• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

"Gone Girl" : David Fincher impressionne

"Gone Girl" : David Fincher au top du top

Dans "Gone Girl", le très culte David Fincher met en scène une disparition énigmatique et une sombre histoire de couple manipulateur. Résultat : un grand film où Ben Affleck et Rosamund Pike accomplissent des miracles. A ne pas rater.

Cinq ans de bonheur extatique sous la couette et en dehors… Entre Nick Dunne et sa femme Amy, deux séduisants new-yorkais désormais installés dans une belle maison du Missouri, la félicité semble partout imposer ses lois. Complicité, entente sensuelle, crises de rires : difficile de ne pas envier ce couple charmant au physique comme au moral, une sorte de publicité vivante pour la vie à deux. Sauf que… Sauf que Amy disparaît du jour au lendemain du paysage. Les flics mènent l’enquête, relèvent des indices bizarres qui, tous, désignent Nick comme le grand ordonnateur de l’évaporation de son épouse. Pourquoi le mâle a priori si aimant aurait-il donc trucidé sa moitié ? Parallèlement, un flash-back tortueux envisagé du point de vue d’Amy, la disparue, revisite la vie du couple. Et l’on s’aperçoit alors que la réalité des dernières années conjugales ne correspondait en rien à l’image policée et idyllique que renvoyaient Nick et Amy. Mais nous ne sommes pas au bout de nos peines, car il se peut que le premier tiers du film ne serve en fait que de gigantesque prologue à une seconde partie encore plus tordue et déstabilisante. A ce stade, raconter quoi que ce soit serait évidemment un crime majeur.

David Fincher, dans ses œuvres… Dans Gone Girl, d’après le best seller de Gillian Flynn (Les apparences), le cinéaste de Fight Club et de The Social Network (entre autres) se déchaine rayon manipulation et profite de l’occasion pour tailler un costard du genre king size à l’Amérique et à quelques-unes de ses sales manies. Le mariage entre Nick et Amy et le déménagement hors New York ne dissimulent-ils pas leur lot de secrets inavouables, voire pire ? La machine judiciaire et les médias ne s’emballent-ils point comme des dingues quand il s’agit de désigner Nick comme un mâle malfaisant tout juste bon à être exécuté (la peine de mort, rappelons-le, est toujours d’actualité dans le sympathique état du Missouri) ? Les rapports familiaux entre les protagonistes du film sont-ils aussi réconfortants qu’ils en ont l’air ? Avec ses personnages tous plus ou moins siphonnés (plutôt plus que moins) et son humour noir sardonique, Fincher, impérial, signe un film noir aussi anxiogène que passionnant et frappe un grand coup en cette rentrée cinéma pourtant généreuse en pépites. Indissociables du metteur en scène dans sa noble tâche, les acteurs se hissent à la hauteur de ce dernier et fréquentent donc les sommets. Et si Ben Affleck, alias Nick, confirme qu’il est bien un des comédiens les plus performants du moment, la moins connue Rosamund Pike, alias Amy, prouve que sa douce blondeur et sa ravissante silhouette peuvent servir d’écrins aux sentiments les plus imprévisibles. Merci à elle, merci à tous.

"Gone Girl" de David Fincher, avec Ben Affleck, Rosamund Pike, Neil Patrick Harris… Sorti le 8 octobre.

LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.