• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

"Birdman" : Hollywood se moque de ses travers et adore ça

"Birdman" : Hollywood se moque de ses travers et adore ça

Le surdoué Alejandro Gonzales Inarritu dresse le portrait d’un acteur abonné aux rôles de super héros, mais obsédé par ses ambitions intellos. Résultat : une merveille qui regarde Hollywood et la scène new-yorkaise dans le blanc des yeux. Détonnant !

Riggan Thomson ne veut plus bander ses muscles, ne souhaite plus signer d'autographes par millions, ne cherche plus à signer des contrats mirifiques, ne cavale plus après la gloire hollywoodienne… Ex star d’une série de blockbusters où il campait un super héros doté pouvoirs délirants, Riggan, la cinquantaine, souhaite désormais prouver qu’il vaut mieux que sa réputation d’acteur bodybuildé. Dans un illustre théâtre de Broadway, à la tête d’une troupe à peu près ingérable, il travaille aux dernières répétitions d’une pièce ambitieuse. Une pièce qui, espère-t-il, sera dignement saluée par la critique new-yorkaise et lui permettra d’entamer une seconde carrière qui fera oublier la première. Sauf que rien, vraiment rien, ne se passe comme prévu. Ses collègues acteurs ne pensent qu’à satisfaire leurs egos boursouflés. Les journalistes affutent leurs couteaux pour tailler en pièces l’intrus venu d’Hollywood. Sa famille (son ex envahissante comme sa fille barjot) ne cesse de lui rappeler son passé. Quant au public, il l’identifie toujours à son rôle d’antan et ne souhaite qu’une chose : qu’il renfile son costume héroïque. Mais il y a pire : Riggan, sévèrement agité en son for intérieur, a une fâcheuse tendance à se dédoubler et à être persécuté par son ancien personnage de super héros avec lequel il dialogue en secret. De quoi devenir dingue !

Il se moque de ce qu’il connaît par cœur et personne ne le lui reprochera, surtout pas les membres de l'Académie qui lui ont décerné (entre autres) l'Oscar du meilleur film et celui du meilleur réalisateur ce 22 février… Dans Birdman, le Mexicain Alejandro Gonzales Inarritu, cinéaste surdoué qui flirte avec les Etats-Unis depuis des lustres (il y a tourné 21 grammes avec Sean Penn et Babel avec Brad Pitt), cloue au pilori les mœurs des "grands" acteurs locaux, s’amuse avec les snobismes de la société du spectacle U.S, ricane en observant à la loupe les ambitions et ridicules de personnages en overdose d’eux-mêmes. Résultat : une comédie atypique et endiablée, qui, en ne quittant (presque) jamais la scène et les coulisses d’un théâtre de Broadway, entraine dans un somptueux jeu de dupes où chaque personnage ment à tout le monde et, surtout, se ment à lui-même. Indissociables du cinéaste dans la réussite de ce film explosif, les acteurs s’en donnent à cœur joie, ravis de s’adonner à cette parodie furieuse de leur milieu d’origine. Dans le rôle principal, Michael Keaton (l’ex Batman de Tim Burton) sidère en incarnant un personnage qui, à bien des égards, lui ressemble étrangement. A ses côtés, même excellence chez les garçons comme chez les filles. Et si Edward Norton réjouit dans la peau d’un acteur qui cherche toujours à tirer la couverture à lui, Emma Stone (la fille de Riggan) et Naomi Watts (la comédienne principale déjantée de la pièce) ne sont vraiment pas en reste. En donnant chair à cette délirante galerie de cinglés, ils et elles ajoutent tous une ligne de choix à leurs CV déjà copieusement garnis.

 "Birdman" d'Alejandro González Iñárritu, avec Michael Keaton, Zach Galifianakis, Edward Norton, Emma Stone... Sorti le 25 février.

LIRE LA SUITE
Olivier De Bruyn
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.