• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

"Imitation Game" : le biopic qui ressuscite un héros inconnu

"Imitation Game" : le biopic qui ressuscite un héros inconnu

Benedict Cumberbatch brille de mille feux dans "Imitation Game", un biopic qui évoque le destin hors norme d’Alan Turing, un mathématicien génial qui, durant la Seconde Guerre mondiale, modifia le cours de l’Histoire. A consommer sans modération.

1940, la guerre et son cortège d’horreur. Le Gouvernement britannique, ne sachant comment s’y prendre pour contrecarrer la progression des armées nazies, engage des mathématiciens et scientifiques. Leur mission ? Déchiffrer les messages de la machine de cryptage allemande Enigma et, ce faisant, anticiper les faits et gestes de l’ennemi. Problème : Enigma, comme son nom l’indique, obéit à des règles si tordues et sophistiquées que les grosses têtes recrutées par les militaires britanniques s’arrachent les cheveux (quand ils en ont) pour parvenir à leurs fins. Parmi eux, un leader : Alan Turing, un génie des maths, un as de la cryptologie, qui est aussi un caractériel de première, rétif à toute forme de hiérarchie. Circonstance aggravante dans l’Angleterre puritaine : Turing est gay et doit cacher ses préférences, sans quoi il sera mis au ban de la société. Seul contre tous (ou presque), Turing invente une machine complexe et intelligente - une sorte d’ancêtre de l’ordinateur - qui, après des mois de ratés et de dysfonctionnements, parvient à intercepter et à traduire les messages d’Enigma. A travers cette invention, le mathématicien change le cours de la Seconde Guerre mondiale pour le meilleur.

Histoire 100% vraie et, pour une fois, biopic 100% palpitant ! Dans Imitation Game, le cinéaste Morten Tyldum s’intéresse au cas singulier d’Alan Turing, une  personnalité reléguée de longues décennies dans les oubliettes de l’Histoire pour cause d’homosexualité, un délit dans l’Angleterre des années 40 et 50. On se pince : poursuivi par la justice de son pays après-guerre, Turing (décédé en 1954) ne fut gracié à titre posthume par la Reine Elisabeth qu’en… 2013. Entre temps, les historiens eurent le temps d’évaluer à sa juste mesure l’œuvre d’un homme qui fit gagner des années aux troupes alliées durant la guerre et inventa cet étonnant objet baptisé ordinateur. Qui était vraiment le mystérieux Alan Turing ? Dans la plus pure tradition du Biopic, mais avec une inspiration constante, Imitation Game retrace les grandes étapes de la vie de ce héros pas comme les autres : de l’enfance malheureuse où il s’aperçoit de sa différence, aux lendemains tumultueux de la guerre où, dans l’ombre, il dialogue avec sa solitude. Le plat de résistance du film reste toutefois le combat contre Enigma et l’aventure d’un agité des neurones pour brusquer tous les conformismes et inventer une machine à l’intelligence diabolique. Pour camper ce destin extravagant, il fallait comme il se doit un acteur exceptionnel. Celui-ci porte un nom : Benedict Cumberbatch, encore quasi inconnu il y a trois ans et désormais superstar internationale, entre autres grâce à sa prestation mémorable dans la série Sherlock. Sidérant du premier au dernier plan dans la peau du misanthrope Turing, l’acteur au patronyme imprononçable peut légitimement prétendre remporter un Oscar le 22 février prochain à Los Angeles. Personne n’hurlerait au scandale. Et surtout pas Alan Turing dans sa tombe, dignement ressuscité sur le grand écran.

"Imitation Game", de Morten Tyldum, avec Benedict Cumberbatch, Keira Knightley, Matthew Goode… Sorti le 28 janvier.

LIRE LA SUITE
Olivier De Bruyn
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.