• covfefe-GLAM-snippet-LVV

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Septembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Cannes 2017 : "In The Fade", le pire rôle de Diane Kruger ?

Cannes 2017 : "In The Fade", le premier film en allemand de Diane Kruger

Dans son premier film tourné en langue allemande, "In the Fade" de Fatih Akin, Diane Kruger incarne une héroïne qui perd son mec et son fils suite à un attentat commis par des néonazis. Bilan : une fiction qui ne recule devant aucun chantage au sentiments et un bilan (très) mitigé pour l’actrice.

Son corps est couvert de tatouages, son nez est saturé de coke et, surtout, son âme est bouleversée. Et on comprend pourquoi… Katjia, une jeune femme allemande, voit son existence brisée quand des néonazis commettent un attentat. Son mec, Nuri, d’origine turque et son gamin d’une dizaine d’années sont parmi les victimes. Inconsolable, la jeune veuve tente tout d’abord d’accomplir son deuil (première partie du film), lutte au tribunal pour que les effrayant nazis soient punis (seconde partie), puis part en Grèce histoire de régler ses comptes (troisième partie).

Qu’est-ce qu’une dissertation en images ? C’est la question que semble s’être posée Fatih Akin dans In the Fade, un film du genre poids lourd qui, pendant près de deux heures interminables, ne lésine ni sur les démonstrations édifiantes, ni sur les grands sentiments, ni sur le pathos, ni sur rien du tout à vrai dire… Tout entier mis en scène et pensé pour l’actrice principale - Diane Kruger, dans son premier rôle en allemand - le film n’évite aucun des pièges qui lui sont tendus. Et en toute logique malheureuse, la comédienne, dont le talent n’est par ailleurs pas en cause, s’abîme elle aussi dans les surenchères.

Qu’elle soit en larmes et défaite, courageuse et volontaire, dépressive et suicidaire, rien n’y fait : le spectateur voit Diane Kruger faire des efforts surhumains pour que l’on croie en son personnage, raison pour laquelle on n’y croit (presque) jamais. L’actrice, sous la pluie battante en Allemagne ou sous un soleil éclatant en Grèce, a beau avancer décoiffée, tatouée et "naturelle", tout ou presque, dans le film, sonne faux et terriblement artificiel. Avec In the Fade, Fatih Akin pensait probablement offrir à la comédienne le rôle de sa vie et cette dernière accomplit de gros efforts pour être à la hauteur de sa mission. Hélas, le grand film et le grand rôle sentent à plein nez la sueur et le volontarisme.  

"In the Fade", de Fatih Akin, avec Diane Kruger, Numan Acar, Dinis Moschitto… Sortie prochainement.

LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.