• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Festival de Deauville 2015 : Robert Pattinson, parfait dans "Life"

robert pattinson life

Robert Pattinson construit film à film une filmographie trois étoiles. Dernier grand pas en date : Life, le film d’Anton Corbijn sur James Dean est présenté ce soir à Deauville, avant sa sortie en salles le 9 septembre.

1) Ceci n’est pas un biopic…

Un film sur la vie de James Dean ? Mouais… Beau gosse, inventeur au cinéma de l’archétype de l’adolescent moderne, mort à toute vitesse à 24 ans, Dean est devenu dans nos esprits une image plus qu’une personne. La belle et bonne idée de Life, c’est de capturer un moment clef de la vie de l’idole des jeunes : en 1955, À l’est d’Eden n’était pas encore sorti, et La Fureur de vivre pas encore tourné, James Dean était un jeune acteur prometteur, déjà plutôt incontrôlable. Quand il croise le chemin de Denis Stock, un photographe free lance de 25 ans qui vivote mais cherche encore le grand sujet qui lancera sa carrière, la promesse d’un reportage dans le magazine Life lie leurs destins. Un shooting un soir de pluie à Times Square, un voyage dans la famille de l’acteur… En ressortiront une poignée de photos mythiques, qui reprennent vie à l’écran.

2) … mais ceci est un beau casting

Il en fait des efforts, Rob Patz, pour échapper aux griffes de son personnage de vampire de Twilight ! Une campagne Dior devant la caméra du très branché Romain Gavras, deux films avec David Cronenberg, un avec l’Australien David Michôd, une union médiatique avec la star indé du moment, FKA Twigs, un film en tournage avec le grand James Gray (qui l’a d’ailleurs empêché de venir présenter le film à Deauville), des projets avec Claire Denis, Olivier Assayas, Werner Herzog et Harmony Korine… Poursuivi par une image imméritée de minet, il fait des pieds et des mains pour être reconnu comme un acteur, un vrai. Et ça paye : dans le rôle du photographe Denis Stock, mal dans ses baskets et pris dans les rais du magnétisme de James Dean (formidable Dane deHaan), il est ici plus que crédible. À la réalisation, l’ex-photographe et clippeur hollandais Anton Corbijn, qui s’était déjà essayé au vrai-faux biopic avec son premier film Control (sur Ian Curtis, le chanteur de Joy Division), retrouve son goût du vintage et des images chiadées. Une réussite qui gagne en puissance dans la seconde moitié du film, plus intime, plus touchante.

LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.