• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

"Deux jours, une nuit" : Marion Cotillard en route vers la Palme à Cannes ?

"Deux jours, une nuit" : Marion Cotillard en route vers la Palme à Cannes ?

Dans leur nouveau film en compétition à Cannes, les frères Dardenne racontent l’histoire d’une femme qui lutte contre sa dépression et son licenciement. Un chef-d’œuvre qui offre à Marion Cotillard son meilleur rôle à ce jour.

La Belgique, de nos tristes jours de crise économique. Sandra ne pense qu’à se planquer chez elle, se gaver de médicaments, dormir… Empêtrée dans une sévère dépression, l’héroïne vient d’apprendre qu’elle a été virée de sa petite entreprise spécialisée dans les panneaux solaires. Explication : ses collègues ont voté pour une réduction des effectifs en échange d’une prime de mille euros. Et Sandra, clouée chez elle par la maladie, est bien sûr la sacrifiée. Aidée par Manu, son mari, Sandra, avec le peu de forces qui lui restent, décide, le temps d’un week-end, de rencontrer tous ceux qui ont voté pour son licenciement. Si ces derniers renoncent à leur prime, elle pourra peut-être retrouver son boulot et éviter la case chômage.

Avec un tel scénario, évidemment très peu porté sur le fun, une écrasante majorité de cinéastes auraient foncé tête baissée dans le misérabilisme pleurnichard, la dissertation en images et le chantage aux sentiments. Par chance, les frères Dardenne, déjà deux fois palmés d’or à Cannes (Rosetta, L’enfant), ne mangent pas de ce pain rassis là. Dans Deux jours, une nuit, fidèles à leurs excellentes habitudes, ils restent au plus près de leurs personnages, se gardent de décerner les bons et les mauvais points et dépeignent un monde, le nôtre, où la trouille de perdre son travail et la précarité généralisée rendent dingue ou peu s’en faut.
Résultat : un film magistral où chaque scène, chaque plan, vibrent d’une force et d’une intensité inouïes. Même excellence côté casting. Pour incarner le rôle de Sandra, les Dardenne, après avoir recruté il y a trois ans Cécile De France pour Le gamin au vélo, ont choisi Marion Cotillard, que l’on n’imaginait pas forcément dans l’univers âpre des Belges diaboliques. A tort ! Dans la peau de cette héroïne terriblement contemporaine, l’actrice, sans jamais en rajouter, convainc du premier au dernier plan et touche en plein cœur. Une interprétation sidérante qui pourrait bien lui valoir un prix à l’heure du palmarès cannois. Et aux frères Dardenne une troisième Palme d’or, ce qui serait une grande première dans l’Histoire du Festival. Et ce qui, surtout, ne serait que justice.

"Deux jours, une nuit", de Luc et Jean-Pierre Dardenne, avec Marion Cotillard, Fabrizio Rongione… Sorti le 21 mai.

LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.