• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

"Grand Central" : Seydoux & Rahim, amants magnétiques

Grand Central Seydoux Rahim 3

Pour incarner les amants de "Grand Central", Rebecca Zlotowski a misé sur les (très) talentueux Léa Seydoux et Tahar Rahim. Un duo à l'alchimie saisissante.

La rentrée vous désespère ? Renouer avec les réalités de la vie professionnelle vous plombe ? Aborder le douloureux virage automnal vous donne envie d’hurler ? Pas de panique, l’actualité du cinéma, dans les semaines et les mois à venir, donne d’excellentes raisons de sourire à l’existence. Premier film majeur d’une rentrée qui n’en sera point avare : Grand Central, une merveille signée par une jeune femme inspirée (Rebecca Zlotowski, 32 ans, déjà auteure du stimulant Belle épine) et incarnée par un duo d’acteurs terriblement excitant : Léa Seydoux et Tahar Rahim.

Quelque part dans le sud de la France, Gary, qui survit en enchaînant les petits boulots minables, est engagé dans une centrale nucléaire où il accomplit chaque jour un labeur à hauts risques, histoire de gagner quelques euros. Provisoirement hébergé dans un camping où échouent celles et ceux qui, comme lui, bossent dans la centrale, le garçon taiseux rencontre quelques mecs et filles de son âge. Parmi ces dernières : Karole, les cheveux blonds coupés courts et une sensualité épanouie qui aimante Gary dès le premier regard. Entre ces deux personnages solitaires, le coup de foudre impose ses lois anarchiques, mais la présence dans les parages de Toni, le mari mal dans ses pompes de Karole, ne favorise pas exactement la passion naissante entre les amants sauvages…

L’amour ravageur et la précarité, la pulsion de vie et un univers professionnel anxiogène : avec Grand Central, Rebecca Zlotowski signe un film brûlant et brutalement contemporain qui autopsie avec une même inspiration nerveuse les pulsions désordonnées de ses personnages et une réalité sociale désolante. Pour incarner cette partition intense, la cinéaste a vu doublement juste. Dans la peau de Karole, Léa Seydoux, que l’on retrouvera le 9 octobre dans La vie d’Adèle, Palme d’or du dernier festival de Cannes, prouve une nouvelle fois qu’elle sait tout jouer ou presque. Dans celle de Gary, Tahar Rahim, confirme que les rôles de mecs en panne de mots mais pas de sentiments lui vont définitivement très bien au teint.

Grand central, de Rebecca Zlotowski, avec Léa Seydoux, Tahar Rahim, Olivier Gourmet… Sortie le 28 août.

LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.