• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

"Eperdument" : encore un bon rôle pour Adèle Exarchopoulos

"Eperdument" : encore un bon rôle pour Adèle Exarchopoulos

Dans le nouveau film de Pierre Godeau, l’actrice de "La vie d’Adèle" incarne une détenue embarquée dans une passion amoureuse avec le directeur de sa prison. Une partition impeccable, une de plus pour la jeune comédienne…

Elle est jeune, jolie, sauvage et… connaît tout de la réalité des prisons, qu’elle fréquente depuis de longues années, suite à un crime qu’elle a commis alors qu’elle était mineure. Derrière les barreaux, l’héroïne cohabite tant mal que bien avec les autres détenues, passe le temps comme elle peut et reçoit des visites de sa mère, dont elle se passerait volontiers. Bientôt, le directeur de la prison, Jean, un homme a priori généreux, se prend d’affection pour Anna et tente de l’aider à améliorer son quotidien. Le boss carcéral se prend d’affection ? Pas seulement… Jean s’aperçoit rapidement que ses sentiments pour la détenue juvénile sont extraordinairement passionnels. Aveuglé par l’amour et le désir, le patron de la prison, malgré sa longue expérience, oublie ses principes de fonctionnaire zélé et entame une idylle brûlante avec Anna, elle-même chamboulée par cette rencontre qui, vu les circonstances, n’a évidemment rien de banal.

Scénario abracadabrant ? Fausse route ! Dans son nouveau film, Pierre Godeau, déjà remarqué il y a deux ans avec Juliette, son beau premier essai, s’inspire d’un fait divers qui défraya la chronique : l’histoire de Pierre Gonçalves, ce directeur de prison qui fut jugé en 2012 pour avoir entretenu une relation avec l’une de ses détenues, impliquée dans la sinistre affaire du "gang des barbares". Malin et inspiré, le cinéaste prend ses distances avec le fait divers et cherche avant tout à mettre en scène l’attirance irrépressible entre deux personnages que tout sépare : l’âge, la culture, le statut social et, bien sûr, la situation dans l’enceinte de la prison. Malgré les obstacles de toutes sortes, Anna et Jean ne peuvent s’empêcher de tout faire pour se croiser, se parler, s’embrasser et, trouver les lieux adéquats pour… baiser. Au risque, pour l’un, de subir les foudres de sa hiérarchie et de voir sa vie de famille exploser. Au risque, pour l’autre, de subir la haine des autres détenues et d’être considérée comme une manipulatrice retorse. Au plus près de ses deux héros à vif, Pierre Godeau évite la sensiblerie, les surenchères et signe avec Eperdument une histoire d’amour torride et émouvante qui ignore les clichés et la guimauve. Pour mener à bien son affaire, le cinéaste a eu l’idée géniale d’engager deux acteurs que, comme leurs personnages, rien ne semblait devoir réunir. Dans la peau de Jean, Guillaume Gallienne remise au placard les panoplies délirantes de Guillaume et les garçon, à table ! et, tout en sobriété, incarne magistralement cet homme qui dynamite tous ses repères. Face à lui, Adèle Exarchopoulos, interprète la partition ambiguë d’Anna avec une conviction et une fièvre qui emballent de la première à la dernière scène. Et confirme, en passant, que La vie d’Adèle, d’Abdellatif Kechiche n’était pas le rôle d’une vie, mais "juste" le point de départ d’une carrière majeure. Eperdument en est la nouvelle étape cruciale. Vite, la suite !  

"Eperdument" de Pierre Godeau, avec Adèle Exarchopoulos, Guillaume Gallienne… Sorti le 2 mars.

LIRE LA SUITE
Olivier De Bruyn
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.