Actuellement en kiosque !

GL cover mag Août 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Cannes 2017 : "Okja", tout n’est pas bon dans le cochon !

"Okja" , le film de Netflix qui fait polémique à Cannes

Dans "Okja", une des deux productions Netflix qui sèment la zizanie à Cannes, le Coréen Joon-Ho Bong raconte l’histoire délirante d’une amitié entre une petite fille et un énorme cochon. On lui rentre dans le lard ou pas ?

Une multinationale sans foi ni loi, spécialisée dans les denrées alimentaires et les manipulations génétiques, initie un concours relayé par les chaines de télé les plus racoleuses. Objectif : donner naissance à des cochons surdimensionnés partout sur la planète, les élever pendant plusieurs années dans divers pays, puis élire le plus beau, le plus gros, le plus tout… Quand sonne l’heure de la remise des prix, quelque part dans les montagnes de Corée, une gamine (Mija) doit se soumettre aux règles du concours et accepter de se séparer de son énorme cochon, Okja, qui est devenu son meilleur ami au fil des ans. Refusant d’abandonner sa bête, elle décide de la suivre jusqu’à New York. Un périple à hauts risques qui lui vaut d’affronter divers ennemis et de collaborer avec un groupuscule qui milite contre la violence faite aux animaux.

Argument délirant, film tout aussi délirant… Dans Okja, le Coréen Joon-Ho Bong (Memories of Murder, The Host) signe une fiction en forme de fable folle furieuse. Une fable où il entend tout à la fois déclencher l’hilarité - le cochon est volontiers taquin et péteur -, concurrencer Steven Spielberg rayon mièvrerie enfantine (l’amitié entre la gamine et l’animal est censée nous émouvoir) et dénoncer les actions malfaisantes des grandes entreprises néolibérales concernant le sort réservé aux bêtes et la composition de nos assiettes. Bilan : échec sur tous les tableaux. Lourdement démonstratif dans sa critique du monde contemporain, Okja, de surcroît, ne connaît que l’humour poids lourd et tire sur la corde sentimentale avec la grâce du boucher. En toute cohérence, hélas, les prestations de Tilda Swinton (la cheftaine de la multinationale) et de Jake Gyllenhaal (une star de la télé) sont à l’image du film : cabotines, criardes et épuisantes. Production Netflix, tout comme The Meyerowitz Stories, de Noah Baumbach (avec Adam Sandler, Ben Stiller et Dustin Hoffman) Okja ne sortira pas dans les salles, ce qui crée de nombreux remous au Festival de Cannes, mais sera seulement diffusée sur la plateforme numérique. Inutile de s’abonner pour le découvrir. 

"Okja", de Joon-Ho Bong, avec Seo-Hyun Ahn, Tilda Swinton, Jake Gyllenhaal…

LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.