Le Marais et Saint-Germain. Ce sont les deux seuls quartiers de Paris qui n’ont pas été reconstruits.

C’est quoi le dernier film que t’as vu ?
Intouchables. C’est génial. J’étais avec ma meilleure amie et les deux places de libres qui restaient étaient à côté d’un clochard et de sa valise. Il n'a pas arrêté d'essayer de me tripoter pendant toute la séance. Inoubliable...

T’as un objet fétiche ?
Mon doudou. C’est une espèce de bout de chiffon que je trimbale partout avec moi. Si je le perds, je peux très mal le vivre. Et mon téléphone aussi.

Gossip Girl ou Desperate Housewifes?
Je regardais Desperate pendant un moment après j’ai lâché. Je n'ai jamais vu un épisode de Gossip Girl. Finalement, je ne suis pas très séries même si je suis sûre que j’adorerais Les Sopranos.

Comment tu définis ton style ?
Je ne crois pas avoir de style. Je peux avoir des jolies choses, mais qui ne vont pas forcément ensemble. Je m’habille souvent en jean -baskets. Je mets beaucoup de vêtements de garçons, et je déteste les talons.

C’est quoi l’élégance ?
Être soi-même.

Oiseau de nuit ou oiseau de jour ?
Avant c’était le jour. Maintenant ça a changé. Mon moment préféré c’est 18h00-20h00...

Un conseil mode en vidéo ?

LIRE LA SUITE
Nicolas Beguin
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.