• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

"Jimmy P." : Almaric et Del Toro, un duo mâle 100% touchant

Jimmy P.

Au festival de Cannes, en mai dernier, le nouveau film d’Arnaud Desplechin est presque passé inaperçu. Quatre mois plus tard, le constat s’impose : "Jimmy P." mérite le détour de l’œil et même, tant qu’à faire, le détour des deux yeux.

Aux lendemains de la Seconde Guerre Mondiale, quelque part au Texas. Un Indien mutique, ancien soldat ayant sué eau et surtout sang en Europe, est accueilli dans un hôpital militaire où l’on s’interroge sur son cas compliqué. Victime d’hallucinations, de vertiges et de troubles bizarres, Jimmy Picard, puisque tel est son nom, souffre de violents traumatismes qui ne semblent pas tous s’expliquer par ses souvenirs brûlants de la guerre. Appelé à la rescousse par les médecins U.S, un psy français se pointe sur les lieux et entame avec Jimmy un dialogue et une analyse qui les entraineront à mieux se connaître. Et peut-être à devenir amis…

N’y allons pas par quatre chemins : sur le papier, le nouveau Desplechin faisait un peu peur. Adaptation d’un bouquin au titre rébarbatif, Psychothérapie d’un Indien des plaines, redevable au psychanalyste Georges Devereux, le film semblait promettre son lot de prises de têtes et de digressions encombrantes.

Surprise colossale : il n’en est rien. Contrairement à ses habitudes, Desplechin, expatrié aux Etats-Unis et tournant en anglais, filme direct, frontal, court (moins de deux heures, un moyen métrage pour lui) et ne s’intéresse qu’à l’histoire finalement simple de deux mecs touchants. Deux mecs qui, à force de pudiques confidences, apprennent à arpenter l’existence avec plus de confiance, ce qui ne peut pas nuire. Dans la peau sensible des deux mâles, Benicio Del Toro, bloc de silence progressivement ébranlé, et Mathieu Amalric, bavard impénitent progressivement calmé, confirment que les murmures masculins réservent parfois de stimulantes surprises. Merci messieurs.

"Jimmy P.", de Arnaud Desplechin, avec Mathieu Amalric, Benicio Del Toro, Gina McKee… Sortie le 11 septembre.

LIRE LA SUITE
Olivier De Bruyn
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.